Majokko shimai no Yoyo to Nene - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

30/04/2015 | Rukawa

Majokko shimai no Yoyo to Nene


Titre VO : 魔女っこ姉妹のヨヨとネネ
D'après le manga de Hirarin
Studio : ufotable
Réalisateur : Takayuki Hirao
Character-Design : Yuka Shibata
Compositeur : Gô Shiina
Sortie au Japon : 28 décembre 2013
Genre : Magical Girls
Licence Française : /
Durée : 1h40

Les soeurs Yoyo et Nene sont des sorcières dont la spécialité est l'exorcisme de malédiction. Plutôt douées et réputées à travers tout le Royaume Magique, elles finissent leur travail avec 100% de clients satisfaits !
Un jour, pendant qu'elles discutaient avec une cliente satisfaite, des bâtiments sortis de nul part se mettent à pousser devant leur jardin. En allant élucider le mystère, Yoyo se retrouve alors plongée dans une autre dimension, la nôtre, celui des humains n'ayant pas de pouvoir magique.
Elle y fait la rencontre de la petite Aki et de son cousin Takahiro dont les parents sont également victimes d'une terrible malédiction les ayant transformés en créatures bizarres. C'est une mission pour Yoyo !

Avant d'être porté sur grand écran, Majokko shimai no Yoyo to Nene était un manga dessiné par Hirarin. Nommé Noroiya shimai (Les soeurs de la boutique de malédiction) a été publié entre 2006 et 2008 dans le Gekkan COMIC Ryû. Vous vous doutez bien évidemment que la sortie du film est l'occasion de dépoussiérer le manga : depuis 2013 deux nouveaux tomes sont sortis, et le manga est toujours à ce jour en prépublication.

Le film est réalisé par Takafumi Hirao, qui avait été en charge du cinquième film de Kara no kyoukai : Mujun Rasen, sûrement le plus potable de cette franchise à la qualité très inégale.

Hirao est un des jeunes réalisateurs les plus prometteurs du Japon, il a assuré la direction de l'épisode 1 de Paranoia Agent et assisté Satoshi Kon sur le reste de la série. Mais c'est néanmoins sur sa première série, le déjanté Futakoi Alternative qu'il se démarque et également sur le revendicatif Manabi Straight.
Yoyo to Nene est plus proche de l'esprit de ces deux derniers que des autres travaux cités ci-dessus. Pas autant déjanté, mais l'esprit est bien moins sérieux, même si le film se permet de petites doses de réflexion.

Toutefois, on se demande pourquoi le titre du film s'intitule ici Les soeurs sorcières Yoyo et Nene, le titre d'origine étant bien plus explicite. En effet, dans le film, le rôle de Nene est mineur, même si elle essaye d'aider à distance Yoyo à revenir dans le Monde Magique, il y a très peu de scènes avec la cadette et son support technique reste au final assez minimaliste. Seule la scène d'ouverture du film les rassemblent toutes les deux en action, et l'entraide n'est pas réellement mise en avant, si ce n'est que Yoyo croit en sa soeur aînée.

La vedette est donc Yoyo, petite par la taille mais grande par le talent, et dont les pouvoirs sont mis en avant. C'est l'occasion d'en voir de toutes les couleurs : d'un point de vue technique, le film nous sort une orgie de scènes avec l'utilisation de ses pouvoirs magiques. Les mouvements sont fluides et les capacités de Nene sont variées et utilisées à toutes les sauces, allant d'une simple poursuite à la création d'un champ de protection, en passant par l'animation d'un mini-univers pour les besoins de pousser la chanson.

 

Et c'est plutôt joli. La patte graphique est également assez chargée en couleur, le film possède une esthétique remarquable et très agréable.

Si elle au départ Yoyo use et abuse de sa magie en toute insouciance et à toutes les sauces, les évènements lui feront prendre conscience des grandes différences entre son monde féérique et celui des humains où il n'y a pas besoin de magie pour faire les choses en bien. En effet, dans son univers, la magie permettait de tout réaliser : s'habiller, ressusciter les morts, se déplacer plus vite ou simplement s'amuser. La magie pouvait résoudre n'importe quel problème en un claquement de doigt. Avec de telles facilités, Yoyo aura fort à faire à s'adapter à ce nouveau monde, quand elle se mettra à perdre petit à petit ses pouvoirs, un thème récurrent des Magical Girls.

 
Yoyo découvre la vie sans magie : d'un côté les joies des nouilles instantanées et de l'autre, se relever seule de ses échecs.

Le film apporte cependant une différence avec d'autres séries de type Magical Girl, c'est la place des adultes, qui sont quasi-absents dans ce film. Leurs rôles sont très limités, et seuls deux interviennent : il y a d'un côté le papa de la petite Aki qui travaille toute la journée et qui ne se rend compte que rien ne change autour de lui, et de l'autre, la Reine du Royaume Magique qui n'est là que pour faire la morale aux deux sorcières et lancer un ultimatum à Yoyo afin de résoudre le problème au plus vite.
Cela pourrait se traduire grossièrement comme une vision de l'adulte qu'ont les enfants. Nene se retrouve ici dans une période charnière de l'adolescence, celle où la magie c'est-à-dire l'insouciance de la jeunesse disparaît et où elle ne peut pas forcement compter sur les adultes pour l'aider. Une manière d'affirmer que parfois les enfants n'ont besoin de personne pour grandir et que la réponse se trouve en eux-mêmes. Bien sûr, si les adultes ne peuvent pas l'aider, d'autres le peuvent : ses amis, car même s'ils ne comprennent pas le problème, ils peuvent toujours aider à le traverser ensemble s'ils ne peuvent l'affronter. 

Majokko shimai no Yoyo to Nene est un film plutôt agréable à regarder notamment grâce à son esthétique haute en couleur. Surtout que le rythme est maîtrisé et le spectateur ne s'ennuiera pas. Le film rester toutefois un peu cliché dans sa thématique et parfois très prévisibles, et bien que l'audience visé semble être un public assez jeune, il est très différent de ce que proposerait un Ghibli. Ufotable n'est clairement pas là pour les remplacer, ils sont plutôt là pour le divertissement spectacle qu'autre chose. C'est ce que nous offre ce film.

Majokko shimai no Yoyo to Nene © Monogatari Kankyo Kaihatsu, Tokuma Shoten, Majokko shimai no Yoyo to Nene Production Comittee


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Par quel quatuor est dessiné Card Captor Sakura ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT