Vampire Hunter D : Bloodlust - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

03/07/2003 | Rygel

Vampire Hunter D : Bloodlust


Titre VO :  バンパイアハンターD
Adapté des romans de Hideyuki Kikuchi
Studio :  Madhouse
Réalisateur : Yoshiaki Kawajiri (Ninja Scroll, Wicked City ...)
Character-Design :  Yutaka Minowa (Ninja Scroll)
Compositeur : Marco Ambrioso
Sortie aux USA : 25 Août 2000
Sortie au Japon : 21 Avril 2001
Genre :  Chasse aux Vampires
Licence Française : Manga Video
Autres : un OVA réalisé par Toyoo Ashida en 1985

 

Comment faire un site sur Hellsing et ne pas parler de ce film vampirique ? Cette gageure est aujourd'hui réparée avec la review du film Vampire Hunter D.

Pour l'anecdote, sachez que ce film est une production américano-japonaise. C'est pourquoi la version originale est en anglais, les japonais n'ayant eu droit à une version doublée dans leur langue que plus tard ... C'est la version anglaise que j'ai regardé.

Autant vous le dire tout de suite, ce n'est certainement pas le meilleur film d'animation qu'il m'ait été donné la possibilité de voir, même s'il y a de belles trouvailles ... Je vais quand même vous résumer l'histoire. Rassurez-vous, ce sera pas long.

Une jeune fille répondant au doux nom de Charlotte a été enlevée par un vampire. Sa famille fait donc appel à deux chasseurs de prime pour la retrouver, morte ou vive. Ces derniers sont même autorisés à la tuer s'ils la retrouvent "transformée".
Les deux chasseurs de primes sont d'une part D, d'autre part les frères Markus. Chacun a sa propre spécialité au combat (flèches, grosse massue style Astaroth dans SoulCalibur, gros flingue, pouvoirs psychiques...) Ils sont également en permanence reliés entre eux via un émetteur/récepteur.
Pour compliquer un peu l'histoire, le groupe Markus ne peut pas blairer D et c'est d'ailleurs réciproque, donc bien que poursuivant le même but, ils n'agiront pas de concert et ne s'entraideront que pour servir leur intérêt commun. Toutefois, une relation ambiguë s'établira peu à peu entre D et Leila, la membre féminine des Markus Brothers.

Le film raconte donc la poursuite entre les chasseurs et le chassé, ponctuée de combats.

 

Le character design est plutôt réussi, D est assez classe, tout de noir vêtu, avec un grand chapeau et une longue et fine épée en forme de croix dans le dos. Il a une voix très posée qui dégage une certaine assurance. Sa démarche est sûre et précise, et il se sert avec efficacité des ses aptitudes semi-vampiriques. En effet, D est un vampiritch ("Dunpil" en VO) : son père est un vampire alors que sa mère est humaine.
Quant aux autres personnages, si leur design est pas trop mal, ils sont par contre un peu trop stéréotypés ...

Toujours sur le design, les décors sont dans l'ensemble assez jolis, surtout vers la fin du film.

L'animation est impeccable. Les mouvements sont fluides et rapides. L'ordinateur est dans certaines scènes d'un grand secours. C'est le minimum auquel on s'attend en regardant un film d'animation !

Autre point fort : l'ambiance !
Sombre à souhait, elle est néanmoins surtout marquée par deux styles différents : d'un côté atmosphère gothique avec les vampires et D avec sa monture et son arme blanche. De l'autre, c'est plutôt western futuriste, avec technologie (engins motorisés, flingues, lumière électrique...) et paysages désertiques... Ce contraste est assez bien utilisé et demeure une grande force du film.

Par contre, la musique n'est pas au rendez-vous. C'est limite si on la remarque pendant la première heure et demie. Heureusement, le dernier quart d'heure est splendide, malgré un combat final décevant.

D'ailleurs, parlons des combats. Ils ponctuent régulièrement le film et sont bien mis en scène. Mais ici ce n'est pas vraiment l'action qui est mise en avant, mais les stratégies employées pour venir à bout de ses adversaires. En effet, les sbires du vampire pourchassé par les chasseurs de prime maîtrisent à la perfection l'art du mimétisme et attaquent toujours par approches successives camouflées. Les combats sont donc plus une question d'attention, de concentration et de tactique, que de puissance ou rapidité d'action.

Dans l'ensemble, si l'on excepte la musique, la réalisation tient très bien la route, mais Vampire Hunter D : Bloodlust possède un gros écueil : le scénario, qui tient sur la largeur d'un timbre-poste ...
En effet, je suis sûr que vous avez déjà compris de quoi il en retourne en lisant les lignes précédentes.

Dans l'ensemble, ce n'est pas un film mauvais, mais ça manque cruellement d'un petit quelque chose. Genre un peu plus de rythme au niveau de l'action, des musiques, et surtout des personnages et un scénario plus fouillés... Les interventions de D sont également un peu trop rapides à mon goût, ce qui rend certaines d'entre elles plutôt décevantes. Enfin, seules deux scènes explorent le passé de D, et concernant les autres personnages, à part Leila : rien.
Dommage...

Cela dit, Vampire Hunter D : Bloodlust est un film à voir, mais c'est tout !


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Dans Saint Seiya, quel est le nom du chevalier d'Andromède, celui avec une armure rose, les cheveux verts et est le petit frère d'Ikki ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT