Skip Beat! - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

08/12/2008 | Rukawa

Skip Beat!


coTitre VO :  スキップ・ビート!
Auteur : Yoshiki Nakamura (Tokyo Crazy Paradise; MVP wa Yuzurenai)
Date de création :  2002
Genre : Kyôko ou la passion de la comédie.
Prépublié chez : Hana to Yume
Editeur Français :  Sakka
Nombres de tomes lus : 22+ série en cours
Autres :  un drama coréen nommé Extravagant Challenge, un anime réalisé par Kiyoko Sayama

 

Skip Beat!

 

En voilà un shoujo pour le moins original, créé par Yoshiki Nakamura.

En effet, il existe très peu de manga ayant pour thème le show-business, même si dernièrement une tendance à paraître des manga sur la musique prend de l'ampleur. Cependant, le monde des acteurs, lui n'est pas si exploité que çà. Et de plus, Skip Beat! est très différent de ce que propose Glass no Kamen, connu dans nos contrés sous le titre Laura ou la passion du théâtre, un des rares exemples connu sur le milieu où l'aspect est beaucoup tragédie grecque. La nouvelle arrivée dans le milieu n'y va pas avec le dos de la cuillère, et joue bien plus dans le côté comédie et, est bien plus anticonformiste.

Il suffit d'un très petit degré d'espérance pour causer la naissance d'un amour

La jeune et naïve Kyôko Mogami est amoureuse et consacre toute sa vie à son aimé. Quand Shôtarô Fuwa décide d'aller à Tôkyô, afin de donner un élan à sa carrière naissante de chanteur, Kyôko le suivra, échangeant sa vie de lycéenne contre celle d'une femme au foyer : ménage, cuisine, vaisselle seront son nouveau quotidien.
Mais lorsqu'elle découvre que ce sacrifice n'est qu'à sens unique, elle décide de se venger ! Pour prouver qu'elle n'est pas une incapable, elle prend le pari elle aussi, de tenter l'aventure dans le show-bizz, pour devenir une star et humilier son ex. Mais, comment faire, quand on a autant de talent que Paris Hilton ?

Après avoir harcelé l'agence de divertissement L.M.E. Production, Kyôko se voit offrir une opportunité : En effet, l'excentrique président Lorry Takarada lui offre sa chance de percer, curieux du futur déroulement des choses. S'il l'embauche, c'est surtout à cause de la motivation de la jeune fille déchue : là où réussite et célébrité est le rêve des autres jeunes filles, Kyôko n'est présente de ce côté de la barrière que par haine qu'elle voue à Shôtarô. Elle intègre alors la section LOVE ME! de L.M.E. Production où elle rencontrera Kanae Kotonami.

 

Skip Beat!, Vengeance à deux visages Kyôko en ange

Kyôko, une vengeance à deux visages

 

Showin' how funky and strong is your fight, It doesn't matter who's wrong or right, Just beat it

Le côté obscure de Kyôko fascine et le développement du personnage l'est tout autant. C'est une des clefs du succès du manga. Ainsi, alors que tout le monde imagine qu'elle débutera d'abord comme simple talento, comme il en existe des centaines au Japon -vous savez ces jolies cruches appelée pour servir de décoration dans les émissions TV et dire plein de débilités-, notre débutante sera rapidement propulsée dans les premiers rangs après une impressionnante prestation d'un personnage sombre et ayant la haine envers le monde. C'est à partir de là qu'interviennent les premiers doutes et remises en question : A-t-elle réellement du talent ? Ou bien ce personnage incarné n'est simplement qu'un reflet de sa propre haine ?
Conséquence, l'effet domino suit, et le premier rôle qui lui est proposé, suite à ce succès, est justement un personnage torturé, de la même trempe ... Kyôko va-elle s'enfermer dans ce genre de rôle ?

Bien qu'à l'instant, je vienne de résumer rapidement la trame principale des 20 premiers tomes, je ne considère pourtant pas ceci comme du spoil. Même si l'histoire n'avance pas énormement, ce n'est, au contraire, pas génant, grâce au développement des différents personnages, que l'on apprend à mieux connaître au fil de ces 6 mois racontés dans le manga.

Le développement de Kyôko est fascinant, et tout comme le président de la L.M.E. Production, le spectateur est curieux lui aussi de ce qu'elle peut faire et jusqu'où peut-elle aller pour assouvir sa soif de vengeance contre Shô. Vous vous attacherez vous aussi facilement à cette fille si différentes des autres héroïnes de shoujo. Sa motivation est stupide, certes, mais en se familliarisant avec elle, on l'apprécie et arrive à lui porter de l'affection grâce à son charisme envoûtant. C'est ici que d'autres ingrédients comme l'humour interviennent.

Shô Fuwa Kyôko Mogami Ren Tsuruya

Kyôko, entourée de Shô à gauche et de Ren à droite.

 

Ses disputes avec Ren Tsuruga, l'acteur super star de chez L.M.E Production, font sourire, sachant que le beau tenebreux est un gars toujours sérieux et que ce dernier perd petit à petit son sang froid, au fur et à mesure que le manga avance et la multiplication de ses scènes avec Kyôko. Vous devinerez aisément, dès leur première rencontre, qu'ils formeront LE couple de l'histoire. Bien que très lent, l'évolution de cette relation est aussi un des points intéressant du manga, il y a quelque chose de très fort les unissant.

Mais Kyôko a aussi cette relation ambigüe qu'elle partage avec son nouveau nemesis, Shô Fuwa. Leurs disputes font tantôt passer l'un, tantôt l'autre pour un enfant gâté. Les sentiments de notre graine de star sont passés d'un extrême à un autre... Vraiment ? Trop rapidement, vous ne trouvez pas ? Ces démons du passé inquiètent aussi Kyôko, car après tout, et elle le sait, elle ne demeure pas moins qu'une jeune adolescente au coeur fragile ...

 

Long et dur est le chemin qui de l'enfer conduit à la Lumière

Les demons de KyôkoSa spontanéité et son positivisme naturel font contraste avec sa haine envers Shô. On peut d'ailleurs se demander laquelle est la plus naturelle, la Kyôko toute mignonne et gentille qu'on voit souvent, ou les brefs passages où son aura démoniaque ressort. Ces passages sont également pour le moins amusant, vu la pression qu'elle pose sur les victimes quand cela ressort. Ils sont imagés par des petits diablotins où un kanji représentant un sentiment, est écrit sur le ventre, passant de haine à tuer selon l'humeur de la demoiselle.
Et ce regard de haine, quelle expressivité ! Yoshiki Nakamura, la mangaka, arrive parfaitement à réaliser cette dualité que contient son personnage principal. Mais de l'autre côté, on a également droit à quelques scènes de Super Déformé pour faire baisser la pression.
D'ailleurs, ce côté obscure ou plutôt facette cachée peut également nous rappeler celle d'un couple star et protagonistes principaux de Kareshi kanojo no ijou, alias Elle et Lui en VF, en France. Tout comme Sô'ichirô Arima, on sent que Ren Tsuruga a des choses à cacher ou à se reprocher; tout comme Yukino Miyazawa, Kyôko est une femme de fort caractère et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds.

De plus, la réussite fulgurante de Kyôko attire évidemment les jalousies, et se verra vite critiquée par ses jeunes concurrentes pour cette réussite mais aussi pour cette relation intime qu'elle entretient avec les deux stars du moment Ren Tsuruga et Shô Fuwa. Et là, c'est le drame, elles comprendront très vite qu'il ne faut jamais s'attaquer à Kyôko Mogami !

Initialement la mangaka Yoshiki Nakamura comptait faire de Kyôko une lycéenne avec ce même caractère lunatique et non une apprentie-star. Avoir choisi le monde des paillettes et des strass fut donc au final une excellente idée qui nous dépayse un peu des comédies lycéennes.

 

Extravagant Challenge

De plus, toujours dans l'originalité, on peut remarquer que le découpage des planches par Yoshiki Nakamura est assez spécial. Il arrive souvent d'une page soit découpée en plusieurs axe horizontaux où se suivent à l'intérieur les cases verticales. Un peu comme si on avait plusieurs pages dans la page. Cela arrive à fournir une tension supplémentaire ou un meilleur dynamisme selon la scène. Le manga aussi contient enormement de scènes avec différents angles de vu.

Rien de mieux qu'une scène sur deux pages pour illustrer mes propos :

Exemple de découpage dynamique dans Skip Beat!

Dans l'exemple ci-dessus, nous voyons ainsi, à gauche, des cases s'interposer entre deux cases.
La première action se déroule sur 4 cases, nous voyons en parrallèle 3 images se déroulant simultanément : un plan italien entre Kyôko et Kanae, un plan rapproché sur Kanae et un gros plan sur la main de Kanae tenant la bouteille.
L'image suivante de l'action se situe en dessous de celle de la main, c'est-à-dire l'oeil perplexe de Kanae. Soudain, illumination son regard change, on commence par nous montrer son oeil puis l'expression entière de son visage.
Page suivante, c'est le découpage de la page, évoqué plus haut : 2 parties horizontales, découpées verticalement.
La première phase se concentre sur la contre-attaque ratée de Kanae, pendant que la seconde évoque la situation ridicile engendrée par cet échec.

 

Vous l'aurez compris, je suis un grand fan de Skip Beat!, et surtout de Kyôko Mogami, qui a elle seul représente pratiquement toutes les qualités qu'on puisse prêter à ce manga. A votre tour, laissez vous séduire par elle et sa vengeance. Néanmoins, j'espère, tout de même que ce plat froid qu'elle prépare pour Shôtarô aura lieu et sera délicieux, car, vu comment Kyôko est impressionnante quand elle est énervée, je souhaite que cela ne sera pas un pétard mouillé.

 

Affiche du Drama Dark Moon

 

Skip Beat! © Yoshiki Nakamura, Hakusensha


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Il a des cheveux blonds, un survêtement orange, il mange des ramen et veut devenir hokage quand il sera grand, il s'appelle ... ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT