Magic Knight Rayearth - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

22/06/2007 | Rukawa

Magic Knight Rayearth


Titre VO : 魔法騎士レイアース (Mahou kishi Rayearth)
Auteur : CLAMP
Date de création :
Genre :  Magical Girl avec des mecha
Prépublié chez : 
Editeur Français : Pika Editions
Nombres de tomes lus : 3+3
Autres : 2 séries TV de 22+29 épisodes.

Magic Knight Rayearth, la review

Prenez un bol et introduisez des filles, des garçons, des monstres, des armes et de la magie pour obtenir un résultat explosif nommé : Magic Knigh Rayearth. Un manga a rangé dans la catégorie des Magical Girl à l'instar de Sailor Moon. Néanmoins, la comparaison s'arrête nette, il ne s'agit pas d'une histoire bancale mettant en scène un groupe d'adolescente. Clamp oblige, il va falloir regarder au-delà des apparences pour découvrir un manga plus intéressant qu'il n'y parait.

Comment ai-je débarqué ici ?

L'histoire démarre à la tour de Tôkyô où un événement surnaturel se produit. Trois filles, Hikaru Shidô, Umi Ryûsaki et Fuu Hôôji, de classe respectivement différente se rendent là-bas au cours d'un voyage scolaire. C’est alors qu’une voix venue d'ailleurs réclame leur aide et les téléporterrons à Cephiro, un autre monde.

A peine se présentent-elles qu'un mage appelé Clef apparaît sous leurs yeux. Prises de surprises aux premiers abords, elles constatent qu'il s'agit d'un petit garçon, du moins physiquement. Il annonce au groupe qu'elles ne pourront pas repartir tant qu'elles accompliront pas l'objectif fixé : délivrer la princesse Emeraude, emprisonnée par son protecteur Zagat qui compte bien anéantir les trois filles. De ce fait, il envoie la belle Alcione pour définitivement les rayer de la liste des vivantes. C'était sans compter sur l'aide de Clef qui permit à Hikaru et ses compagnes de s'enfuir des griffes d'Alcione.
Les trois héroïnes combattront pour libérer Emeraude à l'aide de mécha nommé Démorobo.

 

Un rpg dans un manga ?

Le quatuor Clamp adore les jeux-vidéo et plus particulièrement les RPG - elles sont fans aussi de Sonic.
C'est donc, dans la logique des choses, de retrouver des clins d'oeil de jeux-vidéo dans Magic Knight Rayearth. Tous les ingrédients sont là : des monstres, de la magie, un univers heroic-fantasy. Elles mélangent le tout et instaurent une structure très  "RPGiesque" !

Nous avons affaire à trois filles qui débarquent dans un monde inconnu qui ne ressemble pas aux leurs. Elles devront visiter trois lieux (des donjons ?) où elles combattront un "boss".
Celui-ci vaincu, l'une d'elles deviendra plus forte dans chacun des trois temples, en acquérant de la magie et en améliorant son arme et armure. D'ailleurs, elles s'adaptent à chacune des héroïnes, privilégiant leur qualité : force physique (Hikaru), spirituelle (Fuu) ou agilité (Umi).
On retrouve donc l'équipe de trois personnages possédant chacun leur particularité - comme tout RPG qui se respecte. Au fur et à mesure de leur avancée, elles rencontreront un mage, un armurier, un grand épéiste, des dragons, etc.

 

 
Trop de niaiseries ?
Mokona, devenue par la suite la masquotte de CLAMP.

Magic Knight Rayearth aurait pu être fantastique, voire fantastique, si un défaut majeur ne venait pas ternir le tableau : la niaiserie.
Les combats sont bien dessinés tout en restant clair, les protagonistes réussissent tous à être sympathique et à avoir une certaine prestance. L'intrigue à la base est très triste et sinistre, néanmoins la pression de l'histoire ne remplit pas entièrement son contrat. A cause de scènes qui rappellent Charmed. L'amitié, c'est bien mais à lire certaines phrases, on a tendance à être irrité par autant de paroles niaises "je ne perdrai jamais mes meilleures amies, nous vaincrons quoiqu'il arrive !". Imaginez à la place Prue, Piper et Phoebe scandant ceci.
On retrouve le même problème dans Angelic Layer, sauf que c'est plus compréhensible dans ce dernier - le public visé.

En effet, à la lecture, un certain nombre de stéréotypes et de niaiseries semblent tout gâcher mais il en est rien.

L'iceberg qui cache les clichés

Bien sûr, la force de Magic Knigh Rayearth ne se trouve pas dans l’histoire même si elle contribue à rendre le manga encore plus intéressant. Mais elle se trouve surtout dans les personnages tels Zagat ou Lynthis. Pourtant certains sont stéréotypés comme jamais.
Mention particulière pour les trois héroïnes :
Nous retrouvons Hikaru, la combattante, la plus têtue, la fille honnête, sincère comme jamais. D’ailleurs sa gentillesse pourra en énerver plus d’un. L’élément magique lui étant assigné est le feu et cela colle bien à son caractère.
La deuxième Umi, grande gueule au cœur tendre du groupe, sauf qu’elle ne s’enfuira pas dans les situations délicates. Elle est capable de se sacrifier pour ses amies et l’eau lui a été accordée.
Pour conclure, Fuu est la seule fille intelligente (hé oui, les filles peuvent l’être, hihi) des trois. Ou plutôt la demoiselle la plus calme et réfléchie ce qui est l’opposée des deux. N’oublions pas que le sorcier Clef, Presea, les futurs opposants et Lynthis surtout ! Un des personnages les plus charismatiques du manga.

Il y a aussi un autre point positif c’est de design des mechas. Sans atteindre la beauté d’un Gundam, leurs design est vraiment sympa. Ils ont un jolis rendus, quand on sait que Clamp ne sont pas des mécha-designers. Notons qu’elles utilisent les mêmes atouts que ceux de RG Veda et X, c'est-à-dire, des personnages attachants, charismatique, une belle mise en scène et surtout une histoire plus compliqué qui n’y paraît ! Bref, MKR repose donc sur ses protagonistes et le scénario, en créant souvent des situations ambiguës.

Les trois héroïnes de Magical Knight Rayheart : Hikari la feu, Umi l'eau et Fuu le vent.

La deuxième partie de l'histoire (les trois derniers tomes) élève le niveau très haut, avec l'introduction de nouveaux personnages issus de divers royaumes. Et comme souvent chez les quatre mangakas, l'intrigue devient intéressante grâce au dépassement du stade manichéen du bien et du mal. Chacun lutte pour sa propre cause qui dépasse ce simple clivage à la manière de X de Clamp - Lynthis, le frère de Zagat, le faux méchant par excellence, qui veut détruite Céphiro pour une noble cause.

On pourrait aussi évoquer cette habitude de nous rappeler que l'homme petit à petit oublie totalement le lien qui le lie à la nature. Car Cephiro a été crée pour cette raison, en partie. Les hommes ne respectent pas la nature, ils la détruisent avec indifférence, en plus de se faire la guerre inutilement.
Clamp prône des valeurs pacifistes comme à son habitude. En plus de pointer du doigt, l'envie d'agir dans ses propres intérêts au détriment du collectif, tout en nuançant leur discours – le final.
 

Avec seulement six tomes, le manga de Clamp ne vous laissera aucun temps de répit.  Court et prenant,  Magic Knight Rayearth se doit d'être lu, histoire de visiter au moins une fois dans sa vie le magnifique monde de Cephiro.


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le prénom de Toriyama-sensei, mangaka de Dragon Ball et de Dr Slump ? C'est aussi le nom d'un manga de Katsuhiro Ôtomo.



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT