Dennou Coil - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

25/02/2008 | Rukawa

Dennou Coil


Titre VO :  電脳コイル
Studio :  Madhouse
Réalisateur :  Mitsuo Iso
Character-Design :
Compositeur :
Diffusion au Japon :
Genre : Science-Fiction d'anticipation 
Licence Française : /
Nombres d'épisodes vus :  26/26

Dennô Coil, la review

En l'Année 202X, une jeune fille du nom de Yuuko Okonogi alias Yasako emménage dans la paisible ville de Daikoku avec sa famille. Dans l'ombre du vénérable temple de la ville, se cache un quartier administratif équipé des dernières technologies informatiques. Un nouveau gadget, est à la mode en cette époque : ce sont des lunettes spéciales, permettant de voir des éléments virtuels plus vrais que nature, pouvant créer des objets pouvant même interagir avec les humains ou encore des animaux domestiques virtuels. Avec tout cela évidement vient des problèmes et des Sacchi, robots antivus, devront mettre à jour quotidiennement les espaces obsolètes car ceux-ci sont propice aux virus et notamment les "illegals" sorte de résidu virtuellement vivant.
C'est là que, le jour même de son arrivée Yuuko perd son chien virtuel, Densuke, qui s'est aventuré dans un de ces espaces obsolètes où il choppera alors un illegal. Pour le sauver Yasako rejoint alors sa nouvelle amie Fumie Hashimoto, dans l'agence de détective électronique, le Dennô Coil. Mais tout près, une mystérieuse jeune fille semble avoir des vues sur cet étrange chien...

L'histoire commence réellement, avec cette jeune fille, la Yuuko #2 alias Isako, un surnom qu'elle déteste. Au début, l'intrigue tourne autour d'elle, qui est-elle, pourquoi est-elle aussi doué à son âge, que cherche-t-elle etc...
Dès l'épisode 4, les points sont mis sur les i : une guerre est déclarée entre Isako et les garçons, avec Daichi Sawaguchi pour leader, un hacker, petit par la taille mais grand par le talent. Malgré tout cela n'est pas suffisant : ils se feront rétamer, et conséquence, ils devront alors être à la botte de Isako.
Une introduction du personnage, pour montrer à quel point elle risque d'être encore plus redoutable que ce qu'on a vu dans l'épisode 3, surtout que ses objectifs restent inconnus, pendant une bonne partie de l'anime.
Mais petit à petit, une seconde intrigue se monte en parallèle avec l'arrivée de Ken Harakawa, surnommé Haraken, un autre membre de l'agence de détective Coil Dennou. Lui aussi cache des choses à nos deux détectives en herbe. Malgré ses airs d'enfant perdu dans la Lune, on nous couvre sans doute un génie, mais aussi un lourd passé...

Ouf! Un résumé vraiment long. Mais il y a de quoi, vu la densité de cet anime, il y a énormément de choses à dire, autant sur le scenario que la réalisation et le monde de cet anime.

Commençons donc par le plus facile : je ne vais pas vous parler de la bande son, j'y n'ai pas fait gaffe. Bon, çà c'est fait. Ouais~~

Bien que n'étant pas spécialement fan du chara-design il faut avouer que les décors sont très étoffés et soignés. Ce qui marche aussi, c'est l'ambiance prenante de la série, nous sommes ici dans une ville pas trop grosse, mais pas la campagne non plus. On sent que, malgré les progrès technologiques, ce Japon veut garder ses valeurs, d'où un nombre concret de sanctuaire Shinto qui serviront de barrière face aux agressions des Sacchi, ces robots antivirus parlés plus haut, comme si, pour dire qu'en dépit de tout, la tradition est belle et bien une barrière contre la course à la technologie.
Le coté technologique fascine certes, mais ce mixte entre modernité et tradition qui font le fameux charme du Japon contemporain marche ici aussi. D'ailleurs, on remarque que ces progrès technologique n'ont justement pas affecté le paysage urbain, et ces nouvelles technologies sont, d'un certain point de vu, présentées comme un jouet —certes dangereux— pour enfants.

La réalisation à première vue, ne pait de pas de mine. Pourtant, observez bien. Ces grésillements d'illégal, tous ces metatags, ces cassures de monde virtuels : Ce sont de petits détails qui doivent d'être mentionnés car c'est dignement réalisé vu la fluidité de chacune de ces scènes.
De plus, Mitsuo Iso, le talentueux réalisateur de la série, réussit ici quelque chose d'exceptionnellement bien trouvé : L'épisode souvenir, le 13, est bien plus que regardable et tombe à point nommé. En effet, Dennô Coil est un univers complexe, qui nous floode littéralement de détails et de termes techniques en rapport avec leur monde que l'on commence à plus trop comprendre quoi est quoi. De par sa réalisation, il a réussit à rendre l'épisode intéressant car les informations sont distillé correctement.

En fait, Yasako sert ici un peu comme le rôle du joueur humain dans un RPG. Le joueur quand il joue à ce genre de jeu, n'a aucun élément connu au point initial. Donc, petit à petit, en avançant dans l'aventure, les PNJ lui explique les éléments et lui donneront les différents indices et c'est au joueur de résoudre l'énigme. Ainsi, c'est petit à petit que son rôle grandira, car pendant les deux tiers de la série, elle ne sert réellement pas à grand chose, même si elle a montré qu'elle n'était pas idiote, comme avec l'épisode 11, qui m'a fait divinement pensé à Populos, un célèbre jeu de stratégie temps réel des 90's, où on jouait à Dieu.

S'il n'y avait pas eu Tengen Toppa Gurren-Lagann, Dennô Coil aurait certainement été l'anime de l'année 2007. Non pas par rapport aux travaux remarquables de leurs animateurs, mais bien par rapport à son scenario dense, intrigant, parfumé de mystères omniprésent. Il y a beaucoup à dire dessus cet œuvre de science fiction d'anticipation, les personnages sont réfléchis, plusieurs thèmes sont abordés, donnant un petit coté philosophique, de l'humour discret, ces petit rien font de Dennô Coil bien plus qu'un second choix et nous prouve bien encore que l'année 2007 a été remarquable en série de qualité.

Ah, oui, j'oubliais Tata Harakawa is hot <3


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le nom du Pokemon jaune, mascotte de franchise et qui génère de l'électricité ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT