Shingetsutan Tsukihime - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

29/03/2004 | Rukawa

Shingetsutan Tsukihime


Titre VO : 真月譚 月姫
Studio : J.C. Staff
Réalisateur : Katsushi Sakurabi
Character-Design : Kaoru Ozawa
Compositeur : Toshiyuki Omori
Diffusion au Japon : Diffusé du 10 Octobre 2003 au 25 Décembre 2003 à 00h30 sur BS-i
Genre :  Vampire
Licence Française :  /
Nombres d'épisodes vus : 12/12
Autres : un erogame.

"Blue Blue Glass Moon, Under the Crimson Air"

Shingetsutan Tsukihime est un anime adapté initialement d'un erogame de Type-Moon, en fait un doujin game pour être plus précis, c'est à dire un jeu crée par un non-professionel. Je pourrais même rajouter que Tsukihime est certainement le doujin game le plus connu au Japon, et même un des rares où après avoir viré les CG de cul, le background est tellement fouillé et developpé que le jeu reste intéressant. Certes, il existe Melty Blood, jeu de combat, qui sort bientôt mais l'original est un erogame.

Arcueid Brunestud,
belle princesse lunaire

Shingetsutan Tsukihime est à mes yeux, la plus grosse surprise de l'année 2003. Un excellent animé pour conclure l'année avec en prime le dernier épisode diffusé au Japon le soir de Noël. Cette animé balayera les fantômes des autres animé 2003 daubesque comme I"s et vous ferons oublier les block-busters comme Last Exile ou Ghost in the Shell - Stand Alone Complex.
Oui, Tsukihime est cette petite touche de fraîcheur et de douceur dans ce monde de brute.

 

Shiki Toono
Shiki Toono et ses yeux démoniaques qui perçoivent la mort.

Shiki Toono a eu un terrible accident de voiture quand il était enfant. Il y survécu miraculeusement mais en a perdu la mémoire. Depuis, il arrive à voir les "lignes de la mort", qui, si tranchées, ôtent la vie à n'importe quelle matière, vivante ou pas : Il possède le Chokushi no magan "l'œil demoniaque de perception de la mort". Un encombrant secret qu'il doit garder pour éviter les problèmes. Mais une mystérieuse jeune femme lui change la vie en lui offrant des lunettes qui lui permettra ne plus voir ces lignes et de mener une existence presque normale.

Quelques années passent et Shiki est à présent au lycée et vit chez sa petite sœur, Akiha, assez protectrice envers lui. Mais chassez le naturel il revient au galop, sa vie bascule où un soir en revenant de cours, pris de pulsions meurtrières, il sort son couteau et charcute une passante ! Et quelle fut sa surprise, quand il la rencontre le lendemain, entière et bel et bien en vie -et surtout belle-. Etait-ce rêve ou réalité ? Qui est donc cette jeune femme dont, on l'apprendra plus tard, le doux nom est Arcueid Brunestud. Et lui même, qui est-il vraiment ?

Dès le début de l'histoire on s'attend à un Hellsing bis : une antité maléfique à abattre, rien que çà.

Mais est-ce juste une sombre histoire de vampire ? Non. Autant le moteur de Hellsing est basé sur l'action, Shingetsutan Tsukihime se repose plus sur l'inaction. Dans ce anime, on recompose en fait un puzzle à coup de flashback dans le passé trouble de Shiki. Chacun des personnages ont leurs propre secret d'où le nombre de personnages secondaires très limités, histoire de developper un peu le background. L'intrigue tourne donc essentiellement autour du couple Shiki et Arcueid mais aussi de Ciel, Akiha et Roa.

Akiha Ciel nrvnqsr
Tant de choses à cacher mais... si tous leurs secrets étaient liés ?

Ainsi dès les premiers épisodes on sait déjà que Ciel, après une apparition fracassante en pleine nuit, est bien plus qu'une camarade d'école de Shiki, qu'Arcueid n'est pas une simple vampire. Peut-être est-elle la clef de tout ? A moins que ce soit Akiha qui est bien trop protectrice envers son frère aîné. Mais de quoi veut-elle le protéger ? de Roa, cette entité maléfique ? ou d'Arcueid, cette princesse de la lune ? à moins que ce soit le passé de Shiki même, qu'elle souhaite préserver ?

Chaque protagoniste a un passé très lourd, même Shiki qui ignore le sien.
Les indices sont dévoilés petit à petit, jamais trop mais assez pour garder en haleine le téléspectateur. Le rythme s'accélère brusquement, peut-être un peu trop vite, on commence à connaître un peu plus Shiki et Arcueid, leur relation commençait à évoluer que la série s'arrête assez brusquement. En effet l'intrigue finale est dévoilée spectaculairement sur les deux derniers épisodes alors qu'on rame assez pendant une demi-douzaine d'épisode. Mais malgré la fin magnifique, on sent qu'il manque des pièces au puzzle, que cela s'est trop vite terminé et on ressent un arrière goût d'inachevé et 26 épisodes aurait même dû être imposé car on aurai pu rajouter d'autres personnages des jeux comme Len, ou bien faire apparaître Aoko ailleurs que dans des flashbacks ou encore approfondire d'avantage le passage sur l'origine de Shiki. Mais l'anime est quand même assez compliqué à suivre, tant qu'on ai pas joué au jeu original.

Outre son histoire bien ficelé et son chara-design magnifique, où les dessins sont plus mature que par rapport au jeu, la musique dans Shingetsutan Tsukihime est aussi très belle et envoûtante. En effet cela joue beaucoup sur l'ambiance mystérieuse de la série. On jongle entre des musiques tantôt angoissantes, tantôt relaxantes avec de très beau morceaux joué au piano et au violon. Le tout est divinement orchestré en parfaite harmonie. L'opening "Full Moon" en est un bon exemple en nous plongeant directement dans le bain avec son air assez "rituel" dirons-nous.

Quant à l'ending, Rinne no Hate ni, en plus d'être somptueuse, ses paroles résument parfaitement la série, cette histoire de promesse faite entre Shiki et Arcueid. On comprendra le sens de cette mélancolie, une fois avoir vu la triste fin de la série.


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Dans Saint Seiya, quel est le nom du chevalier d'Andromède, celui avec une armure rose, les cheveux verts et est le petit frère d'Ikki ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT