Cowboy Bebop - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

29/10/2002 | Findae

Cowboy Bebop


Titre VO :  カウボーイビバップ
Studio :  Sunrise
Réalisateur : Shin'ichirô Watanabe
Character-Design : Toshihiro Kawamoto
Compositeur :  Yoko Kannô
Diffusion au Japon : 23 Octobre 1998 au 23 Avril 1999
Genre :  Wild Wild Space
Licence Française : Dybex
Nombres d'épisodes vus :  26/26
Autres : un film

 

One, Two, Three... Let's Jam!

2071... L'homme a colonisé la majeure partie du système solaire, après que la terre soit devenue invivable, à cause d'un incident d'une importance majeure. Dans un univers où la police se retrouve souvent débordée, seuls les chasseurs de primes sont capables de rétablir un semblant de calme en mettant derrière les barreaux la pire racaille qui zone entre les planètes... La technologie à considérablement progressé dans quelques domaines, comme l'aéronautique, la recherche spatiale (on se déplace à bord de vaisseaux spatiaux, dans des espaces à phases différenciées...) tandis qu'elle est restée au point mort pour d'autres, comme les armes (toujours ces bons vieux automatiques !).

Bounty hunters de la première heure, Spike Spiegel et Jet Black se démarquent du lot des banals mercenaires, en laissant derrière eux une odeur de justicier... A bord du Bebop, ils écument les bars interplanétaires à la recherche d'éventuelle proies juteuses, afin de satisfaire leur appétit gargantuesque. Au fil de leur errance, ils croiseront le chemin d'une arnaqueuse manipulatrice, Faye Valentine, d'un chien savant Ein et d'une jeune fille un peu (beaucoup, passionnément, à la folie !) loufoque mais véritable génie de l'informatique Ed. Tous cette petite équipe vivra des aventures tantôt hilarantes, tantôt profondément tristes, au gré des courants interstellaires, qui ne feront que renforcer leur liens, au début un peu léger...

  
"Jet... Il y a trois choses que je déteste... Les femmes profiteuses, les chiens, et les gamins...
Et comment peux-tu m'expliquer qu'il y a les trois sur le vaisseau ???" - Spike

Il faut remonter à Avril 1998 pour entrevoir la naissance un peu confuse de Cowboy Bebop. En effet, à cette époque, le studio d'animation Sunrise, déjà connu pour des séries à succès telles que Tenkû no Escaflowne ou les Gundam lance la production de deux séries bien différentes...

La première, la plus importante pour le studio, se nomme Brain Powerd, et conte une histoire de Mechas pas vraiment très original, ce qui, à mon avis, était un pari risqué car Neon Genesis Evangelion était sorti un peu plus de deux ans auparavant et restait un concurrent implacable. D'ailleurs, ce pari, Sunrise l'a perdu, car le public a boudé Brain Powerd... Mais heureusement, la seconde série était là, avec ses quelques 13 malheureux épisodes produits, mais qui ont pourtant rencontrés un énorme succès sur la chaîne publique TV Tokyo (deuxième à l'Anime Grand Prix, réalisé par la magasine Animage) ! Notre studio d'animation a bien compris l'erreur qu'il avait fait, et s'est rattrapé en produisant 13 autres épisodes quelques mois plus tard, ce qui, au final, a permis à cette série de compter 26 épisodes. Cette série, bien entendue, c'est Cowboy Bebop...

Mais qu'est-ce qui fait la popularité de Cowboy Bebop ? Ce n'est pas qu'une seule chose, mais un ensemble de facteurs... Tout d'abord, bien que s'inspirant de quelques séries connues (Lupin III pour les personnages, Space Adventure Cobra, Sherlock Holmes...), cette série d'animation a su totalement se différencier des ses sources pour en faire un melting-pot d'une très grande originalité. On ne peut qu'applaudir la graphisme et le rendu, qui, sans être exceptionnel à chaque épisodes (comme l'épisode 5, Ballad of Fallen Angels, magnifique, ou encore l'épisode 21, Pierrot le Fou, extraordinaire) ne descend jamais en dessous de quelque chose de très bon.

La musique, élément d'une grande importance, est digne des meilleurs séries ou films (Evangelion, Jin-Roh, OAV de Kenshin) avec une Yoko Kanno plus qu'en forme, qui a su faire des musiques réussies, mélangeant plusieurs styles avec la prédominance d'un jazz rythmée. Le résultat est excellent, et on ne peut s'empêcher de fredonner le générique de début de la série...

Mais ce qui fait aussi la particularité de Cowboy Bebop, c'est sa non-linéarité. En effet, il n'y a pas de "fil rouge" dans la série. Tous les épisodes content des aventures différentes, parfois faites pour que l'on se torde de rire (avec Ed notamment, véritable boule d'énergie humoristique), et parfois pour que l'on ne puisse s'empêcher d'avoir les larmes aux yeux. Je fais référence ici aux quelques épisodes qui peuvent tenir le rôle de "fil rouge", dans lesquels ressurgit le passé de Spike, et qui d'ailleurs concluent la série.

Mais en parler n'est pas très révélateur, alors, un seul conseil, courez sans vous arrêtez jusqu'à votre magasin d'animation pour vous procurer les cassettes vidéos ou les DVD pour admirer cette série extraordinaire qu'est Cowboy Bebop...

 

Prisonniers du passé ? Message de la série ?

Attention, risque de spoil. Cette seconde partie s'adresse en priorité à ceux qui ont vu les 26 épisodes.

On peut aisément le voir, le passé tient une place importante, même très importante pour les personnages de la série.
Les créateurs de Cowboy Bebop ont particulièrement mis l'accent sur cet aspect, cependant pas toujours reluisant, en particulier dans le cas de Spike, dont je parlerais en dernier.

Le personnage qui est le moins attaché à son passé est bien évidemment Ed.
Les raisons ? Sa jeunesse, et son caractère assez... Spécial ! Pourtant, dans l'épisode 24, la découverte de son père chamboule un peu toute l'organisation du Bebop... On y découvre un duo père/fille attendrissant, malgré son aspect un peu fou-fou. Ainsi, Ed choisit de partir vivre avec son père, mais cela marque aussi l'envol de l'enfant vers le monde des adultes, où elle se forgera un passé...

 

Maintenant viennent les personnages ayant vécu un évènement qui a bouleversé leur vie.

Jet Black, le chien noir, ses véritables proies étaient les remords qu'il éprouvait sur son passé...
Pour ne plus rien regretter...

Le cas de Jet est intéressant. On connaît deux fait : son amour perdu et la perte de son bras. Dans les deux cas, des questions le rongeaient : Pourquoi était-elle partie ? Qui est vraiment la responsable de la perte de son bras ? On découvre un Jet ambiguë, tiré entre ces deux questions qui le tourmentent. D'un côté, il se sépare de la montre qui symbolisait cet amour perdu, la lançant dans la mer, après avoir eu la réponse qu'il cherchait tant...
D'un autre côté, après avoir découvert la traîtrise de son ex-coéquipier, et même après que son bras l'ai sauvé de la mort, stoppant un balle, il préfère le garder, tandis que Faye annonce qu'il peut avoir un bras, un vrai, grâce au progrès de la génétique.

Ce paradoxe symbolise bien le tiraillement que subit un homme rattrapé par son passé.

Maintenant viennent les personnages ayant vécu un évènement qui a bouleversé leur vie.

Faye Valentine, femme fatale à la recherche de son passé, pour se construire un avenir.

Un autre personnage possédant un lourd passé est bien sur Faye. En plus d'avoir été cryogénisé pendant une cinquantaine d'année, elle s'est réveillée amnésique, ne pouvant mettre la main sur ce qui lui tient le plus à cœur, son passé, son histoire, sa vie. Ce n'est qu'après avoir longtemps tâtonné en aveugle qu'elle finira par trouver des pistes la conduisant au éléments de son ancienne vie. La rencontre d'une de ses anciennes amies et la découverte de sa maison en ruine la feront réfléchir. Et c'est ainsi qu'elle décidera de ne plus se raccrocher à un espoir de vie dans le passé pour s'ouvrir aux autres, et ne plus dépendre d'un passé que l'on peut considérer comme mort.

 

Évidemment, les souvenirs nouvellement revenus resteront gravés dans sa mémoire, mais ce n'est plus avec envie et désespoir qu'elle y pensera, mais en souriant, comme on peut penser à ses souvenirs d'enfance, quand on entre dans le monde des adultes.
On peut ici établir un parallèle entre Ed et Faye, qui sont en fait similaire, sur un plan personnel. En effet, toutes deux quittent un monde où elles se confortaient dans leur impuissance, pour vivre quelque chose de totalement nouveau : l'enfance pour Ed et la recherche de brides d'informations sur sa première vie pour Faye. Elles sont ainsi sur un pied d'égalité pour recommencer, pour vivre vraiment...

Enfin, le dernier personnage, qui n'est pas des moindres, est Spike. Son passé ne cesse de remonter à la surface, et cela du premier au dernier épisode. Souvenez vous comment débute le premier épisodes de Cowboy Bebop...

"Tout est en noir et blanc. Un homme fume une cigarette, adossé à un mur, portant un bouquet de rose rouge, frappant l'œil de leur couleur.

Des flashs ne cessent de montrer son entrée dans un église, provoquant une violente fusillade. L'homme jette sa cigarette au sol avant de commencer à s'éloigner, les flashs le montrant blessé, du sang rouge coulant le long de sa joue, rompant avec le noir et blanc ambiant. Il met en place le bouton du détonateur, et pose le pouce dessus, souriant."

Cette scène débute ainsi la série sur une touche de nostalgie, voir de tristesse, qui disparaît pour ne réapparaître que dans les dernier épisodes, et d'autres épisodes intermédiaires (comme le 5, le 12 et le 13...). Spike à un passé assez complexe, et en faire le résumé n'est pas ma tâche, le but de cette "réflexion" étant de définir la place du passé pour les personnages principaux.

Et le passé de Spike tient une place importante, non seulement pour lui, mais aussi et surtout pour la série en elle-même. C'est en effet l'histoire de Spike qui va alimenter une partie des épisodes : d'abord l'épisodes 5, où apparaît Vicious, son ancien allié, maintenant son pire ennemi, et où l'on découvre une femme, qui semble importante : Julia. Par la suite, les épisodes 12 et 13 feront ressurgir encore plus vivement le souvenir de Julia, et c'est finalement dans les épisodes 25 et 26, les derniers donc, que se jouera la vie de Spike : il retrouve enfin Julia, pour la perdre pratiquement dans le même temps. Le plan sur son oeil droit est évocateur de ce qui va suivre. Cet oeil droit, il l'a perdu, et il n'a plus qu'un oeil artificiel avec lequel il "regardait dans le passé", comme il l'annonce à Faye, avant d'aller à la rencontre de son destin. Ce destin, c'est combattre et faire disparaître Vicious, qui est le responsable de la mort de Julia, même s'il sait qu'il va peut être mourir. La seule chose qui le retenait au passé n'est plus, et seul la mort de Vicious pourrait le libérer, lui permettre de revivre, comme pour Faye. Il le dit d'une bien belle manière à mon goût : "Je n'y vais pas pour mourir... Non, je vais là-bas pour me prouver à moi-même que je suis encore vivant".
Mais il ne quittera jamais l'immeuble des Red Dragons, terrassé par le dernier assaut de la Vipère. Il ne faut cependant pas voir en la mort de Spike une fatalité, mais plutôt une porte de sortie. S'il avait survécu, il n'aurait sûrement pas trouver sa place en ce monde, l'unique but de sa vie étant de retrouver Julia. Sans elle, pas de possibilité de vivre... (On le voit à l'apogée du combat entre Vicious et Spike, lequel dit "Julia est morte... Finissons-en !") Mais par delà la mort, il la retrouve, et c'est ainsi que s'exprime la dualité de la mort de Spike. D'une part, on peut y voir une grande tristesse, car il quitte Jet, Faye et Ed, avec qui s'étaient liés de profonds sentiments, un peu comme dans une famille, et d'autre part, on peut y voir le fait qu'il parte pour retrouver Julia, leurs deux étoiles disparaissant dans l'obscurité du ciel, mais restant à jamais dans le cœur de ceux que le couple à connu.

Et le passé de Spike tient une place importante, non seulement pour lui, mais aussi et surtout pour la série en elle-même. C'est en effet l'histoire de Spike qui va alimenter une partie des épisodes : d'abord l'épisodes 5, où apparaît Vicious, son ancien allié, maintenant son pire ennemi, et où l'on découvre une femme, qui semble importante : Julia.

Par la suite, les épisodes 12 et 13 feront ressurgir encore plus vivement le souvenir de Julia, et c'est finalement dans les épisodes 25 et 26, les derniers donc, que se jouera la vie de Spike : il retrouve enfin Julia, pour la perdre pratiquement dans le même temps. Le plan sur son oeil droit est évocateur de ce qui va suivre. Cet oeil droit, il l'a perdu, et il n'a plus qu'un oeil artificiel avec lequel il "regardait dans le passé", comme il l'annonce à Faye, avant d'aller à la rencontre de son destin. Ce destin, c'est combattre et faire disparaître Vicious, qui est le responsable de la mort de Julia, même s'il sait qu'il va peut être mourir. La seule chose qui le retenait au passé n'est plus, et seul la mort de Vicious pourrait le libérer, lui permettre de revivre, comme pour Faye. Il le dit d'une bien belle manière à mon goût : "Je n'y vais pas pour mourir... Non, je vais là-bas pour me prouver à moi-même que je suis encore vivant". Mais il ne quittera jamais l'immeuble des Red Dragons, terrassé par le dernier assaut de la Vipère.

Vicious, mon ami, mon enemie

Il ne faut cependant pas voir en la mort de Spike une fatalité, mais plutôt une porte de sortie. S'il avait survécu, il n'aurait sûrement pas trouver sa place en ce monde, l'unique but de sa vie étant de retrouver Julia. Sans elle, pas de possibilité de vivre... (On le voit à l'apogée du combat entre Vicious et Spike, lequel dit "Julia est morte... Finissons-en !") Mais par delà la mort, il la retrouve, et c'est ainsi que s'exprime la dualité de la mort de Spike. D'une part, on peut y voir une grande tristesse, car il quitte Jet, Faye et Ed, avec qui s'étaient liés de profonds sentiments, un peu comme dans une famille, et d'autre part, on peut y voir le fait qu'il parte pour retrouver Julia, leurs deux étoiles disparaissant dans l'obscurité du ciel, mais restant à jamais dans le cœur de ceux que le couple à connu.

Petite remarque amusante (si l'on peut dire...), voulue ou non des créateurs : la série débute et s'achève par la mort de Spike.
Certes, il ne meurt pas vraiment quand il entre dans l'église, il est juste blessé, mais je considère ça comme la fin de sa première vie, quittant la Mafia (il me semble d'ailleurs qu'il le dit). Cela renforce je pense tout ce que j'ai dit sur Spike jusqu'à maintenant. L'étoile de Spike tombe, telle une étoile filante, mais pour que sa poussière se glisse là ou chacun pourra la retrouver, au plus profond de son âme, au plus profond de son cœur...

Ainsi, chaque personnage, plus ou moins attaché à son passer, à trouver un moyen de s'en défaire une fois pour toute, peu importe que ce soit en décidant de vivre quelque chose de nouveau, pour Jet, Faye et Ed, ou en surpassant la mort, en demeurant dans les esprits, pour Spike et Julia.

Enfin, je terminerai cette réflexion par une chose que j'ai trouvé important de noter. C'est la chanson Blue (OST 3 de Cowboy Bebop) qui termine Cowboy Bebop (la dernière image de Spike étant d'ailleurs magnifique), et en voici quelques extraits traduits en français, qui sont étrangement en accord avec la fin de la série, la mort de Spike...

Free...
Wannabe free, gonna be free...
And move among the stars
You know they really aren't so far
...
Don't wake me from this dream
...
Everything is clearer now
Life is but a dream you know
That's never ending...
Libre...
Je veux être libre, je vais être libre...
Et me déplacer parmi les étoiles
Tu sais elles ne sont pas si lointaines
...
Ne me réveille pas de ce rêve
...
Tout est clair maintenant
La vie n'est qu'un rêve tu sais
Qui ne se finit jamais...

A méditer...


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Shinji Ikari est le héros de quelle série ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT