I'll - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

07/01/2010 | Fenril-Anoma

I'll


Titre VO : アイル
Auteur : Hiroyuki Asada
Date de Publication : 1995-2004
Genre : Basket / Slice of Life
Prépublié chez : Gekkan Shônen Jump (Shûeisha)
Editeur Français : Tonkam
Nombres de Tomes Lus : 14/14
Autres : 2 OVA

 

 

" Après tout, c'est rien que du basketball ! "

C'est parfois par une simple rencontre que commencent et se scellent les plus grandes histoires d'amitié. I'll en est l'illustration parfaite. Qui aurait pu penser qu'en l'espace de quelques secondes, la destinée de deux adolescents allait être bouleversée à jamais. Pourtant, ce n'est qu'un simple match de basket collégien de fin de saison, sans aucun enjeu. Akane Tachibana fait le spectacle et enchaîne les paniers jusqu'à l'entrée d'Hitonari Hiiragi qui, s'emparant du ballon, le déborde superbement. Mais, mis sous pression, il décoche un violent coup de coude dans la tête de son adversaire. Cet incident dégénère en bagarre générale, conduisant à l'arrêt pur et simple du match.

Nos deux héros, qui pour des raisons diverses, entretiennent des relations conflictuelles avec leur sport, décident de s'inscrire au lycée Kouzou. L'équipe de basket y est peu réputée et ils ont la ferme intention de ne pas rejouer. Ils finissent par se retrouver et, de fil en aiguille, intègrent finalement le groupe dirigé par Kyoko Minefuji, une entraîneuse pas comme les autres. C'est le début d'une aventure qui va emmener le club de basket complètement inconnu de Kouzou jusqu'à rivaliser avec Hayamazaki, la meilleure équipe lycéenne du pays...

Mais ne vous méprenez pas, I'll est tout sauf une simple histoire de basket et, même s'il emprunte quelques codes aux shônens de sport classiques, même si les matchs prennent une place importante, Hiroyuki Asada se sert simplement de ce vecteur pour conter l'odyssée de quelques adolescents écorchés vifs, que la vie a parfois laissé sur le bord de la route et qui finiront par se retrouver sur le terrain pour panser ensemble leurs blessures.

Une galerie de personnages réalistes et hauts en couleur

Akane Tachibana, le pivot central du récit, qui va entraîner tous les autres personnages dans son sillage. Impulsif, un brin demeuré et complètement égocentrique, il n'en peut plus de l'ambiance des clubs scolaires, impliquant le respect des aînés ainsi que la prise au sérieux systématique des matchs. Tachibana va trouver en Hiiragi le rival qu'il rêvait de rencontrer depuis des années. Depuis que la personne lui ayant appris le basket disparaisse sans laisser de traces. Avec son franc parler implacable, il va réunir autour de lui tous les membres de Kouzou, souder l'équipe mais aussi les coeurs de ses amis.

Hitonari Hiiragi, quant à lui, est un génie du jeu, disposant d'aptitudes physiques et techniques hors du commun. Mais il cherche sa voie, révolté, coincé entre son père, coach du lycée Hayamazaki, et son grand frère, star du basket universitaire. Ils ne comprennent pas son attitude rebelle et regrettent sa nonchalance ainsi que son comportement violent sur le terrain. Hiiragi, secoué par l'arrivée fracassante de Tachibana dans son existence, va découvrir en lui le partenaire idéal. Celui capable d'exploiter tout son talent et de l'accompagner jusqu'au sommet, prouvant ainsi à sa famille qu'il existe plusieurs routes menant à l'accomplissement personnel et au succès.

Viendront se greffer à eux, Yoshiki Yamazaki, élève de 3e année, ancien capitaine du club et blessé depuis plus de 6 mois au genou. Fou amoureux de basket, il a abandonné tout espoir de rejouer puisqu'après le lycée, il devra s'occuper du commerce de ses parents. Il est scandalisé par l'attitude désinvolte de Tachibana vis-à-vis de ce sport qu'il aime tant mais ne peut plus pratiquer jusqu'à ce qu'on lui fasse comprendre qu'il ne tient qu'à lui de se remettre en selle. Quelques mois au service de sa passion valent beaucoup mieux que se morfondre, pétri de regrets. Kôji Kanemoto, vice capitaine de l'équipe est hanté par le souvenir de son premier amour décédé, qui se trouvait être la manager du club. Conscient de ses limites et privé de la présence de Yamazaki, il avait pratiquement renoncé à l'espoir d'aller plus haut. Akihiko Harumoto, tireur à 3 points très performant au collège, avait arrêté le basket après avoir provoqué involontairement la blessure de son ami d'enfance alors que celui-ci était sur les tablettes des recruteurs des meilleurs lycées du pays. Rempli de culpabilité, il estime n'avoir plus le droit de jouer puisque son partenaire de l'époque a vu sa carrière stoppée net. Tachibana lui fera réaliser que son comportement n'est bon pour personne et le poussera à revenir sur le terrain.

Des gamins qui ont toutes les raisons de haïr le basket qu'ils adorent mais qui vont se serrer les coudes pour tenter de guérir, de trouver les réponses qui leur permettront de briser les chaînes qui les entravent, de surmonter des obstacles qui n'ont finalement que peu de rapport avec le sport. Ce chemin vers l'apaisement, ils sont les seuls à pouvoir le découvrir et l'arpenter.

Le sport au service du récit

A la manière d'un Mitsuru Adachi, ici, le basket n'est qu'un moyen et non une finalité pour raconter l'histoire d'adolescents épris de liberté et qui ne veulent compter sur l'aide de personne pour réaliser leurs rêves. C'est l'un des principaux attraits de ce manga où Hiroyuki Asada développe une galerie de personnages tous plus réalistes et touchants les uns que les autres, passant avec une aisance remarquable de la comédie lycéenne un brin surréaliste à la tension de matchs rondement menés jusqu'à des séquences de tranches de vie parfois tragiques. L'émotion est au rendez-vous et il est extrêmement difficile de décrocher tant la balance est parfaite et les protagonistes attachants. Asada prouve, s'il en était besoin, qu'il est un scénariste remarquable, ce que l'on peut constater dans sa dernière oeuvre encore en cours de parution, Letter Bee. Dommage qu'il soit si peu prolifique mais comment se plaindre quand chaque production est un délice.

Il apparaît également important de mentionner le style graphique de l'auteur. C'est bien simple, pour votre serviteur, Asada entre dans le trio de tête des meilleurs dessinateurs en compagnie de Kei Toume (Hitsuji no Uta, Sing Yesterday for Me...) et Masakazu Katsura (Video Girl Ai, I''s, Zetman...). Ce classement est bien entendu purement subjectif mais chaque planche est un petit bijou et on ne peut qu'être admiratif de son travail de recherche, notamment sur les vêtements (regardez le nombre de tenues différentes présentes dans I'll ainsi que le soin apporté à leur réalisation et leur reproduction, c'est tout simplement bluffant). Et si vous êtes admiratifs de son talent, on ne peut que vous conseiller de vous procurer son seul artbook sorti à ce jour, Hone no Saki, une petite merveille qui se concentre essentiellement sur I'll.

Finalement, l'essence même de l'oeuvre est comprise dans son titre, à l'image des adolescents qu'elle dépeint. Ce I'll sonne comme un regard tourné vers le futur, une promesse faîte à soi-même et la certitude qu'en définitive, tout reste à faire. A cet âge, rien n'est perdu, tous les espoirs sont permis pour peu que la fougue et l'esprit irréductible de la jeunesse nous habitent...


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Dans quel pays de déroule l'histoire de Versailles no Bara (Lady Oscar en VF) ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT