Hajime no Ippo - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

13/09/2015 | Rukawa

Hajime no Ippo


Titre VO : はじめの一歩
Auteur : George Morkawa
Date de création : 1989
Genre : Spokkon
Prépublié chez : Shônen Magazine
Editeur Français : Kurokawa
Nombres de tomes lus : 68/107+ et les tomes 102 à 104.
Autres : 3 séries TV, 2 OVA.

Parmi les mangaka qui publient un manga toujours en cours depuis les années 90, Kentarô Miura, Kazushi Hagiwara et Yoshihiro Togashi peuvent aller se cacher dans un placard au vestiaire. Le vrai champion poids lourd se nomme George Morikawa et il publie son manga de boxe Hajime no Ippo et cela, sans interruption depuis 1989 !

Ippo Makunouchi était un jeune souffre-douleur jusqu'au jour, où, au détour d'une ruelle, il est sauvé par un boxeur du nom Mamoru Takamura. Impressionné par l'ardeur et la puissance de celui qui vient de lui venir en aide, Ippo se met en quête de 'force'. Le problème, c'est qu'il ne sait pas vraiment ce qu'est cette 'force' qu'il recherche : Veut-il un physique de brute ? Un mental d'acier ? Une volonté de fer ? Savoir faire sortir un vaisseau spatial englouti dans les marécages de Dagobah ?

Ippo VS Shimabukuro
Ippo le débutant

C'est pour tenter de trouver une réponse à cette question qu'il finit par s'inscrire au Kamogawa Boxing Gym, celui-là même fréquenté par Takamura. Sur place, Genji Kamogawa, le président-entraîneur se rendra très rapidement compte du fort potentiel du jeune garçon mais surtout de sa masse musculaire déjà formée. Eh oui, elle ne lui vient pas d'un entraînement physique spécifique mais plutôt de son travail familial. Depuis qu'il est tout jeune, il aide sa mère à faire tourner l'entreprise familiale, son père étant mort alors qu'il était encore très jeune. Dans son nouveau monde, Ippo découvre que la boxe est un sport passionnant et dans lequel il se pourrait qu'il ait des dispositions. Afin de voir les progrès du jeune homme, le coach organise un sparring avec Ichirô Miyata, le plus grand espoir du club, qui s'entraîne depuis son plus jeune âge. Après le match, lui-même voyant le potentiel du novice qui arrive à lui tenir tête, Miyata quitte le club et demandera une revanche en combat officiel.

C'est à ce moment qu'Ippo se découvrira une nouvelle perspective de vie, un nouveau challenge pour aller de l'avant.

I Think I Can Beat Mike Tyson

Ippo le débutant, deviendra rapidement un gros passionné de boxe et n'aura pas forcément besoin qu'un autre boxeur lui détaille des faits historiques sur son métier. Ainsi, il y a de nombreux exemples où il suffit simplement d'évoquer le nom d'un boxeur ou une technique pour que ce soit Ippo qui prenne la parole.
Habituellement, quand le héros est en phase d'apprentissage, c'est un intervenant plus expérimenté qui explique au lecteur ce genre de choses. Ici, de nombreuses techniques sont expliquées par le héros lui-même; c'est ainsi qu'on arrive clairement à sentir à quel point Ippo est tombé amoureux du sport qu'il pratique depuis peu.
Bon, c'est sûr qu'avec des senpai idiots comme Takamura ou Aoki, nôtre futur champion n'a pas les meilleurs enseignants. Cependant, ils peuvent toujours lui expliquer autre chose que l'aspect technique connu de tout fan : c'est l'expérience du boxeur, ce ressenti qu'on n'apprend pas dans les magazines ou en regardant un match.

Kamogawa Boxing GymLe président Kamogawa aura beaucoup de boulot avec son trio d'idiots Masaru Aoki, Tatsuya Kimura et Mamoru Takamura.

George Morikawa, également un grand passionné, n'a pas eu besoin d'inventer grand-chose, il a utilisé sa culture pour les coups spéciaux qui ne sont que des versions exagérées de coups déjà existants. Ainsi, par exemple, un simple flicker devient une attaque meurtrière quand il est manié par le dangereux Ryô Mashiba. La spécialité de Ippo, le Dempsey Roll est simplement une version bien plus rapide, plus puissante, plus formatée que ce l'on pourrait voir dans un vrai match de boxe. De cette manière, le manga offre une seconde vie à des légendes de la boxe en immortalisant leurs spécialités via Hajime no Ippo.

Eye of the Tiger

L'une des choses les plus impressionnantes, c'est que, dès le début de l'oeuvre, le mangaka maîtrisait déjà le style de dessin nécessaire pour représenter des combats. Même si ce n'était pas super beau graphiquement, il n'est pas difficile de deviner, qu'en grand amoureux de la boxe, Morikawa s'est pas mal entraîné à dessiner des scènes d'affrontement de son sport préféré pendant toute sa jeunesse.
Les combats sont dynamiques et on ressent clairement cet effet de puissance dans les coups donnés par Ippo. Au fil du temps, tout cela s'améliore évidemment : les effets de particules sont plus marqués, la façon de dessiner les impacts, les dédoublements changent etc... Oui, ce manga est trop puissant !

Ippo VS Mashiba  Ippo VS Take

A propos de puissance, Ippo a beau avoir un punch hors du commun, aucun combat ne sera facile pour lui et au bonheur des amateurs de nekketsu, Ippo remportera de justesse beaucoup de ses victoires.
Le coach Kamogawa cernera dès le début les faiblesses de son poulain :
D'abord Ippo n'est pas un génie de la boxe et encore moins un boxeur né comme peuvent l'être l'impérial Mamoru Takamura, le tigre fou du Kansai Takeshi Sendô ou le loup solitaire russe Volg Zangiev. Pour gagner, il joue sur sa force prodigieuse capable de terrasser un éléphant d'une seule droite. Son problème est plus difficile à surmonter : de par sa nature trop tendre, il n'a pas cette motivation et ce regard de tueur qu'ont la plupart de ses adversaires quand ils montent sur le ring.

Le second point concerne la technique, sa défense n'est clairement pas terrible, notre boxeur reçoit bien trop de coups, et même avec plusieurs années d'expérience cette carence est encore là ! C'est cet argument qui permettra de multiplier les combats : si Ippo tarde à sortir du Japon et enfin affronter le reste du monde, c'est parce qu'il n'est pas encore prêt et même ses adversaires japonais le sous-estiment en le pensant prenable !
Mais qu'à cela ne tienne, nous sommes dans un shônen manga, chaque combat de Ippo est donc un hymne au nekketsu : ses faiblesses sont là pour transcender le héros afin qu'il surpasse ses limites sur le ring.
Bien sûr, le manga reste quand même assez pédagogique en avertissant qu'aller au-delà de ses limites reste risqué. La boxe est un sport de combat et même dans un manga pour adolescents en manque d'adrénaline, un combat à mort n'est pas à prendre à la légère. Il vaut donc mieux prévenir qu'obtenir une victoire à la Pyrrhus.
Et pour s'améliorer, rien de mieux que l'entraînement, Hajime no Ippo laisse une importante part à cette pratique inévitable. Même un champion comme Takamura ne prend pas cela à la légère, surtout en ce qui concerne la prise ou la perte de poids, qui est strictement calculée. Les entraînements permettent non seulement à Ippo de progresser en tant que boxeur, mais aussi en tant qu'homme. Avec plus d'expérience, il deviendra lui également un mentor pour les plus jeunes et ce sera à son tour de distiller des conseils.

Volg Zangiev, Ricardo Martínez, Takeshi Sendô, Ryûhei Sawamura, Ichirô Miyata, Ryô Mashiba.
Des adversaires corriaces que Ippo devra affronter pour comprendre ce qu'est être fort et arriver sur le toît du monde.

Rumble in the jungle

Bien que la boxe soit un sport individuel, Ippo n'est pas le seul personnage que les fans voient monter sur le ring. Le Kamogawa Boxing Gym est un club, et un match de boxe à ce niveau n'est que très rarement organisé seul. Il faut une tête d'affiche et des seconds couteaux.
Ippo passera également par-là à ses débuts, car la vraie star du club, ce n'est pas lui, mais son aîné le poids moyen Mamoru Takamura, surnommé le tueur d'ours, et qui rêve de gagner une ceinture dans sept catégories de poids différentes ! Si ses combats ne sont pas les plus longs et les plus intéressants, ils sont plus ceux qui montrent ce qu'est la vraie puissance. En devenant boxeur, Ippo voulait savoir une chose : 'C'est quoi être fort ?'. Avec Takamura il est servi et nous aussi.
Même si le mentor du jeune débutant sert surtout comme vecteur comique du manga, il sait être utile quand il le faut. Un autre vecteur comique, c'est le duo Masaru Aoki et Tatsuya Kimura. Si leurs combats restent au second plan, et parfois vu furtivement pendant les discussions du coach qui prépare psychologiquement Ippo à affronter son futur adversaire, notre duo de nuls aura quand même plusieurs heures de gloire, dont un nous offrant notamment l'un des meilleurs matchs du manga, avec l'affrontement du terrible Kimura contre Mashiba.

Yamato Damashii !
Yamato damashii, deux mots qui résument le manga

Pareillement, d'anciens adversaires de Ippo ne sont pas en reste. Hajime no Ippo est vraiment un manga qui permet à son lectorat d'être fan d'autres personnages, ces derniers sont assez bien exploités au niveau temps d'antenne.
Si Ippo atteint rapidement le sommet du Japon par la voie la plus rapide, les charismatiques Ichirô Miyata et Volg Zangiev ont été obligé de prendre une voie plus sinueuse et difficile après leur affrontement contre notre logique nouveau champion poids plume du Japon. Et c'est avec plaisir qu'on suit leurs progressions et leurs galères, la boxe est en effet un sport avec malheur au vaincu et ne permettant qu'une seule place sur le podium.
Le manga raconte également le vécus de certains boxeurs vétéran, on pourra même voir en bonus le passé de boxeurs du vieux Nekota et du coach Kamogawa. Un passage nostalgique qui est certainement l'un des plus émouvants de la série.

 

I'll tenderize ya like a steak!

Ce manga est aussi un encouragement à persévérer dans la vie et à trouver sa voie. Ainsi Masahiko Umezawa, qui travaillait dans l'entreprise familliale des Makunouchi, trouvera la sienne en essayant de devenir mangaka pour raconter les exploits d'un boxeur ! Hajime no Ippo n'est pas qu'un titre où des brutes se frappent au visage entre eux, il y a aussi de bons sentiments !
A propos de persévérance et de sentiments, l'histoire d'amour entre Ippo et sa dulcinée Kumiko Mashiba n'a toujours pas avancé alors qu'ils se connaissent depuis presque 10 ans déjà. En effet le manga démarre en 1990 et après plus de 100 tomes, nous ne sommes qu'en 1998. Le mangaka s'amuse aussi sur la timidité maladive de notre héros tellement contemporain, dans un pays où presque la moitié des trentenaires sont toujours vierges. Une façon à Morikawa de dire à toute une génération plus toute jeune de japonais “Courage garçon, même un champion comme Ippo est encore puceau !”.
Détail amusant lié à l'époque, Ippo regarde encore des matchs de boxe enregistrés sur ces bonnes vieilles VHS !

Si Hajime no Ippo ne procure pas d'ascenseur émotionnel aussi fort que dans le légendaire Ashita no Joe, il n'en reste moins entraînant et passionnant. La narration reste assez vieillotte mais le plaisir est bien présent, qu'on lise ce titre en 1990 ou en 2015. Il reste une référence dans le domaine du nekketsu, du champion qui n'abandonne jamais et qui se relève toujours, depuis plus de 100 tomes. Et dessiner un manga depuis 1989 avec autant de ferveur, c'est aussi çà, l'esprit Yamato.

A noter, par aversion du risque important d'entreprendre la publication d'une série aussi longue, l'éditeur français Kurokawa sort la série par ‘saison'.
La première partie, La Rage de vaincre, raconte les 30 premiers tomes.
La seconde partie, Destins de boxeurs, va du tome 31 au tome 46.
La troisième partie, La défense suprême, fait 21 tomes et couvre les tomes 47 à 67.
La quatrième partie, La Loi du Ring, est toujours en cours devrait correspondre aux tomes 68 à 88.
La publication se fait donc assez rapidement, à un rythme d'un tome par mois, avec une pause de plusieurs entre chaque ‘saison', histoire de faire souffler notre porte-monnaie.

Hajime no Ippo © Kôdansha, George Morikawa


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Il a des cheveux blonds, un survêtement orange, il mange des ramen et veut devenir hokage quand il sera grand, il s'appelle ... ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT