Slam Dunk - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

09/05/2003 | Rukawa

Slam Dunk


Titre VO : スラムダンク
Auteur : Takehiko Inoue (Vagabond, Real)
Date de publication : 1990-1996
Genre : Comédie sportive
Prépublié chez : Shûkan Shônen Jump (Shueisha)
Editeur Français : Kana
Nombres de tomes lus : 31/31
Autres : un anime de 101 épisodes, 4 films

 

Slam Dunk

 

Slam Dunk : quel nom évocateur ... n'importe qui en lisant le titre, sait que ce manga parlera de basket ball. Non, non, ne partez pas ! Ce manga va bien plus loin qu'une vulgaire histoire de gars qui jouent à la baballe (Hum qui a dit Captain Tsubasa ?). L'auteur, Takehiko Inoue a réussi à rendre ce manga sur le basket intéressant non sans parler que de ce sport, mais en rajoutant des émotions, rebondissements et surprises sans pour autant se fixer sur des histoires à fleur de peau qui ne servent à rien.

Tu aimes le basket ?

Mais pourquoi parler d'un manga de sport au lycée ?

Au Japon comme au Etats-Unis, contrairement à nous en France - et ceci est fort dommage-, beaucoup de lycéens pratiquent un sport pendant leur adolescence où même les amateurs sont considérés comme des héros quand ils battent le lycée rival.

Le sport est ainsi un moyen de montrer un surpassement de soi, faire ressurgir son esprit combatif, le temps d'un match à l'instar du collectif ou de l'individuel. Le basket est un des sports les plus spectaculaires et populaires dans le monde. C'est un sport collectif où l'individualisme prime beaucoup. Peu de place pour être titulaire, le monde sportif est parsemé de rivalités qui débouchent sur des affrontements sur le terrain.

 

Tu aimes le basket ?

L'histoire commence de façon assez originale : par un râteau. En entrant au lycée de Shohoku, un brave looser, Hanamichi Sakuragi, qui pour plaire à une fille, Haruko, se met à jouer à un sport qu'elle admire et que lui déteste. Assez original. Mais celui-ci découvre alors la dure réalité de ce sport... Première rivalité avec la star de l'équipe, Kaede Rukawa, le beau gosse stylé, et cool, mais dans le sens de froid, qui plait aux filles dont Haruko justement. Nous avons notre triangle amoureux classique dans les manga. On se demande déjà comment notre yankee va conquérir le coeur de la belle. Et si Sakuragi progresse autant au basket, c'est grâce en partie à cette dualité qui l'oppose à Rukawa, pour montrer au monde et surtout à la demoiselle qu'il est meilleur que la star de l'équipe. Ce jeu du chat et de la souris durera jusqu'au tome 31 où enfin Sakuragi comprendra que l'esprit d'équipe prime avant cette rivalité "fraternelle".
Et dur de s'imposer dans l'équipe après un accrochage avec le capitaine... surtout si celui-ci est le frère de Haruko, Takenori Akagi alias le Gorille. Voilà donc un second problème ! Comment se faire accepter, si on est un garçon ... à problèmes ?

Sakuragi devra apprendre le basket ball depuis le début en passant bien sûr par les bases. Le lecteur découvre ainsi ce sport en même temps que lui où les initiations pratiques du Dr T rajoutent une note d'humour supplémentaire au manga. Sakuragi est un yankee ne l'oublions pas. Donc, il y a forcement de la baston ! Cela arrive avec l'arrivé de Hisaishi Mitsui, un ex-membre du club de basket. Ayant arrêté le basket à cause d'une grave blessure, Mitsui s'est mit en tête de tabasser Ryôta Miyagi, un membre de l'équipe, qui est un peu trop arrogant à son goût. Voulant au départ détruire le club, celui-ci rejoindra finalement de nouveau l'équipe grâce à son amour pour ce sport !

 

Takenori Akagi Kaede Rukawa Hanamichi Sakuragi Ryôta Miyagi Hisaishi Mitsui
Composé de 4 têtes brulée et dirigé par un gorille, le 5 majeur de Shohoku a fière allure.

 

Après le tome 9, changement radical, le manga ne se concentre pratiquement presque que sur le basket. Un peu d'action, c'est l'arrivée des matchs... Cela sera le summum des pitreries de Sakuragi. Ce type est vraiment délirant. C'est principalement lui qui incarne le côté humour du manga. Il n'arrête pas de s'auto-proclamer "Génie" et pourtant, il nous surprend à chaque page. On le voit évoluer et on se rend compte que finalement, il a des capacités hors du commun.

Le début du manga, c'est à dire les 10 premiers, ne s'étale que sur 3 mois et on s'étonne de la façon dont Sakuragi fera des progrès aussi fulgurants. Ce qui apporte un petit message positif : Quand on, veut on peut ! Quiconque peut réussir dans la vie à force de courage et de volonté !

 

I believe I can fly

Sakuragi DunkJustement les matchs, parlons-en.

Le manga regorge d'adversaires charismatiques. De Fujima à Sawakita, en passant par Sendô ou Jin, ces basketteurs sont bons et donnerons pas mal de fils à retordre à notre équipe de Shohoku. Ces personnages permettent de remonter l'intérêt des rencontres et voleront même parfois la vedette à Sakuragi. D'ailleurs Inoue nous fait presque ressentir l'intensité des matchs et nous tient en haleine, on a quelques fois l'impression que les matchs finissent trop rapidement. Et pour une fois dans un manga de sport, l'équipe où évolue le héros n'est ni la meilleure équipe et ni la plus faible qui, cela dit, en dépit d'un potentiel moyen, gagne quand même tous ses match grâce à la volonté. On se demande jusqu'où Shohoku arrivera.

Inoue a été un des rares à utiliser ce genre de scénario pour quelques matchs : face à certaines équipes Shohoku mène au score et on se demande comment pourrons-ils résister aux charges de l'équipe adverse et supporter la pression du public qui soutient l'équipe adverse à ce moment de la partie.

 

Rukawa DunkAlors que dans d'autres mangas, l'équipe se fait mener largement et arrive sans difficulté à renverser le score à 5 minutes de la fin du temps réglementaire (Quoi encore Tsubasa?). Chaque tome se dévore et nous laisse sur notre faim. Le manga coupe toujours au bon moment pour faire durer le suspense.

Côté personnages principaux, les joueurs ne sont pas invincibles et chacun ont leurs faiblesses. L'équipe de Shohoku n'est pas la meilleure de la série, mais elle a une grande volonté sous les traits de leur capitaine qui ne renonce jamais. Vont-ils conquérir le titre National ?

 

Akira Sendoh Fujima Shin'ichi Maki Kimimoto Eiji Sawakita
Sendoh, Fujima, Maki, Kishimoto, Sawakita.
Tant de talentueux adversaires sur la route de Shohoku vers la conquête du championat National!

 

Ici pas de coups spéciaux de la mort qui tue. Pas de dunk à la NBA Jam où les joueurs font des sauts de 300 km. Mais question réalisme, c'est à revoir. Ayant moi-même pratiqué le basket-ball de 13 à 17 ans, leur niveau de jeu est vraiment trop élevé pour de simples lycéens. Aussi contrairement à Captain Tsubasa, les matchs ne durent pas une éternité même s'il y a de beaus gros plans sur certaines actions comme les dunks, qui nous montrent le talent de dessinateur d'Inoue. En effet les mouvements des basketteurs sont bien relatés en s'inspirant des matchs de la NBA que l'auteur a vu à la TV.

Sakuragi tome 30 Et justement parlons du dessin : le mangaka a mis un certain temps à trouver, et à réussir à ajuster son style. Au début de la série, les dessins sont plutôt simples, voire hésitant, avec pratiquement pas d'arrière plan autre que du blanc et les traits des personnages ne sont pas très ajustés. Mais ça s'améliore au fil du temps, en effet, comparez les premiers tomes de Slam Dunk par rapport à Vagabond, vous verrez l'aboutissement du talent exceptionnel que possède Takehiko Inoue.

Autre originalité du manga, le héros Sakuragi Hanamichi. Alors que les autres héros de manga traitant de sport clame l'amour du jeu et le fair-play, Sakuragi lui est un anti-sportif complet, prêt à n'importe quel coup bas pour montrer qu'il est le meilleur, surtout face à Rukawa, alors que c'est loin d'en être le cas. Là se situe tout le charisme de ce héros pas comme les autres.

Petite fausse note, le manga n'approfondit pas assez l'histoire privée des personnages. Bien sûr, on en apprend sur le passé de certains personnages ainsi que leurs motivations : Akagi et son rêve de gagner le tournoi national, Rukawa qui veut aller au U.S.A., Mitsui qui veut prouver qu'il a encore son niveau de MVP Collège. Mais cela aurai pu être plus creusé.

Le manga a été adapté en une série Tv de 101 épisodes qui suit assez fidèlement le manga en rajoutant quelques petits passages qui permettent d'en savoir un peu plus sur certains personnages ou en rajouter d'autres qui sont seulement mentionnés dans le manga (le fameux Ôda du club de basket du collège de Wako). Mais bon, cette série est assez mal dessinée. C'est à dire : les mouvements des personnages sont assez grossiers et le style graphique ne suit pas celui du mangaka. Ne pas voir cet anime n'est pas une grande perte contrairement au manga. Malheureusement comme beaucoup de manga adaptés en version Tv, celle-ci s'arrête en plein milieu du manga, au tome 22 même s'il nous offre quand même un somptueux match rêvé par les fans...
Il existe également 4 Films qui s'intercalent pendant les épisodes de la série animée.

Même si vous n'aimez pas le basket lisez Slam Dunk, vous ne serez pas déçus.

Slam Dunk © Takehiko Inoue, IT Planning


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le nom du héros de Hellsing ? Indice : c'est Dracula à l'envers



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT