Mushishi - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

07/07/2007 | Rukawa

Mushishi


Titre VO : 蟲師
Adapté du manga de Yûki Urushibara
Studio : Artland
Réalisateur : Hiroshi Nagahama
Character-Design : Yoshihiko Umakoshi
Compositeur : Toshio Masuda
Diffusion au Japon : du 22 octobre 2005 au 18 juin 2006 sur Fuji TV.
Genre : Attrapez les tous.
Licence Française : /
Nombres d'épisodes vus : 26/26
Autres : un film live, réalisé par Katsuhiro Ôtomo

A noter, les lectures des kanji servant de sous-titre de paragraphe peuvent former mushishi.

虫史 ?

(histoire d'insecte ?)

Dans le monde, il existe des créatures fantastiques ayant de pouvoirs surnaturels.
Tantôt nuisibles, tantôt bienfaisantes, on les appelle les mushi. Il en existe des millions, mais seulement une poignée d'élus peuvent les voir ou communiquer avec eux. Nous suivrons les voyages de l'un de ces spécialistes, Ginko, un mushishi, c'est-à-dire une personne qui est chargée d'étudier ces fascinants mushi.

Petite introduction, le titre de l'anime utilise un kanji rare pour le mot mushi.
Littéralement, il peut se traduire par insecte mais habituellement on utilise plutôt ce kanji 虫 et non celui là 蟲. Quant au second kanji 師, il signifie maître, expert. Mushishi signifie donc expert en mushi.

Ginko, un héro au regard qui tue.

Au début de l'histoire, on pourrait apparenter le mushi avec son équivalence anglaise, un insecte, a bug, qui est également une nuisance.
Cependant, en avançant petit à petit dans l'histoire, ce n'est pas aussi simple, on découvrira à l'aide de notre maître insecte qu'est Ginko, qu'ils ne sont pas forcement néfastes et peuvent servir à l'équilibre du monde.
Une sorte de Ying et Yang où les mushi sont des élèments composant l'univers qui les entourent.
Ginko sera là essentiellement pour rendre service aux gens, mais également pour rétablir cet équilibre ou ne rien faire pour justement garder cet équilibre intact. Il peut ainsi sauver certaines personnes mais se verra forcé d'en abandonner certaines tant leur condition est irréversible ou quand simplement qu'une fatalité doit quand même avoir lieu.

務志士 ?

(devoirs patriotique ?)

Ce monde fascinant semble, directement, inspiré des nombreux mythes et légendes japonaises, exemple, l'épisode avec l'arbre qui enfante n'est rien d'autre que la légende de Kaguya Hime.
Mais si tout miracle était aussi l'oeuvre d'un mushi ? Et si tous caprices de la nature seraient la faute des mushi ? Ce sont des questions que posent l'anime. Pourtant, je ne pense pas que le but premier de cet oeuvre soit là pour déresponsabiliser l'homme de ses méfaits sur dame nature. Mushishi est bel est bien une oeuvre écologique mais plus que cela, il y a aussi le respect des traditions et des valeurs ancestrales, choses si chères au Japon contemporain, chose qu'on demande à la jeunesse de les préserver.

De par la neutralité de son personnage principal, Mushishi est une oeuvre qui ne juge pas. Du fait de sa condition de voyageur itinérant, Ginko sera le seul et l'unique personnage de l'histoire que l'on verra traverser mont et forêt dans tous les épisodes. Pourtant, il n'est pas le centre de chaque épisode et ne demeure qu'un simple élément extérieur. C'est une façon aussi de ne pas permettre au spectateur de s'attacher aux autres, nous devons également nous aussi rester neutre. D'ailleurs il n'y a pas réeelement de recherche graphique sur les personnages dans les différents villages que Ginko visitera... Mais c'est sans doute la faute du mangaka originel Yûki Urushibara.


Quelques personnes que Ginko rencontrera pendant son voyage.

 

Ne voulant jamais réellement s'impliquer hors des histoires de mushi, Ginko se limite à faire son travail avec nonchalence. Lui-même l'avouera, il attire les mushi, tout comme les grands détectives attirent les crimes. Mais je pense que c'est un faux prétexte. Mushishi ne se veut aucunement moraliste. C'est bien plus subtile. Il laisse au spectateur le libre arbitre et juger par lui même. On est bien loin du monde manichéen des shounen où tout est blanc ou noir.

無視死

(ignorance de la mort ?)

Les meilleurs épisodes de l'anime sont justement ceux qui s'intéressent à notre mushishi. L'épisode contant son enfance est certainement l'un des épisodes les plus intéressants avec celui de la bibliothèque où sont enfermés tous les savoirs sur les mushi. Avis totalement subjectif bien entendu.
Certains épisodes sont poignants comme l'avant dernier avec la fille aveugle mais ceux qui permettent d'en savoir d'avantage sur l'univers des mushis, dont Ginko fait parti, sont les plus intéressants.
Les autres épisodes sont cependant d'une qualité assez inégale au niveau scénaristique. Dans sa decription, c'est terriblement répétitif : Ginko arrive dans une ville, détecte un mushi et réfléchit à ce qu'il va faire. Répétitif certes, mais pas inintéressant : la grande variété des mushi nous fascine assez pour que l'on s'accroche sans s'ennuyer.


Des merveilleux décors aussi variés les un que les autres...

 

Mushishi est ce qu'on pourrait qualifier un iyashi kei, une oeuvre calme. Quelque chose qui n'a pas besoin de grand-chose pour qu'on s'imprègne de l'ambiance. C'est la principale force de cet anime. Cette ambiance calme, reposante, aidé par la musique adéquate.
J'ai été agréablement surpris par l'opening thème en anglais, The Sore Feet Song chanté par Ally Kerr. C'est d'une beauté mélancolique.
De plus en voyageant, avec Ginko, on peut voir une multitude de paysages différents, tous les plus soignés les un que les autres. Si on peut qualifier le chara-design de simpliste, il n'en est pas de même pour la direction artistique : celle-ci est sublime.
Forcement on ne peut qu'adhérer si on est fan d'autre chose que de série bourrin avec du sang.

La licence de l'anime n'est pas encore acquise en France, mais le manga, 8 volumes, est édité chez Kana.
A noter, Katsuhiro Ôtomo a réalisé une adaptation live du manga.


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le prénom de Toriyama-sensei, mangaka de Dragon Ball et de Dr Slump ? C'est aussi le nom d'un manga de Katsuhiro Ôtomo.



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT