Eden no Ori - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

12/12/2012 | Ryuurei

Eden no Ori


Titre VO :  エデンの檻

Auteur : Yamada Yoshinobu
Date de création :  2008
Genre : Shônen, aventure
Prépublié chez :  Weekly Shônen Magazine
Editeur Français :  Aucun
Nombres de tomes lus : 19/?? (série en cours)

 

Vous demandez vous s'il est possible de survivre sur une île infestée d'animaux féroces venus d'une autre époque ? Ou tout simplement devant la folie des hommes ? Dans Eden no Ori (traduisible par L'Enclot de l'Eden), seule la loi du plus fort règne en maître.

 

 Eden no Ori

Akagami Rion et Sengoku Akira

 

L'histoire commence très simplement. Sengoku Akira et sa classe était à bord d'un avion au retour d'un voyage scolaire à Guam. Transportant plus de 300 personnes, l'avion subit soudainement quelques dépressions atmosphériques et tente un atterrissage d'urgence tant bien que mal sur une île. Du point de vue des passagers, c'est d'abord la panique, puis le black-out.

 

Akira se réveille en pleine jungle où il croit être seul pendant quelque temps. Bien qu'il retrouve l'avion, telle n'est pas la surprise devant un spectacle sanglant. Son amie d'enfance, Rion Akagami, était enfermée dans une cabine, à l'abri. Une caméra leur détaille le carnage : au début, tout se passait bien, il y avait de nombreux survivants. Mais l'impensable se produit. Un animal gigantesque – un Andrewsarchus – s'en prend à eux, le genre de bestiole que nous ne pouvons imaginer en rêve, tout droit sorti d'une ère préhistorique... Dans la panique, tout le monde regagne l'avion pour plus de sécurité, mais pour combien de temps ? Nous apprennons rapidement que le pire ennemi de l'homme, n'est que l'homme lui-même ! Ne sachant plus que faire, tout le monde devient fou et s'attaque aux autres, une véritable boucherie...

 

Les survivants restants vont avoir besoin de courage pour continuer à vivre ici, sur cette île que personne ne connaît, introuvable sur une quelconque carte, infestée d'animaux féroces, du loup au smilodon ou encore le gigantopithecus, célèbre pour être à l'origine de la légende du Bigfoot. Ces informations leurs sont données par Mariya Shiro, une p'tite tête de premier de classe qui apprend également à survivre au milieu des monstres de l'île. D'autres personnages apparaîssent, comme Zaji, prêt à aider qui que ce soit et qui devient très proche de Kanako Oomori, une hôtesse de l'air avec sa paire de miches énormes ! Une jeune fille appelé Miina Isurugi sait se faire entendre parmi les hommes, malgré sa petite taille. Ou encore Yarai Kôichi et son passé ravagé par la haine, que seule la professeur Motoko Kurusu arrive à calmer.

 

Eden no Ori

 

Du point de vue graphique, le manga est attirant pour le trait appliqué aux créatures de l'île, de ce coté là il n'y a rien à redire, et je vous laisse juger avec les quelques images qui complètent cet article. Mais d'un autre coté, il y a un chara-design très ordinaire, sans être médiocre il est souvent tourné vers l'érotisme. Tous les clichés y passent, allant de la petite fille que les lolicons adulent, à la femme mature aux seins énormes, petites culottes et T-shirt mouillés, sans oublier le travelo et les amnésiques, il y a de tout pour plaire à l'otaku porté sur la façon dont un personnage va prendre position, plutôt que sur sa manière d'agir en interaction avec l'histoire et les autres personnages... Heureusement, cette interaction fonctionne à merveille et nous rappelle des thèmes comme l'amitié, le courage et la rivalité, courant dans le shônen manga, me dira t-on.

 

Eden no Ori       Eden no Ori

 

Mais l'histoire ne s'arrête pas là, cette île est, comme vous l'aurez compris, mystérieuse. Quelques questions surviennent. Pourquoi des animaux de ce type se trouvent sur cette île ? Où ont-ils vraiment atterrit ? Sont-ils dans un autre monde ? Qui a construit cette tour étrange ? Je ne vais bien entendu rien dévoiler. Mais que l'on se rassure, et contrairement à la série américaine Lost, ces mystères se résolvent les uns après les autres. Cependant, avant de bien entrer dans cette partie de l'histoire, les protagonistes apprendront à survivre, à comprendre les forces qui les entourent et à affronter leurs peurs. Malheureusement, nous comprenons ce genre de chose du premier coup, et certains passages donnent l'impression d'être répété sous le schéma suivant : tranquillité de l'esprit > gros monstre apparaît ! > se battre ou fuir pour survivre ! L'avantage c'est évidemment ces liens très fort que se forge les personnages, et la survie ne peut être maintenu que si le groupe est soudé.

 

Pourtant, dans Eden no Ori, adieu la société. Devant la panique les gens s'entretuent, les monstres poursuivent les survivants sans relâche, c'est la loi du plus fort. Et les hommes pouvant les affronter ne sont que très peu, comme Akira Sengoku et Yarai Kôichi. Ces deux-là révèlent un charisme et une force impressionnante face aux dangers. Ils deviendront des leaders et feront en sorte de mener leur groupe respectif vers un objectif. Cet objectif, bien qu'incertain, permet à tout le monde de garder la tête haute pour continuer à avancer. Cette loi du plus fort est d'autant plus représentée lors des combats entre hommes et animaux faisant jusqu'à deux fois leurs tailles. Ou encore quand l'homme fait comprendre aux autres que cette femme lui appartient.

 

Eden no Ori

Mariya Shiro - Akagami Rion

Oomori Kanako - Sengoku Akira

 

 

Concernant les mystères de l'île, l'auteur prend un malin plaisir à les compléter avec des recherches soit historiques, sur la manière dont vivaient d'anciennes civilisations. Ou alors scientifiques à propos des animaux préhistoriques. L'ensemble donne à cette univers une certaine cohérence plaisante à découvrir. Sur certains points nous pourions nous croire dans un univers de jeu de rôle.

 

Yamada Yoshinobu avait tenté cette expérience dans un autre manga intitulé EX Shônen Hyôryû, publié en 2000 pour un total de 5 volumes. Le fond de l'histoire est identique, bien que cela débute dans un bateau, et qu'il n'y a pas d'animaux étranges venu d'une époque lointaine. La folie humaine est donc beaucoup plus présente, d'autant plus violente, parfois mortifiée. C'est comme si on enlevait les zombies d'un film quelconque de série B, et vous réaliserez à quel point l'angoisse entre les derniers survivants se fait plus pesante, proche de la folie, les zombies ne sont qu'ingrédients supplémentaires pour un univers fataliste. Enlever cet ingrédient, c'est apporter un espoir plus important. EX Shônen Hyôryû joue très bien sur cette ambiance, peut-être même mieux que dans Eden no Ori où l'érotisme a tendance à l'alléger.

 

Pour finir, Eden no Ori est un bon shônen manga à lire tranquillement sur une plage un jour d'été, en compagnie de votre harem. Mais prenez garde à ce que cette chose qui vous surveille là bas au loin, ne soit que l'ombre d'une vague sur cette falaise hallucinée.


Commentaires

2014-05-23 06:04:10 | deed

 très bon article pour un super manga je suis allé le lire suite a cela et je ne regrette rien :)

 

Ajouter un commentaire

Que signifie la lettre T dans GTO ? Il s'agit d'une profession et en français ce mot se traduit par professeur.



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT