AoHa Ride - Reviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

08/06/2017 | Rukawa

AoHa Ride


Titre VO : アオハライド
Auteur : Io Sakisaka
Date de publication : 2011-2015
Genre : Tranche de vie lycéenne et triangle amoureux
Prépublié chez : Bessatsu Margaret
Editeur Français : Kana
Nombres de tomes lus : 13/13
Autres : un anime de 12 épisodes et 2 OVA, un film.

 

The scent of air after the rain... I heard your pule. I saw the light.

Publié en France sous le titre Blue Spring Ride par les éditions Kana, le shoujo AoHa Ride est surtout une histoire d'amitié qui devient une histoire d'amour.

La première chose qui peut vous attirer vers ce manga est le dessin de son auteure : en effet, l'une des forces de ce manga est le style graphique de Io Sakisaka, c'est à la fois doux et agréable à voir. C'est cependant l'expressivité de ses personnages qu'elle manie le mieux, la mangaka est doué pour mettre en dessin les différents jeux de regard, que ce soit pour décrire la tristesse, la mélancholie, ou simplement le bonheur. AoHa Ride n'étant pas la première oeuvre de l'auteur, elle a déjà pu se faire la main sur Strobe Edge et elle atteint ici un niveau supérieur.

Futaba Yoshioka entre au lycée, avec la ferme intention de ne pas avoir l'horrible scolarité en solitaire qu'elle a vécu au collège. Plutôt jolie et populaire auprès des garçons, elle a en effet été snobée par les autres filles par jalousie. Cela a développé chez elle une personnalité négligée, loin des carcans féminins, afin de se faire accepter par de potentielles nouvelles amies. Parmi ses camarades de classe de première année, il y a Yûri Makita une fille mignonne et petite, et assez populaire avec les garçons, et de ce fait, comme l'a vécu Futaba au collège, est mise à l'écart par les autres filles de la classe. Mais contrairement à Futaba, Yûri n'en a que faire de ces opinions négatives et s'assume totalement ; de là naîtra l'amitié entre les deux filles.
L'année suivante, nos deux amis ont la chance d'être à nouveau dans la même classe, avec comme nouveaux camarades Shûko Murao, une fille assez taciturne, Aya Kominato amoureux de cette dernière, et surtout un certain Kô Mabuchi ... qui est en fait le garçon dont elle était amoureuse au collège, qui avait déménagé du jour au lendemain. A cette époque, il s'appelait Kô Tanaka, mais ce n'est pas la seule chose qui ait changée : sa personnalité est totalement différente, le petit garçon timide a laissé place à un mec irascible et nonchalant. Si Futaba trouve le nouveau Kô irritable, il ne laisse pas indifférent la petite Yûri ...
Qu'a-t-il bien pu se passer pendant ces trois années ?

Comme beaucoup de romances destinées à de jeunes adolescentes, le manga commence par un coup de foudre, et réciproque cette fois-ci. Il n'est donc pas difficile de se douter dès le début que cela finira de façon positive pour l'héroïne. Ce qui différencie ce manga des autres, c'est que, dès le début, l'histoire d'amour est avortée par le déménagement du jeune homme et qu'à son retour, et bien la flamme s'est éteinte. Enfin pas totalement, puisqu'il suffit d'un très petit degré d'espérance pour causer la naissance de l'amour sans grand A. C'est ce que raconte AoHa Ride, comment ces deux être séparés par le destin vont se rapprocher à nouveau.

 

L'histoire est maîtrisée de bout en bout, la mangaka Io Sakisaka, sait où elle va, et sait ce qu'elle veut nous montrer sans trop en faire : c'est raconté d'une façon simple et sans fioriture. Une tranche de vie toute simple que tout le monde et n'importe qui pourrait vivre dans la vraie vie.
Les différents intervenant de la série sont tout ce qu'il y a de plus normal, ne sont pas torturés et ont leurs propres défauts et surtout leurs propres problèmes. De ce point de vu, AoHa Ride peut-être un des shoujo les plus humains qui soit, avec des personnages totalement naturels, et très loin des personnages parfaits clichés de contes de fée pour écolières japonaises. C'est une simple tranche de vie comme pourrait le vivre n'importe quel lycéen.
Kô, l'élu pour être en couple avec Futaba, n'est pas un prince charmant et encore moins un personnage mystérieusement sombrement torturé. Il a des qualités propres, mais très loin d'être parfait, il est jaloux, nonchalant, sarcastique mais taiseux quand il faut laisser parler ses sentiments. Il est d'ailleurs un des personnages avec le plus de défauts, et ce qui n'en fait pas un goujat pour autant. Et puisque personne n'est parfait, Futaba sait être compréhensive et l'apprécie quand même pour ses défauts malgré tout.

Le traitement des différentes relations est plutôt habile, surtout à partir du moment où Kô, avec son manque de maturité, essaie de cacher ses sentiments à Futaba, mais comme il a ses propres problèmes personnels, il a autre chose en tête et évite de trop y penser. Son problème étant à la fois compliqué et simple, le lecteur peut comprendre totalement le comportement du jeune homme : c'est un adolescent un peu con qui veut pas parler de son problème et pense tout résoudre sans l'aide de personne.
C'est d'ailleurs son comportement qui amènera des doutes à la jolie Futaba. Si celle-ci commence à comprendre qu'elle est en train de devenir amoureuse de lui, à force d'occasions manquées, une distance censée diminuer pas à pas, fera de grandes enjambées dans l'éloignement.
Oui, puisque bien sûr, toute histoire d'amour pour adolescent à ses hauts et ses bas et l'arrivé du vrai triangle amoureux est attendu, surtout qu'est assez rapidement introduit en arrière-plan le rival Touma Kikuchi, pour donner du fil à retordre au couple pas encore formé. Après tout, si elle n'est qu'une simple amie, pourquoi doit-elle obligatoire garder son cœur libre en attendant que le Prince charmant arrive ? Le manga véhicule d'ailleurs un petit message d'espoir pour tout lycéen, en effet si Touma non plus n'est pas parfait non-plus, son obstacle à lui est surtout la timidité, défaut qu'il réussira à le surmonter grâce à son coup de foudre pour Futaba et en allant de l'avant. C'est l'arrivé de ce larron qui provoquera la jalousie, ou plutôt, le déclic à Kô afin qu'il débloque le statut quo de ses sentiments et de ses problèmes pour qu'il atteigne enfin la maturité nécessaire afin de prouver qu'il mérite le coeur de Futaba.


Honesty & Jealousy

Le titre du manga, AoHa Ride, est en fait un jeu de mot, avec les deux kanji qui compose le mot seishun 青春, qui veut dire jeunesse.  Il s'écrit en effet avec deux kanji, ao, soit bleu 青, et haru 春, soit printemps. Ce qui donne donc Blue Spring Ride, soit une chevauché de printemps bleu en français. La couleur bleue est ainsi connotée à l'image de la jeunesse. C'est pendant cette jeunesse, qu'on peut se permettre d'avoir des doutes et de faire des erreurs, et toute cette expérience qui nous fait grandir. Les personnages de AoHa Ride ne font pas exception à cela. Dans les notes de pages, Io Sakisaka a d'ailleurs avoué qu'elle s'est un peu inspirée de son expérience au lycée pour décrire le comportement de certains personnages de ce manga, où elle a connu des filles jouant un rôle en n'étant pas forcement honnête avec elles-mêmes pour complaire à des camarades. C'est ce sentiment de liberté, celui d'être soit même, avoir sa propre identité que la mangaka veut rendre justice à travers ce manga.

Le thème principal de la série est en fait tous ces non-dits et hésitations qui peuvent poser problème. Kô ne veut pas parler de ses problèmes et Futaba attend pour savoir si c'est réciproque et par peur de se faire jeter et casser une amitié qu'elle apprécie. Seul le personnage de Aya est du genre assez ouvert à dire ce qu'il pense, mais loin du juste milieu, il est un peu le contre-exemple extrême à faire un peu tout de travers.
Le premier obstacle de Futaba est d'ailleurs sa nouvelle amie Yûri, qui tombe amoureuse du beau Kô. Futaba, par peur de perdre une amitié nouvelle est hésitante à avouer qu'elle partage les mêmes sentiments. Vu l'affinité entre les deux protagonistes principaux, Yûri bien qu'un peu désavantagé, utilisera adopter une technique agressive quand l'opportunité se présente, pour provoquer des têtes à tête avec lui, tout en essayant de respecter une rivalité cordiale qui la lie avec Futaba. Une jalousie naturelle en découle, mais la concurrence reste saine, montrant ainsi qu'en amour, la passivité ne doit exister. D'ailleurs une fille ne se connait pas réellement si elle n'est pas une femme amoureuse, Futaba se surprendra à agir de façon à son tour agressive pour conquérir Kô. En amour comme à la guerre !
 
Bref, le train quotidien de cette jeunesse bleue !

 

AoHa Ride © Io Sakisaka


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le prénom de Toriyama-sensei, mangaka de Dragon Ball et de Dr Slump ? C'est aussi le nom d'un manga de Katsuhiro Ôtomo.



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT