Shingeki no kyojin - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

13/06/2013 | Rukawa

Shingeki no kyojin


Titre VO : 進撃の巨人
Titre FR : L'attaque des Titans
Auteur : Hajime Isayama
Date de création : 2009
Genre : Titanesque.
Prépublié chez : Bessatsu Shônen Magazine
Editeur Français :  Pika
Nombres de tomes lus :  10/11+ (série en cours)
Autres : un anime de 25 épisodes par Wit Studio & Production I.G.

Shingeki no kyojin, la review

Sie sind das Essen und wir sind die Jäger !

Il y a une centaine d'années, des titans apparurentd'on ne sait où; face à eux, l'humanité faillit disparaître en très peu de temps. Afin de se protéger, les survivants bâtirent trois murs, Maria, Rose et Sina, qui leur permirent de vivre près d'un siècle en paix. Cependant, en 845, avec les apparitions soudaines du titan Colossal et du titan Cuirassé, Maria, le premier mur protecteur fut brisé. L'humanité perdit environ 20% de sa population, 1/3 de ses territoires et recula son domaine d'activité jusqu'au mur Rose ... Parmi les survivants, trois enfants, Eren Jäger, Misaka Ackerman et Armin Arlert, sont laissés orphelins et décident de s'engager dans l'armée, afin d'aider l'humanité à survivre et combattre les titans. Mais en 850, le titan Colossal réapparaît, brisant le mur à nouveau ... La fin du monde n'est pas si éloignée ...

Eren Mikasa Armin
Eren, Mikasa, Armin, le trio d'orphelin allant en guerre contre les titans.

La première chose qui frappe quand on feuillète Shingeki no kyojin, c'est le dessin. Ce n'est pas tellement beau, on a l'impression que les dessins sont à peine finis, on pourrait même croire que ces coups de crayons sont des roughs. Pour l'anecdote, avant d'être accepté chez KodanshaHajime Isayama, le mangaka, avait d'abord proposé son pilote au Shônen Jump, mais la Shueisha lui répondit que son histoire sortait trop des carcans habituels du mangashi et que son trait était trop esquissé.
Mais c'est cet effet brut qui donne un style si particuplier au manga. On s'aperçoit rapidement, qu'en fait, ce que dessine Hajime Isayama, ce n'est pas simplement des personnages, ni des titans, mais du mouvement. Cette impression de dynamisme donne une fluidité étonnante lors des combats contre les titans. De plus, Isayama se débrouille pas mal avec la perspective, pas étonnant vu l'armement utilisé, cet équipement à mobilité tridimensionnelle qui nous promet beaucoup d'acrobaties. Cet outil est la base à maîtriser pour combattre les titans, leur permettant une mobilité verticale grâce à un grappin se cramponnant un peu partout, et dont la vitesse est accélérée grâce à une une bonbonne de gaz. On peut y voir ici une jolie métaphore, où la vie du soldat ne tiendrait qu'à un fil, si ce dernier craque ou si cet équipement est mal maîtrisé.

Mikasa en action Rivaille en action

Les tomes se dévorent très rapidement, comme beaucoup de manga d'action. Trop rapidement peut être, car l'inconvénient du style de Isayama, c'est que contrairement à du Takehiko Inoue sur Vagabond ou du Kentarô Miura sur Berserk, le lecteur ne reste pas ici une bonne minute à admirer certaines passages tant c'est beau. Ici, c'est la vitesse qui domine, l'envie de connaître la scène suivante le plus rapidement possible.
Cependant, ne pensez pas que l'action prend le dessus sur tout. Le monde de Shingeki no kyojin est très fouillé et les explications nombreuses, dans ce monde où les humains ont encore beaucoup de questions à se poser. En effet, comme dit plus haut, personne ne sait d'où viennent les titans, mais à force de sacrifices, les hommes ont pu rassembler de nombreuses informations sur l'ennemi : leurs habitudes, la façon de les tuer, et les différents types de comportement.
En effet, il y a principalement deux types de titans : les premiers qui réagissent d'ailleurs bien plus comme des zombies version XXL que des monstres sanguinaires et les autres, ceux qu'on appelle les déviants, qui sembleraient dotés d'intelligence ...
De nombreux détails parcourent l'oeuvre, l'univers semble totalement maîtrisé par le mangaka, on sent d'ores et déjà qu'il sait où il désire aller avec son histoire. Un monde bien plus vaste à découvrir qu'on ne pense, sachant que les différents bataillons d'expédition ne sont pas allés bien loin ...

Eren VS le Titan Colossalkikoo, sava ?

De plus, au fur et à mesure qu'avance l'oeuvre, il est de plus en plus sous-entendu que l'ennemi pourrait aussi se trouver à l'intérieur des enceintes de la ville ... Cependant, Shingeki no kyojin semble aller plus loin que de simple fait de créations dont l'homme aurait perdu le contrôle... Les derniers tomes publiés, c'est-à-dire au alentour du tome 10, nous amènent d'ailleurs à nous demander si l'humanité mérite de survivre...

Levi, like a boss.Le manga est réellement prenant, malgré le peu de personnage charismatiques qui en ressortent.
Si le cas désespéré d'Eren disserte d'indénombrables lignes hors-sujet sur la matière, il n'en est pas de même pour Levi et Mikasa. Ces deux personnages, en plus d'être doués à l'utilisation de leur équipement à mobilité tridimensionnelle, leurs paroles et leurs actes en imposent tout autant. Si Mikasa nous impressionne surtout par sa nature de surdouée au combat, Levi possède en plus les qualités qu'il faut pour un leader et n'hésite pas à remettre à leur place des soldats un peu trop arrogants, que ce soit par la force ou par le cynisme.

Le comportement des humains sont réalistes, et le désespoir est présent dans toutes les lignes. Nombreux meurent dévorés, ou massacrés par des titans d'une façon tellement naturelle; ç'en est si effrayant que le lecteur lui-même finira par s'y habituer. Les principales victimes étant des soldats sacrifiés dans leur devoir, si les figurants civiles pensent qu'il est du devoir du militaire de se sacrifier pour eux, le lecteur fera preuve d'un peu plus d'empathie à cet égard.
L'oeuvre n'est pourtant pas très gore, nous n'assistons point ici à des bains de sang à pulsions sadiques, simplement des pertes humaines réellement nombreuses. Il est aussi important de préciser que même certains personnages introduits que l'on peut supposer importants peuvent dégager comme une mouche qu'on écraserait comme si de rien n'était.
C'est ce qui est le plus effrayant dans ce manga : l'impuissance de l'humanité est tellement captivante.

Engagez vous, qu'ils disaient
Engagez vous, qu'ils disaient

Si le titre international est Attack on Titan et le titre français L'attaque des Titans, le titre original pourrait quant à lui se traduire par L'avancée de la conquête par des géants. Devant la domination des titans, les humains sont totalement impuissants et vivent dans l'attente et la peur d'une prochaine attaque. Les morts ne sont pas extravagantes, pas besoin de mélodrames de plusieurs cases, ici elles sont simplement efficaces.

De nombreux indices sont distillés, laissant le lecteur faire des théories. C'est exceptionnel à quel point certaines paroles en l'air deviennent évidentes, une fois qu'on connait certains élements plusieurs tomes plus tard. Surveillez chaque réflexion anodine ou parole en l'air. Surtout que justement, l'un des points fort du manga est de surprendre son lectorat. Vous pouvez théoriser tant que vous voulez, même si de nombreux indices sont là, il y a de très fortes chances que vous soyez surpris.

Pour conclure cette review, quelques mots sur l'anime diffusé au printemps 2013, réalisé par Tetsurô Araki, qui s'était entre autre chargé d'adapter en anime de Death Note. Même si l'animation reste très aléatoire dans sa qualité globale, la série arrive à nous faire ressentir le dynamisme du manga. Isayama est également convaincu par cette adaptation, qui selon lui corrige des erreurs évidentes dans le timing et l'ordre chronologique d'apparition des mystères. Mentionnons également Guren no Yumiya, l'opening super entraînant.

Un scénario qui ne traîne pas, des pages qui se dévorent, un style dynamique, n'hésitez plus, attaquez la lecture de Shingeki no kyojin, un manga titanesque.

Le 104e régiment


Shingeki no kyojin © Hajime Isayama, Kodansha


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le prénom de Toriyama-sensei, mangaka de Dragon Ball et de Dr Slump ? C'est aussi le nom d'un manga de Katsuhiro Ôtomo.



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT