Top wo nerae! Gunbuster - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

30/10/2009 | Rukawa

Top wo nerae! Gunbuster


Titre VO :  トップをねらえ!
Studio : Gainax
Réalisateur : Hideaki Anno
Character-Design :  Haruhiko Mikimoto & Yoshiyuki Sadamoto
Mecha-Design : Kazutaka Miyatake & Kou'ichi Ohata
Compositeur : Kouhei Tanaka
Sortie au Japon : du 7 octobre 1988 au 7 juillet 1989
Genre :  Shoujo sportif nekketsu avec des mecha.
Licence Française : Beez
Nombres d'épisodes vus :  6/6
Autres : une suite, Top wo nerae! Diebuster

Top wo nerae! Gunbuster

 

Incroyable! Amano et moi sommes pilotes

Le père de Noriko Takaya est mort, il n'est plus là, mais dans son cœur, il continuera à vivre !
La série commence en effet par le destin tragique de celui-ci, père de l'héroïne et amiral du Luxion, un vaisseau spatial envoyé à l'autre bout de l'univers, pour combattre de méchants monstres géants de l'espace. C'est pour lui rendre hommage, que sa fille intégrera l'école de pilote afin de combattre ces aliens.

Noriko Takaya, jeune adolescente de 16 ans, arrive à l'école, où elle semble peu douée. Mais c'est avec de l'effort et de la persévérance qu'elle pourra atteindre son but, aller dans l'espace, afin de combattre au côté de la meilleure pilote de l'école, Kazumi Amano, qu'elle appelle affectueusement grande sœur, sous le regard de leur charismatique coach Ko'ichirô Ôta.

Le défi d'une fille géniale

S'il y a une série à retenir dans l'histoire du studio Gainax, ce n'est ni Evangelion, ni Gurren-Lagann, ni Otaku no Video. C'est la série d'OVA Top wo Nerae! qui a propulsé vers les étoiles ce célèbre studio d'animation créant des anime pour eux, par eux. Qui donc eux ? Les otaku bien sûr. En effet, qui de mieux que des otaku pour parler des otaku ? Non ne m'arrêtez pas, ce n'est pas un délire, je ne parle pas de Shinseiki Evangelion qui fera une critique des otaku, je ne parle pas d'Otaku no Video qui leur rend hommage, je ne parle encore moins de Tengen Toppa Gurren-Lagann qui leur demande d'aller de l'avant. Je parle bien de Top wo Nerae! aussi connu sous le nom de Gunbuster, qui nous parle des otaku des années 80.

La genèse de la série d'OVA est la suivante : initialement, la Gainax avait demandé à Bandai de leur sponsoriser une série TV. Finalement, ces derniers accepteront un compromis pour une série d'OVA qui devra se vendre à 10 000 exemplaires. La Gainax leur proposa alors un concept bankable, celui d'un shoujo sportif. Sauf qu'évidemment, le studio mettra ce shoujo sportif à sa sauce. La Gainax a repris deux genres très populaires auprès des otaku de l'époque : les robots et les shoujo sportifs. Mais en rajoutant aussi un peu de réflexion à propos de ce public. Bien que le concept soit originalement de Toshio Okada, Hideaki Anno rajoutera à la série une vision subjective d'otaku encore inédite à l'époque.

Premier amour, première sortie

Mais avant toute chose, si Top wo Nerae! est un mythe c'est pour une raison : l'innovation. Cette innovation s'est popularisée en occident sous le terme de 'Gainax bounce' : l'animation des seins, la création d'un nouveau fanservice qui renaît sous les crayons des animateurs illuminés de chez Gainax. Ainsi, dès le générique peu après l'introduction, le spectateur peut admirer, si ce n'est être hypnotisé, par ce qui sera la plaie des années à venir, car utilisé outrageusement de nos jours : des seins qui bougent. C'est la première fois qu'on voyait ceci dans l'animation.

Révolutionnaire, certes, mais ne nous attardons pas plus sur ce détail qui envoya l'animation vers la modernité, car il y a des choses moins connues à promouvoir. Par exemple, celle des références, ce qui a influencé Hideaki Anno dans sa jeunesse. Le jeune réalisateur pas encore célèbre avait demandé au mecha designer, Kouichi Ohatan de concevoir un robot mixant les influences des années 60-70. On remarque ainsi l'inspiration du Getter Robo G dans la gueule du Gunbuster, ou encore que ses bras rappelant ceux du Tetsujin-28.

Le titre top wo nerae! a pour origine deux élements : le Top provient de Top Gun, célèbre film avec Tom Cruise, qui coupe le souffle. Tandis que le le wo Nerae provient d'un célèbre shoujo culte des années 70, Ace wo Nerae, connu en France sous le nom des Jeu Set et Match. Il s'agit d'une série sur un club de tennis féminin, avec une équipe super dynamique, mais fragiles comme toutes les filles, qui sont si jolies avec leurs petites minis.
Le parrallèle avec Ace wo Nerae est clair : dans le modèle, Hiromi Oka intègre l'academie de tennis pour être la meilleure tenniswoman du monde, tout admirant Reika Ryuuzaki, et suivant les conseils du très strict Jin Munakata; dans la parodie, Noriko Takaya veut être la meilleure pilote, admire Kazumi Amano et applique les conseils encore plus strict du coach Ôta. Toute une génération a été influencée par Gundam, ceux du studio Gainax en font partie; ainsi le RX-7, de par son nom est un hommage direct au tout premier Gundam, dont le numéro de série est le RX-78.

L'arme ultime inachevée

Mais tout ceci, n'importe qui ayant un minimum de culture manga et anime le découvrira de lui-même. Aujourd'hui, regardons plutôt de l'autre côté du miroir. Enfin, ici ce serait regarder les posters de la chambre de l'héroïne, cela éclaircira pas mal de choses : du Kaze no tani Nausicaä, du Uchuu Senkan Yamato. Elle aime aussi Van Hallen, c'est bien elle a bon goût, mais ce n'est pas le sujet.
Noriko est une otaku, et c'est son histoire qui nous est contée. L'histoire de quelqu'un qui n'a pas grandi, alors que tous ses amis sont devenus adultes, ont vieilli, ont eu une histoire d'amour et des enfants. Les otaku, ces personnes qui ne vivent pas dans leur temps. D'ailleurs Kazumi affirmera d'elle-même que Noriko est la plus grande otaku de l'univers. Mais ceci, on peut l'entendre dans les leçons de sciences, celles que les francophones n'ont pas pu profiter car les éditeurs possédant la licence en France n'ont pas jugé utile de les mettre en bonus. Pourtant, nulle part, Noriko se posera la question du temps perdu, là où elle ne vieillira que peu contrairement à ses amis.
L'otaku n'a-t-il donc aucun regret ?
Peut être, mais pour l'instant nous n'en sommes pour l'instant que dans le descriptif, la critique viendra un peu moins de 10 ans plus tard avec Evangelion ...

S'il vous plaît, laissez un peu de temps à l'amour

Mais ce qui fait le succès de Gunbuster, ce n'est pas tout ce que j'ai énnoncé plus haut, un inculte peut sans difficulté s'en passer avec aise et apprécier tout de même ce show voire réussir à le considérer comme un véritable chef-d'œuvre. Pour une raison simple : top wo nerae! ce sont de purs moments d'émotion, avec des scènes dramatiques, palpables et si intenses. C'est une série qui touche l'âme. Notamment dans sa seconde partie, elle alterne les passages épiques et les séquences d'émotions au rythme d'un grand huit et avec une sincérité qui touche. La combinaison du Gunbuster lors de l'OVA 4 en est un bel exemple, où on passe d'une scène où l'espoir est au plus bas, pour revivre après les paroles de Noriko. C'est aussi des personnages charismatiques et des citations à faire pleurer de joie. C'est une des particularités qu'ont en commun Top wo Nerae! et Evangelion. On passe à une série parodique pas spécialement burlesque qui finit par un drame psychologique.

Bien que le titre international de l'anime soit le patronyme du robot, celui-ci est en fait assez mineur. En fait Top wo nerae! est du super robot à la sauce real robot. Je m'explique, comme dans les séries de Real Robot, les pilotes gueulent les noms d'attaque, la puissance du robot semble illimitée. Mais comme dans les séries de Real Robot, le Gunbuster est plus un moyen qu'une fin dans l'histoire. C'est l'esprit doryoku to konjou, l'effort et la persévérance qui permettront à Noriko de survivre, plus que le Gunbuster en lui-même, qui finalement n'a pas tant que cela de temps de présence, un peu comme Ultraman qui ne fait son mouvement final qu'à la toute fin de l'épisode. L'important reste donc les personnages, où on suivra Noriko grandir psychologiquement. Dans le premier OVA, elle ne fait que poursuivre un rêve, celui d'être pilote, puis se mettra derrière son mentor, sa grande sœur Kasumi dans le second OVA. C'est à partir du moment où Anno prend les rênes de la série que le bouleversement de la personnalité de Noriko commencera à s'affirmer en tant que vraie héroïne de l'histoire et non en tant que spectatrice du désespoir. C'est même elle, qui prendra ses propres initiatives pour en sortir justement. Est-ce un message avouant à demi-mot que tout otaku peut devenir meilleur avec effort et persevérance ?

Mais la série rajoute aussi un peu de réflexion sur d'autres sujets que les otaku : peut-on risquer de détruire l'univers pour la survie d'une seule espèce ? Une question d'ordre morale qui reviendra d'ailleurs dans Gurren-Lagann et dont la solution sera carrément mise en œuvre dans End of Evangelion.

Au bout de l'infini...

Il y a aussi dans Gunbuster une volonté de crédibilité en se basant sur des postulats scientifiques valables tel un vrai roman de science-fiction. Je vous citais plus haut des bonus que Beez aurait dû inclure dans les DVD, des leçons de sciences. En effet, quelques explications sont fournies sur, par exemple, le phénomène des trous noirs. Mais cela va bien plus loin, où nous est citée en illustration la porte de Tannhäuser, référence directe à Blade Runner, célèbre film de Ridley Scott, en lui donnant une fonction : il s'agit d'une sorte de pont entre deux trous noir, qui leur permettrait de se déplacer à la vitesse de la lumière. On peut également prendre le fait où dans l'espace, en vertu de la théorie de la relativité qui dit que si on s'approche de la vitesse de la lumière le temps s'écoule différemment.

C'est d'ailleurs là une influence directe de Forever War (VF: La Guerre Eternelle), roman de SF de Joe Haldeman, ayant également un récit à deux temps.
Plus, le titre du dernier épisode fait hommage à At the End of Eternity (VF: La fin de l'éternité) d'Isaac Asimov, père de la SF moderne. Depuis lors, chaque dernier épisode d'une série de la Gainax fait référence à un livre de science fiction. Inherit the Stars, par James P. Hogan pour Fushigi no Umi no Nadia; The Beast That Shouted Love at the Heart of the World, par Harlan Ellison pour Shinseiki Evangelion; Story of Your Life par Ted Chiang pour Top wo Nerae 2! ou encore The lights in the sky are stars par Frederic Brown pour Tengen Toppa Gurren-Lagann.

Top wo Nerae! Gunbuster est une série qui a marqué son époque, en étant unique et original, c'est le premier anime fait par des otaku, pour des otaku. Une série qui pourtant, malgré ses 20 ans d'âge ne vieillit pas, l'aspect design mis à part. Une série eternelle pour encore 23 siècles, au moins...


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le nom du héros de Hellsing ? Indice : c'est Dracula à l'envers



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT