Witch Hunter ROBIN - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

19/01/2003 | Rygel

Witch Hunter ROBIN


Titre VO : ウイッチハンターロビン
Studio :  Sunrise
Réalisateur :  Shukou Murase
Character-Design :  Kumiko Takahashi
Compositeur : Taku Iwasaki
Diffusion au Japon : du 2 juillet au 24 décembre 2002
Genre : Chasse aux sorcières, Policier
Licence Française : Beez Entertaiment
Nombres d'épisodes vus : 26/26

Witch Hunter ROBIN

 

Witch Hunter ROBIN fait partie de ces bonnes surprises de la fin 2002. Il explore un nouveau genre, destiné à un public un peu plus adulte que celui des habituels shônen.
Si vous lisez un peu la presse, vous vous apercevrez que cet anime a une très bonne critique, sans doute pour son style inédit dans le monde des animes, proche de X-Files comme on peut le lire ça et là.
On ne reste peut-être pas accroché à son siège, mais l'intrigue est suffisamment mystérieuse pour nous pousser à vouloir en découvrir davantage...

La chasse aux sorcier(e)s est ouverte, et ça se passe maintenant, dans Witch Hunter ROBIN.

Le concept

Robin SenaLa chasse aux sorcières qui a eu lieu du XIVème au XVIIème siècle est loin d'être terminée. Une organisation internationale, Salomon, existe même depuis plusieurs décennies et éradique les Witches, comme au temps de l'inquisition, le bûcher en moins. Le Japon est beaucoup plus touché par le phénomène, si bien qu'une section quasi-autonome y a été créée : la STN-J (J pour Japan).
L'intrigue globale repose sur la vie de ces flics d'un genre particulier : les Hunters. Pour les aider dans leur tâche, ils disposent d'un élément très efficace : l'Orbo. Il s'agit d'un liquide verdâtre et effervescent qui annihile tous les effets des Witches. Porté en pendentif, l'Orbo assure une certaine immunité aux Hunters. Des munitions remplies d'Orbo ont également été conçues, ainsi que les armes qui vont avec, pour affaiblir au maximum les Witches. En effet, la STN-J ne les tue pas, comme Salomon, mais les enferme dans une prison spéciale, baptisée Factory. Le travail des Hunters consiste donc à neutraliser le/la sorcier(e) puis à prévenir la Factory, qui s'occupera de "l'arrestation". En plus de l'Orbo, certains Hunters sont doués de pouvoirs paranormaux, comme la psychométrie ou le contrôle du feu... Et pour finir, la STN-J travaille de pair avec la police, et est reliée via internet, à la base de donnée de Salomon, qui recense et surveille tous les Witches ainsi que leur descendance, les pouvoirs semblant héréditaires.

Mais au fond, que sont les Witches ? En fait, ce ne sont pas des gens qui volent en chevauchant des balais, ou qui accomplissent des rituels... Il s'agit de personnes disposant de pouvoirs paranormaux plus ou moins puissants et qui se révèlent à elles brutalement. Généralement ils sont liés au contrôle des éléments mais ils sont en fait très variés. Ne sont chassés que les 'Witches' qui se servent de leurs pouvoirs de manière criminelle (souvent des meurtres) ou qui ne contrôlent pas leur pouvoir.

Il y a de cela environ 5 mois, la STN-J a perdu un membre majeur, qui avait des pouvoirs très puissants. Pour aider les autres membres de l'équipe, Salomon leur envoie un nouveau Hunter, élevée dans un monastère et qui a appris à maîtriser son pouvoir du feu : Robin Sena.
C'est le début d'une nouvelle vie pour cette jeune fille de 15 ans, qui devra s'accoutumer à la STN-J, tout en accomplissant ses missions...

Un anime à part

Witch Hunter ROBIN est le genre d'anime qui bouscule nos habitudes et que l'on doit regarder au moins deux fois pour cerner le scénario dans sa globalité. En effet, l'anime débute classiquement par une succession de missions qui permettent de découvrir l'histoire et les enjeux, puis les personnages. Mais très vite, on en vient à se poser des questions sur l'organisation, l'Orbo, cette mystérieuse factory... Et on se rend compte que l'histoire est beaucoup profonde qu'on ne pouvait l'imaginer de prime abord.

Un autre aspect intéressant, c'est le côté "X-Files" de la série. Certains épisodes sont complètement indépendants et ne trouvent pas de suite, bien que la mission ne soit pas entièrement terminée. D'autres démarrent par une scène habituelle d'investigation, mais c'est pour mieux nous embarquer dans l'exploration du passé et de la psychologie des personnages. Ici, le contenu prend le pas sur l'action.

Revers de la chose, le rythme se trouve être en dent de scie, et certains épisodes sont assez "lourds" à regarder. Par contre, l'épisode 15 relance complètement l'intérêt de la série. D'ailleurs les réalisateurs ne s'y sont pas trompés, en nous gratifiant d'un nouvel ending de toute beauté, pour mieux marquer le virage pris par l'anime.

Hellsing ?

Le contraste archaïsme/technologie vient renforcer cette atmosphère glauque. Les locaux de la STN-J sont vieux, le titre du générique et des épisodes sont tapés avec une police qui fait penser à une vieille machine à écrire, mais la STN-J dispose de technologie de pointe, en particulier en ce concerne la télécommunication. D'ailleurs, le responsable informatique, même s'il ne va jamais sur le terrain, tient une place très importante au sein de la brigade et de l'anime en général.

La première scène fait donc irrémédiablement penser à Hellsing : une organisation secrète, une ambiance sombre, une mise en scène dynamique, un personnage principal "classe" et qui semble intouchable, des Witches qui chassent des Witches... Mais il n'en est rien. L'action est reléguée au second plan, le personnage "intouchable" n'est pas si fort que ça. Bref, les deux animes ne jouent pas du tout dans le même registre.

Le tout est servi par une réalisation quasi-irréprochable

La première scène, avant le générique en dit déjà long. Mais le reste n'est pas en peine. Le chara-design est très réussi, avec des allures qui collent bien aux caractères des personnages. L'animation est sans faille, réalisée avec le concours de l'ordinateur. Les décors en 3D sont splendides, et les personnages en 2D sont plutôt bien incrustés. L'ordinateur se fait très discret, sauf sur quelques scènes, comme les ouvertures de grille ou les mouvements d'ascenseur, mais c'est tellement bien animé qu'on l'oublie facilement.

La musique, sans être transcendante, est pas mal du tout, avec quelques morceaux de piano très jolis et un opening qui déchire, avec une très bonne guitare. En tout cas, l'ambiance sonore correspond très bien au style de l'anime.
Je ne résiste pas à vous faire part de l'opening version guitare, qui se trouve en fait être l'ending de ce fameux épisode charnière n°15.

Pour finir...

Witch Hunter ROBIN est un très bon anime, mais qui a parfois quelques longueurs. Le côté "sans suite apparente" des épisodes pourra aussi rebuter certains spectateurs.

Je regrette personnellement une partie de l'anime qui n'a pas été assez exploitée, à propos des références à des runes anciennes, qui n'apparaît pas dans le dénouement. J'ai bien apprécié le scénario et la mise en scène, mais ce sont surtout les personnages qui ont attiré mon attention. Le personnage principal (après Robin) est finalement très peu présent "physiquement" et il s'efface même complètement pendant quelques épisodes, et pourtant il reste toujours à l'esprit des autres protagonistes. C'est un personnage ambigü et très intéressant. Un autre personnage clé fera aussi son apparition à partir de ce fameux épisode 15, mais je n'en dirais pas plus...

Witch Hunter ROBIN © Sunrise, BANDAI VISUAL CO.,LTD.


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Dans Fullmetal Alchemist, Ed et Al pratiquent une science en transmutant des objets à travers l'échange équivalent. Comment s'appelle cette science ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT