Archives Juin 2016 - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓
Dernières reviews Derniers articles

08/06/2017 - AoHa Ride

28/02/2017 - Takeshi Honda (MCM London 2016)

14/09/2016 - WORKING!!

01/12/2016 - Shingo Araki (1939-2011) Pupilles et Âme

02/08/2016 - Ad Astra - Scipio to Hannibal

27/11/2016 - Hiroyuki Yamaga & Yoshiyuki Sadamoto (Connichi 2016)

13/09/2015 - Hajime no Ippo

11/11/2016 - Shouji Saeki & Hiroyuki Yamaga (Connichi 2015)

23/08/2015 - DEADMAN WONDERLAND

16/10/2016 - Norihiro Hayashida, producteur Tôei Animation (Connichi 2016)

News

28/06/2016 @ 21:13 | International Animation | manuloz

Ghibli découvreur de talent: La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit

La Tortue rouge - site officel

Les vénérables fondateurs du studio GhibliHayao Miyazaki et Isao Takahata, sont de fins artisans de l'animation, il n'est pas besoin d'en débattre ! Chacun porte sans aucun doute un film du studio Ghibli dans son cœur. Mais ils sont plus que cela au Japon, ils sont également des "historiens" de l'animation, qui ont permis aux fans les plus curieux de découvrir de nombreuses œuvres étrangères via le label "Ghibli Bijuutsukan Library" (Ghibli Museum Library). Ils ont par exemple permis la distribution en DVD des films de Michel Ocelot (Kirikou) ou bien de Sylvain Chomet (Les Triplettes de Belleville), l'intégralité de leur répertoire se trouve ici. Ils portent tous deux un regard attentif sur les productions étrangères qu'ils s'agissent de films ou de courts-métrages.  Il n'est donc pas étonnant que ces derniers se soient rapprochés d'un certain réalisateur/animateur primé : Michael Dudok de Wit pour un projet de long métrage, une première pour le studio japonais.

Michael Dudok de Wit, c'est un autre artisan de l'animation d'origine néerlandaise, qui plusieurs fois a exprimé sa sensibilité à travers des courts métrages et des spots publicitaires animés lors d'une carrière internationale qui l'a conduit à travailler en Espagne, l'Angleterre, et la France en indépendant, mais également pour le studio Disney (son expérience à Londres sur l'ébauche de "La Belle et la Bête"). Il est peu prolifique mais lorsqu'il réalise un court métrage, il en ressort couvert d'éloges, son second court métrage "The Monk and the Fish" produit en France chez Folimage, remporte le César du meilleur court métrage en 1996. Puis c'est la consécration internationale avec "Father & Daughter" qui remporte l'Oscar du meilleur court métrage en 2001. Vous pouvez découvrir également ses publicités qui sont plus que des véhicules commerciales, mais emprunt d'une réelle émotion dont le message portée sur la vie.   

Le studio Ghibli a pris contact avec le réalisateur néerlandais par un simple mail en 2006, pour lui soumettre l'envie de produire un film qu'ils souhaitaient chaleureusement qu'il réalise. Michael Dudok de Wit a été fort surpris lui qui ne s'était jamais projeté à ce poste. Après avoir l'assurance du studio Ghibli et de son producteur chez Wild Bunch de la liberté qui lui serait accordée, il est convaincu qu'il peut et doit tenter sa chance !

Il soumet un concept simple mais idéal pour déployer la poésie de son trait sur un projet de long métrage : après avoir été malmené par les vagues, un homme se trouve isolé sur une ile déserte. Cette idée qu'il approfondira au cours d'un séjour chez l'habitant aux Seychelles deviendra "La Tortue rouge". Le film poursuit son développement visuel et scénaristique auprès des artistes du studio Ghibli et en particulier Isao Takahata qui est crédité au film, suite à plusieurs voyages en direct au Japon.

Lorsque le temps de la production de l'animation est venu, Isao Takahata insiste pour qu'elle soit produite en France, le réalisateur néerlandais va alors s'installer dans le studio d'Angoulême de Prima Linéa. Cela lui permettra d'affiner le scénario avec la collaboration de la scénariste et réalisatrice Pascale Ferran (Bird People) et démarrer 2 ans de productions au coté d'une petite équipe d'animateurs. L'équipe conserve le style d'animation épuré dont Michael Dudok de Wit a éprouvé la technique sur ses courts, un trait simple sur un décor au ton effacé réalisé au fusain. Les animateurs sont supervisés par Jean Christophe Lie (co-réalisateur de Zarafa) animateur fut un temps au défunt studio Disney de Montreuil (Tarzan). Ils effectuent un travail important pour atteindre une certaine forme de réalisme dans les mouvements en s'appuyant sur la reproduction du jeu d'acteurs engagés pour mimer certains mouvements complexes.

Bref, tout cela concrétisera dessin après dessin, ce rapport d'un homme face à la nature qui l'entoure, qui le nourri et l'écrase sur cette ile isolée du monde par un océan où veille une tortue rouge au regard impénétrable. C'est l'illustration de la vie que Michael Dudok de Wit célèbre à travers ses œuvres, et les spectateurs touchés ont su le reconnaitre, vous l'avez peut être entendu, le film a déjà remporté le prix Un certain Regard au festival de Canne.

Profitez de la dernière journée de la fête du cinéma pour découvrir cette perle, le film "La Tortue rouge" sera diffusé en salle dès demain, mercredi 29 juin partout en France.

Staff

Réalisation/Scénario/Création graphique: Michael DUDOK DE WIT

Adaptation du scénario: Pascale FERRAN

Supervision des décors: Julien DE MAN 

Montage: Céline KÉLÉPIKIS 

Supervision de l'animation: Jean-Christophe LIE 

Musique: Laurent PEREZ DEL MAR

Production associé/Direction artistique: Isao TAKAHATA

Production de l'animation: Prima Linéa

Production: Wild Bunch, Why Not Productions, Ghibli, Arte France, Belvision, CN4 Productions 

source : allocine, Wild Bunch Distribution

[Commentaires (0)]

13/06/2016 @ 17:07 | Anime | manuloz

Kimi no na wa : rencontre sous une pluie d'étoiles de Makoto Shinkai

Kimi no na wa  - site officiel

Le "soliste" de l'animation indépendante, Makoto Shinkai, s'apprête à franchir un pallier avec son cinquième film en salle sur l'archipel Nippon : "Kimi no na wa",  dont la sortie est fixée au  26 aout 2016.

Makoto Shinkai n'a jamais chômé depuis la fin de ses études de littérature à l'université Chuo installée à Tokyo. Le grand écart entre l'écriture et le dessin semble troublant, mais ses activités dans les clubs étudiants lui ont permis de débuter dans l'illustration. Une anecdote qui rappelle qu'un autre groupe d'étudiants s'était réuni ainsi pour réaliser un court métrage intitulé Daicon 3, puis fonder quelques années plus tard le studio Gainax, sociabiliser autour d'une activité commune cela éveille des talents !  

Pourtant, il ne se lance pas directement dans la production d'anime, Makoto Shinkai, a un parcours atypique. Il débute en tant que jeune salarié au sein de la société de jeu vidéo Falcom, une relation de 4 ans entre 1996 et 2000, où il développera encore ses talents artistiques en tant que graphic  designer sur les cinématiques de leurs jeux tel que : Ys II Eternal Story (voir la cinématique). Cela peut expliquer pourquoi il utilise la tablette graphique en avance sur la plus part des studios d'animation japonais traditionnel, il était sans doute plus naturel dans une entreprise équipée d'ordinateurs sur tous ses bureaux de fournir des tablettes graphiques à ses employés plutôt qu'un crayon.

C'est dans son temps libre qu'il se distingue en portant toutes les casquettes dans la production de son premier court-métrage d'animation "Kanojo to Kanojo no Neko" ("Elle et son chat") distribué en 1999. Le seul poste qu'il n'a pas occupé pendant 4 mois de labeur devant son ordinateur, était celui de la composition musicale qu'il a confiée à son ami, Tenmon, rencontré chez Falcom. Un court qui fit par la suite sensation remportant de nombreux prix, ainsi que l'adhésion du public, lui permis de trouver le soutient de sponsor et notamment le studio Comix Wave qui produira tous ses films et son court suivant "Hoshi no koe" (2002). Son aventure cinématographique entamée avec les films : "Kumo no Mukou, Yakusoku no Bashou" (2004), "Byousoku 5 centimeter" (2007), "Hoshi o Ou Kodomo" (2011), ne s'arrêtera plus ! Son dernier opus "Kotonoha no niwa" (2013) rentre également dans la catégorie cinéma, malgré une durée moyenne de 47 minutes, il sera distribué en salle au coté du court "Dareka no Manazashi" réalisé la même année, car la Toho qui distribue ses films croyait fermement à la réussite de ce "petit" film auprès du public, il fallait donc le diffuser dans les cinémas !

"Kimi no na wa", un nouveau succès en devenir ? Makoto Shinkai cuisine avec les éléments que l'on connait, les relations tendres et parfois complexes entre un garçon et une fille, ici, il joue sur un fond emprunt de fantastique car ils ne se sont jamais rencontrés, et pourtant, ils se cherchent suite à une connexion inexplicable, àliés par leurs rêves suite au passage d'une étoile filante bien mystérieuse ! Lui, c'est Taki Tachibana, il est lycéen à Tokyo, travaille dans un restaurant italien à mi-temps, et nourri secrètement le désir de devenir architecte. Elle, c'est Mitsuha Miyamizu, elle est lycéenne dans une région rurale adossée aux montagnes, elle rêve de rejoindre la vie palpitante de la capitale, au lieu, d'une vie bercée par les traditions shinto et la vie politique contraignante de son père. Un désir de s'apprendre malgré l'incompréhension et la distance va naitre en eux !!! 

 

Ses productions devenant de plus en plus ambitieuse pour une seule personne à la barre, il a depuis appris à s'entourer des meilleurs ! C'est avec grand plaisir que l'on retrouve Masayoshi Tanaka à la conception des personnages de ce nouveau film. Un animateur devenu incontournable depuis qu'il a signé les personnages de la série "Tora Dora" en 2008, une série réalisée par Tatsuyuki Nagai qu'il a par ailleurs retrouvé l'année dernière en signant le chara-design du film "Kokoro ga Sakebitagaterrun Da". Il avait entamé sa collaboration avec Makoto Shinkai lors de la réalisation d'un spot publicitaire intitulé "Cross Road"pour la campagne de promotion de la société Z-Kai, qui propose des cours du soir et des cours par correspondance aux lycéens intensément motivés pour rentrer dans une université comme celui là, par exemple.

On retrouve également un nouveau venu à la direction de l'animation, Masashi Ando, un animateur qui a débuté au studio Ghibli sur le film "Omohide Poro Poro" pour voir sa carrière culminer auprès de Hayao Miyazaki, en deux temps, lorsqu'il signe le chara design de "Mononoke Hime", puis " Sen to Chihiro no Kamikakushi". Il quitte par la suite le studio pour devenir freelance et collabore régulièrement avec le défunt, Satoshi Kon, en particulier sur le film "Paprika" et la série "Paranoia Agent" projets sur lesquels il signe le chara design. Une addition judicieuse à son équipe, il sera emporté l'animation vers de nouveau sommet, il est réputé pour être minutieux dans la dépiction réaliste des images.

Finalement,  j'étais curieux de découvrir qui se chargerait de la musique du film qui aurait pu marquer le retour de Tenmon à la composition. Il avait été remplacé de ses fonctions sur le précédent opus de Makoto Shinkai  "Kotonoha no niwa". La surprise est totale, il a choisi le groupe de rock japonais RADWIMP pour composer les morceaux du film. Un choix original qui rappelle celui de Kazuya Tsurumaki en son temps sur FLCL.

 

Staff

Réalisation/Scénario : Makoto Shinkai
Chara design : Masayoshi Tanaka
Direction de l'animation : Masashi Ando
Musique : RADWIMPS
Production de l'animation : Comix Wave Films
Distribution : TOHO 

source : ANN, wikipedia(Makoto Shinkai, Masashi Ando) ; Itw : ANN, Tested

[Commentaires (0)]



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT