Shingo Araki (1939-2011) Pupilles et Âme - Sakuga Dump - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

01/12/2016 | Rukawa

Shingo Araki (1939-2011) Pupilles et Âme


Shingo Araki étant décédé exactement depuis 5 ans aujourd'hui 1er décembre 2016, rendons lui hommage à notre façon.
Plutôt que de vous parler de son travail de character-designer, nous allons parler ici du jeune animateur.

Shingo Araki (1939-2011)

On a tendance à l'oublier, mais avant d'être le character-designer qui a bercé notre enfance avec Goldorak, Lady Oscar, Albator, Les Chevaliers du Zodiaque et Yu-Gi-Oh, Shingo Araki a été un grand animateur. Un des meilleurs des années 70, avec Kazuo Komatsubara, Toshitsugu Saida, Kazuhide Tomonaga, Yoshifumi Kondô et bien sûr Hayao Miyazaki.

Shingo Araki débutent chez Mushi Pro en étant intervalliste sur Jungle Taitei (Le Roi Leo) où il aura une promotion et animera des poses clef dans la seconde partie de la série. Ses travaux sont peu connus pendant cette période. Heureusement que la famille Araki a gardé quelques souvenir de cette époque à travers quelques cellulos qui ont été scannés dans son artbook hommage Hitomi to Tamashii. C'est d'ailleurs Jungle Taitei le manga de Osamu Tezuka qui avait donné envie à Shingo Araki de devenir mangaka.

Cellulo Jungle Taitei
Cellulo de
Jungle Taitei, dont la pose-clef a été dessiné par Shingo Araki.

Par la suite, toujours chez Mushi Pro il participe également entre autres à Ganbare ! Marine Kid et Ribbon no kishi (Princesse Saphir).

En 1966, il quitte Mushi Pro pour suivre Hiroshi Saitô et fonder le studio Jaggard. Ce sont les premiers pas indépendants de deux futurs géants.
En 1968, le studio Jaggard décroche un contrat avec Tôkyô Movie Shinsa, qui leur permet de travailler régulièrement sur l'adaptation du manga à succès du moment, Kyojin no Hoshi, où le duo animera en moyenne au moins un épisode toutes les 3 semaines. Ces épisodes sont les seuls de la série à être animer par 2 personnes, ce qui est vraiment un bel exploit, sachant que tous les autres épisodes ont au minimum 4 animateurs. Pour aller plus vite, ils utilisaient une méthode qui sera optimisée puis démocratisée par Hayao Miyazaki sur Alps no shoujo Heidi en 1974. Saitô était au lay-out de l'épisode et les scènes avec peu d'animation. Sur les scènes prenant du temps, il se contentait de faire des roughs et Araki avait la charge de faire justement ces passages prenant le plus de temps à animer. Aujourd'hui, c'est plutôt le travail d'un dai-2-gengaman, c'est à dire un "cleaner" chargé de remettre au propre ce que dessine un animateur principal.

Une scène qui a marqué les esprits japonais, c'est le home run de Hanagata, avec en caution l'usage de ses mains contre la Dai League Ball de Hoshi (épisode 83). Il s'agit de la première confrontation entre Hoshi et son éternel rival, depuis leur rencontre au Kôshien. C'est cette scène a fait connaître le talent de Araki, et fait déchaîner les premières passions de "sakuga fans" au Japon. La déformation du corps était unique en son genre à l'époque, les animateurs se contentaient sans audace d'imposer un style proche des limites de l'humain. Cette scène, c'est un peu l'ancêtre du Seiya déformés sous les coups de Saga ou encore le combat contre Pain dans Naruto Shippuden qui a fait tant couler d'encre chez certains fans trop énervés.

Après 2 ans de bons et loyaux services, le duo quitte la Kyojin no Hoshi à l'épisode 109 mais d'autres talents vont éclore sur cette série comme Tetsuo Imazawa ou Minoru Maeda.

En 1970, le duo participe à Ashita no Joe, mais dans un rôle différent : Hiroshi Saitô occupera le rôle de directeur d'épisode et Shingo Araki va pour la première fois tenir le rôle de directeur de l'animation et ainsi uniformiser le style des épisodes à sa sauce.  Le planning sera assez intense et Araki sera présent environ tous les 3 épisodes, ce qui ne lui laissera pas beaucoup de temps pour animer lui-même des scènes.
L'anecdote de cette époque, Shingo Araki avait reveil qui lui servait de minuteur qui le chronométrait. Après avoir maîtrisé le style graphique, le temps qu'il avait retenu était de 15 minutes. Il se mettait donc au défi de ne jamais dépasser 15 minutes sur un cut. Cela va de soit qu'au fur et à mesure que la série avançait, ces 15 minutes de départ devenait ridiculement long vu qu'il dessinait de plus en plus vite.

Le studio Jaggard sera dissous en 1972 où chaque animateur poursuivra sa propre voie. Shingo Araki choisit de fonder le studio Z, tandis que Saitô fondera le studio Zuyiô qui posera la base de Nippon Animation où il y réalisera quelques Sekai Meisaku comme Araigumi Rascal, Perrine Monogatari (En famille), Tom Sawyers no bouken et Minami no niji no Lucy (Karine ou l'aventure du Nouveau Monde).

Il sera pour la première fois character designer avec Babel 2sei, adaptation du manga de Mitsuru Yokoyama. Le style proposé par Araki est assez différent de celui du manga originel, on peut ainsi comprendre pourquoi Araki a avoué que c'est le héros de la série le personnage créé dont il est le plus fier, c'est à partir de là que commence la vraie reconnaissance.

Babel II opening, qu'il a animé en solo.

Avant de devenir animateur, il faut savoir que Shingo Araki a connu une période de 9 années dans laquelle il était dessinateur de gekika pour divers magazines tels "Gai", "Kao" et "1.2.3", qui année après année va l'amener à se forger un style que l'on retrouvera dans son travail de character designer. Il abandonna malheureusement ce rêve pour devenir animateur. Le manga étant en effet été sa première passion, ce n'était cependant pas assez pour vivre correctement ; le chemin qu'emprunta Osamu Tezuka n'a pas réussi à Shingo Araki et ce dernier, pour continuer à vivre sa passion par du dessin a dû se résoudre à devenir animateur, pour notre plus grand bien.

Le milieu des années 70 voit l'adaptation de shoujo en anime devenir à la mode. C'est le moment où Araki affinera son style et sera catalogué comme d'animateur Bikei Chara (Personnage de belle apparence). C'est donc assez naturellement que le poste de direction de l'animation sur Majokko Megu-chan (Meg la petite sorcière) lui soit proposé.

Opening & Ending de Majokko Megu-chan, animés en solo.

Il participe ensuite à un autre shoujo, Cutie Honey, où il adaptera pour la première fois le style d'un des mangaka les plus en vogue de l'époque, Gô Nagai. Sur cette scène de l'épisode 1, vous remarquez sur cette animation un détail qui peut sembler superficiel mais qui a son importance : le mouvement d'animation des cheveux.

Sur des cheveux plutôt courts, les animateurs ont tendance à laisser la coupe de cheveux figée pendant le mouvement. Les animateurs sont payés au cut, cela ne paie pas mieux sur le bulletin de salaire de faire bouger cela. Mais en grand virtuose de son époque, Shingo Araki s'est permis de faire bouger des cheveux. Ce genre d'effet sera culminant sur d'autres séries, surtout que plus tard, il sera responsable de l'animation d'une série avec beaucoup de mecs chevelus, Aishite Night. Ceci, mais aussi Saint Seiya.

L'épisode 1 de Cutie Honey est d'autant plus intéressant quand on sait que cet épisode a vu également la participation de 2 autres talentueux animateurs de l'époque, Kazuo Komatsubara et Tsukasa Dan'nai.

L'épisode 12 Cutie Honey sera l'inspiration de Yoshinori Kanada pour son fameux mouvement Kanada (Kanada ugoki). Honey prend en effet ici la pose où deux rayons de lumière s'entrecroisent autour de sa lame. Et celle-ci disparait en se transformant en Cutie Honey.
Kanada améliorera cet effet en faisant tourner la lumière, comme un effet lense flare, pour ensuite faire réapparaître le personnage. Kanada connait très bien Araki, puisque ce dernier a été son mentor au studio Z.

L'année 1975 marque la rencontre entre Shingo Araki et Michi Himeno, la seconde élève la plus connue du maître. Cette dernière, fan de Babel II avait contacté le Studio Z et demandé si elle pouvait travailler chez eux. Elle démarre donc intervalliste sur UFO Robot Grendizer, avant d'être promu animatrice à l'épisode 35, soit un peu plus de 6 mois après ses débuts, ce qui prouve son talent et sa determination.

L'apogée esthétique de la série arrive cependant un peu avant. L'un des chefs d'oeuvre de Shingo Araki arrive à l'épisode 25, où exceptionnellement il a animé la majorité de l'épisode, notamment les tous passages où avec Naida, la petite anime que Duke Fleed avait sur sa planète. Il est à noté qu'au début de la série, Shingo Araki n'est pas encore considéré comme character designer, seul Kazuo Komatsubara est crédité. Pour les besoins de la série, avec des personnages de plus en plus nombreux, Araki devient officiellement character designer à partir du second tier de la série.

En janvier 1979, Shingo Araki devient responsable du character design de Hana no ko Lunlun (Le tour du monde de Lydie). Fait inhabituel sur l'épisode 1 de cette série, cette fois c'est l'élève qui corrige le maitre, du moins en théorie : L'épisode a été animé par le duo mais c'est Michi Himeno à la direction de l'animation. C'est peut-être sur cet épisode où la seule fois et unique fois de toute la carrière de ce duo magique vous pourrez voir le vrai style de Himeno.

Araki ne participera cependant qu'à un seul épisode, car 1979 est aussi l'année du remake de Shin Kyojin no Hoshi 2, où il est en charger du character design.

Le duo Araki-Himeno est brisé pour 6 mois, mais reviendra plus fort avec Versailles no Bara (Lady Oscar). C'est à partir de là que sera fondé Araki Production en septembre 1979, qui rassemble le fameux duo Araki-Himeno, plus quelques autres.
L'adaptation du manga de Riyoko Ikeda est entre les mains de Tadao Nagahama avec Shingo Araki comme directeur de l'animation sur les 40 épisodes de la série. Himeno, en tant qu'animatrice sur tous les épisodes commencera d'ailleurs à travailler dessus en attendant qu'Araki finisse de travailler sur la suite de la série qui l'a révélé.
Nagahama décède malheureusement en janvier 1980, et la série revient aux mains de Osamu Dezaki. Comme le réalisateur avait changé, les fans furent surpris et crurent que le directeur d'animation avait changé lui aussi. Etonnamment, ce qui a changé n'était pas seulement l'aspect dramatique et la photographie, mais aussi l'apparence des personnages.
La première partie faisait en effet beaucoup anime pour petites fille avec ses jolis dessins, alors que la seconde partie, l'ambiance et le style graphique est plus détaillé et plus dramatique, avec ses Harmony cel à foison. En fait, tout l'aspect dramatique a dû être apporté par Dezaki ce qui a changé ce n'est pas l'équipe mais le ton de la série. Le duo a ainsi eu des nouvelles indications qui l'ont amené à modifier le style du show pour les besoins de l'aspect dramatique, avec comme exemple une indication de Dezaki leur disant "Je veux des yeux plus comme ci ou comme ça".

Si la série ne montre pas Araki en tant qu'animateur, elle se permet d'être graphiquement impeccable avec tous les épisodes corrigés par le duo Araki-Himeno. On peut aussi parler de l'épisode 15 qui deviendra une marque de fabrique qu'on verra assez souvent sur Saint Seiya et d'autres séries : l'épisode animé en solo par Michi Himeno. Elle réitéra cet exploit plusieurs fois sur Saint Seiya, notamment l'épisode 56, le combat entre Shakka et Ikki. Ses épisodes ne sont pas dantesques au niveau animation, mais Himeno a sa propre vision des choses : l'animation est aussi composée de passages contemplatifs où le temps s'arrête. L'important pour elle, c'est que la qualité du dessin soit présente, tant que cela bouge correctement à défaut d'être spectaculaire.

Mais avant de travailler sur Saint Seiya, Araki va avoir un passage space opera pendant 3 ans, où il travaillera sur Ulysse 31 et Waga seishun no Arcadia SSX (Albator 84). Entre les 2, il animera l'opening de Ginga reppu Baxingar, avec ancien élève Yoshinori Kanada. Cependant, si Shingo Araki est capable d'animer des robots, il peut également animer des vaisseaux et des explosions. En voici la preuve avec un passage de l'épisode 20 de Waga seishun no Arcadia.

En 1984, il travaille ensuite sur Aishite Night, toujours avec Michi Himeno. Cependant, la série n'est pas chara designé par le duo, il s'agit de l'oeuvre de Yasuhiro Yamaguchi. A l'origine, la série devait être designée par lui et il devait s'occuper de tous les épisodes comme sur Versailles no bara. Il ne participa cependant qu'à un épisode par mois. Le duo ne fait que donner un coup de main en tant que directeur de l'animation et animateur, en gardant leurs habitudes : l'épisode 15 par exemple, celui du fameux baiser que Gô donne à Isuzu a été un épisode solo par Himeno.

Vous devez l'attendre depuis le début de l'article, je vais enfin vous parler de Saint Seiya, la série la plus connue du duo Araki-Himeno.
Bon en fait, il n'y a pas grand chose à dire. Saint Seiya est quasiment la fin du travail d'animateur au sens propre. S'il a animé le passage où Seiya enfile la Pegasus Myth Cloth, il reste assez discret, laissant surtout Michi Himeno l'animation pendant que lui restera à la correction.

Depuis, Araki se contentera désormais de ne faire que des lay-out et de laisser le travail d'animation à Michi Himeno. Il continuera d'être simplement character designer, il fera notamment High Step Jun (Vas-y Julie!) et Yu-gi-oh!. Il fera certes quelques piges dans les génériques, mais sans plus. On peut le voir ici par exemple animer le dribble final de l'opening de Aoki densetsu Shoot!.
Il avait également animé l'opening de Glass no Kamen (Laura ou la passion du théâtre), mais bon, là rien d'assez extraordinaire pour vous le montrer.

Il y a cependant quelques exception à la règle. En 1996, il participe à l'OVA de Gekigander 3 chez Xebec, où Nobuyoshi Habara invite sur le projet beaucoup de vétérans animateurs des années 70, pour rendre hommage à cette période faste en série de Super Robot. Shingo Araki nous rappelle sur cette scène que ses années à dessiner du shoujo et du Saint Seiya n'efface en rien sa capacité à dessiner un style brut comme il le faisait à l'époque de Ashita no Joe.

En 2000, il condisérait qu'il partirait très prochainement à la retraite. Cependant, le projet Saint Seiya Hades voit le jour en 2002, et Shingo Araki remettra la main à la pâte sur les OVA. Il s'y appliquera bien plus que sur la série TV, vu que le planning est moins serré que pour une série TV, où 2 OVA sortent par mois entre novembre 2002 et avril 2003, soit un épisode toutes les 2 semaines. Shingo Araki sera directeur de l'animation pour tous les épisodes, et s'occupera des lay-out des OVA 1, 7, 12 et 13. Parce que le nombre d'animateurs avait augmenté par rapport à la série TV, il décida de faire les lay-outs lui-même afin d'avoir des rendus à corriger plus rapides de la part des animateurs. Le premier épisode avait 300 cuts, il se fit donc un planning de 20 cuts par jour à vérifier et corriger des poses clef.

Avant de nous quitter, relatons un fait exceptionnel, Shingo Araki à la réalisation. Il s'agit de la part B de l'episode 18 de Manga kodomo bunko. La série date de 1978 et était destiné à un public très jeune, avec chaque épisode une histoire populaire du folklore japonais. Il est intéressant de voir que le style de ce court est en total contraste avec le style habituel de Shingo Araki.

Il semblerait également qu'il ait fait de la direction de d'épisode sur la suite de Jungle Taitei, Susume Leo! (Le retour du Roi Leo) mais nos sources actuelles ne permettent de vérifier l'information.
Être l'intermédiaire entre l'animation et la réalisation ne semble pas être qu'il apprécie le plus, l'expérience ne sera pas renouvelée sur les autres séries. Il n'a pas non plus réalisé beaucoup d'e-conte dans sa carrière, peut-être un manque de confiance en lui, Shingo Araki ne se remis à redessiner du manga qu'en 2010 avec Sourire d'enfance.

On peut d'ailleurs remarquer que le character design proposé dans Manga kodomo bunko ressemble beaucoup à celui présent dans Sourire d'enfance. Peut-être était-ce ici, le vrai style de Shingo Araki.

Merci Shingo Araki d'avoir illuminé nôtre enfance.

 

Source & Références

Biographie
Interview & Hommage par Ramza, donné à Paris manga
Interview par Manga News, donné à Paris Manga
Burning Bood, Interview donnée à Dynamic Italia (Source originale en italien)
WEB Anime Style, à propos de retour de Saint Seiya avec les OVA Hades
WEB Anime Style, discussion entre Toshiyuki Inoue & Hiroyuki Imaishi à propos de Kyojin no Hoshi 83
WEB Anime Style, sur la sortie DVD de Versailles no Bara
Shingo Araki sur Anime at wiki
Michi Himeno sur Anime at wiki
Beaucoup de choses sur le site de Ben Ettinger

Travaux
Kyojin no Hoshi 2 3 8 9 18 22 27 34 38 44 49 54 58 62 65 69 74 79 83 89 92 97 105 109
Ashita no Joe 4 6 9 13 16 18 21 23 26 30 34 40 47 50 56 62 66 71 76
Babel 2sei 1 2 11 16 21 26 31 37
Devilman 4
Cutie Honey 1 12
Majokko Megu-chan 1 12 19 27 33 38 45 55 61 63 72
UFO Robot Grendizer 1 5 17 25 29 35 40 44 50 56 63 68 72 74
Wakusei Robo Danguard A 1 9 16 24 30 34 56
Versailles no Bara 1-40
Aishite Night 10 13 15 18 23 29 35 41
Mapple Town monogatari 6 12 29 36
Saint Seiya 1 16 23 30 45 51 57 60 74 100 105 111 114
Ginga Eiyuu densetsu 20
Fûma no Kojirô 7 8 9 10 12

 


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le nom du Pokemon jaune, mascotte de franchise et qui génère de l'électricité ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT