King of Bandit JING - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

03/06/2003 | Rukawa

King of Bandit JING


Titre VO :  王ドロボウJING (Ou doborou JING)
Adapté du manga de Yuu'ichi Kumakura
Studio : Studio DEEN
Réalisateur :  Hiroshi Watanabe
Character-Design : Mariko Oka
Compositeur :  Fumiko Harada
Diffusion au Japon : Studio DEEN
Genre : Aventure, Humour, Mystère
Licence Française : /
Nombres d'épisodes vus :  13/13
Autres :

L'histoire de King of Bandit JING -notez la belle faute d'engrish dans le titre- se déroule dans un univers imaginaire où un jeune Robin des Bois des temps modernes, surnommé le Roi des Bandits, s'attaque à essayer de dérober tous trésors les plus farfelus du monde.
Voyageant de ville en ville, Jing est accompagné de son acolyte de toujours Kir, un corbeau lover qui tombe amoureux systématiquement de toutes les filles qu'ils rencontreront. D'ailleurs cela tombe bien, dans chaque épisode il y a une jeune et jolie fille en détresse à secourir.

Sans réel intrigue, l'anime peut sembler assez peu original et assez répétitif comme scénario mais cependant le spectateur peut s'attarder à vouloir découvrir comment Jing se sortira de chaque défi qu'il se lance.

JING, le roi bandit

King of Bandit JING est adapté d'un manga de Yuu'ichi Kumakura. La première série finie comporte 7 tomes pendant que la seconde série est actuellement toujours en cours de publication au Japon avec 5 tomes pour le moment.
Soyons direct, la version papier est laide, je ne vous conseillerai pas de vous attarder dessus si vous êtes allergiques aux mauvais dessinateurs. A l'instar de Saint Seiya, l'adaptation anime a essayé de garder les différents scénarios mais en faisant une refonte des dessins pour plus de confort aux téléspectateurs. Donc, recentrons nous plutôt exclusivement sur l'anime.

Comme vous avez pu le comprendre, nous avons affaire ici à un découpage scénaristique à l'américaine, c'est-à-dire que chaque épisode ne se suivent pas : un épisode, une histoire, un but, une morale.
Ainsi, Jing en Robin des bois des temps modernes vole aux riches pour donner aux femmes. En fait, notre roi des voleurs n'a pas réellement de but final précis dans sa quête. Au gré du vent, il se rend dans une ville car il y aurait un prétendu trésor. Mais une fois sur place, Jing en profite pour réaliser constamment une bonne action, car ce n'est pas forcement les trésors matériels qui sont les plus important mais ceux du coeur ! Ainsi, par exemple, dans le premier épisode, sa "mission" sera de rassembler une mère et sa fille ayant été séparées par le destin, pendant que dans le second épisode Jing combattra l'avarice humaine.

Nul besoin d'être oenologue ou un pochtron pour l'avoir remarqué, les deux protagonistes principaux ont des noms d'apéritifs. Délire de l'auteur assez sympa, surtout quand Jing sort sa botte secrète en accrochant son piaf Kir à son bras, le transformant en une sorte de psychogun et criant "Kir Royal !" (qui comme tout le monde le sait, n'est pas un cocktail composé de Gin et de Kir, mais plutôt de champagne, remplaçant le vin blanc du kir).
Vous pouvez également remarquer que les autres personnages ont également un nom d'alcool. Ainsi les femmes porteront plutôt des noms de digestifs (Cidre, Rosé, Mirabel, Vermouth ect..) tandis que les méchants auront eux été affuté d'un nom d'alcool fort (Vodka, Cognac, Pernod, Rhum ect...). En fait, il me semble que le seul personnage n'ayant pas de nom d'alcool soit Postino, le facteur qui parle en forme d'enigme ...

Un anime de toutes les couleurs

Le chara-design est assez réussi, quand on compare au manga original, c'est mieux, c'est sûr, ce n'était pas difficile. Bon d'accord les méchants ont une sale gueule de méchant, les filles un joli minois et Jing a la classe, assez pour être classé parmi les 10 personnages les plus apréciés des japonais dans l'Anime Grand Prix 2003. Mais en fait, ce sont surtout les décors éducolorés qui sont particulièrement bien réussis. Non pas que ce soit magnifiquement beau, mais on pourrai plutôt employé le terme agréable à regarder, bien plus qu'assez pour attirer l'oeil du téléspectateur. C'est peut-être la plus grande force de l'anime : Jing voyage à travers une grande diversité de décors d'un grande originalité, concordant avec le theme de l'épisode. Bienvenus dans le monde tout en couleur du roi des bandits ! Ce qui correspond assez à l'ambiance jovial de la série.

Les musiques, quant à elles, sont assez dynamiques à tendance très guitare électrique. L'opening "Shout it Loud" qui est d'assez bonne facture represente assez le style de l'OST. Toutefois, on a pas droit qu'à des guitares saturées, on alterne assez avec des rythmes qui font western pour les moments d'inactions.

Pour conclure, la King of Bandit JING ne casse pas des briques, mais reste quand même sympa à regarder. Alors qu'elle avait l'air d'être même passée quasi inapercue la licence de la série fut pourtant assez rapidement acquise au Etats-Unis, le principe de scénario à l'américaine a dû plaire à ADV.
Quatre nouveaux OVA basés sur la seconde série devrait sortir en décembre 2003.

Ou doborou JING © Yuichi Kumakura, Kodansha, Aniplex Inc.


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Il a des cheveux blonds, un survêtement orange, il mange des ramen et veut devenir hokage quand il sera grand, il s'appelle ... ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT