Shigeru Mizuki : Un bras, des manga - News - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

01/12/2015 @ 20:07 | Japon | Rukawa

Shigeru Mizuki : Un bras, des manga


On n'y pense jamais, tellement cela semble naturel pour nous, mais nous sommes une génération qui n'a pas connu la guerre. Evidemment, je ne parle pas de ce qui se passe dans sur les terres des anciennes civilisations d'Ur et de Babylone ou en Afrique subsaharienne. Quand je parle de nous, il s'agit de trois générations d'européens, celle de nos parents, la nôtre et celle qui arrive. En 2015, il y a eu 2 massacres perpétués à Paris mais c'est très loin d'une guerre. Plus qu'un simple témoin, Shigeru Mizuki était le dernier mangaka à avoir vécu la guerre en étant sur le front. Il s'est éteint hier, lundi 30 novembre 2015 à 3h du matin.

Né en 1922, Shigeru Mura avait 9 ans quand le Japon Impérial décida d'envahir la Mandchourie. Après l'attaque de Pearl Harbour, la guerre devint Pacifique et le jeune Mura fut à son tour mobilisé en 1942. C'est cette période de sa vie qu'il raconte dans Souin gyokusai se yo! (Donnez-vous tous une mort honorable !), édité en France sous le titre Opération Mort chez Cornelius.
Et c'est à cette époque que lui, gaucher naturel perdit donc son bras fort.

Mutilé de guerre, il décide de vaincre son traumatisme en exerçant son bras droit à dessiner. Il réussit également à trouver un travail une fois la paix imposée. Il devint conteur dans le kamishibai, une sorte de petit théâtre ambulant où on contait des histoires. Osamu Tezuka est venu dans le manga par les kashihon, la porte d'entrée de Shigeru Mizuki sera le kamishibai. Le nom Mizuki vient d'ailleurs de l'endroit où il faisait du kamishibai près d'une résidence nommée Mizuki.

Il faut savoir qu'à l'origine le héros de GeGeGe no Kitarô (VF : Kitarô le repoussant) n'est pas une création originale de Mizuki. Le personnage en question vient d'une légende folklorique "Kosodate yuurei", le (Fantôme qui élève des enfants).
Nommé initialement Hakaba Kitarô, comme le remake anime de 2008,  le changement de nom en GeGeGe a eu lieu en 1968, pour que les sponsors puissent investir dans la production d'une série télévisée. Hakaba Kitarô, la version kamishibai, était d'ailleurs plus grotesque et sombre, le mangaka a enjoué tout cela en y insérant des personnages rigolos voire stupides. Quelques infos complétetaires sur l'anime de 1968 se trouve dans notre article sur l'Histoire de l'animaiton japonaise en 1968.

Mizuki a créé autres 4 kamishibai : Hebihito (L'homme serpent), Garoa, Yuurei no te (La main du fantôme) et Karate Kitarô. C'est ce personnage que Shigeru Mizuki repris le graphique pour créer son Kitarô pour le mixer à l'univers des trois autres.

C'est grâce à ces œuvres que ce mangaka était considéré comme un spécialiste des yôkai, avec notamment NonNonBâ to ore, qui, en 2007, a été la première oeuvre japonaise a avoir été primée au Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême. Une performance remarquable. Il dessinera également un Dictionnaire des yôkais, disponible chez nous mais cette fois aux éditions Pika.

Il existe un drama sur son sujet, du point de vu de sa femme, Nunoe Mura. GeGeGe no Nyôbô nous raconte les débuts de vie du couple dont le marriage a été arrangé.

Je vous pourrirais bien d'anecdotes à son sujet, mais je n'ai jamais lu son autobiographie Mizuki Shigeru no Den dessiné en 2004 et aussi disponible en France, La vie de Shigeru Mizuki.
En décembre 2013, le mangaka a entamé pendant 3 ans, son dernier manga en un volume, et qui s'est fini en mai dernier. Watashi no Hibi raconte d'autres anecdotes et on espère la publication en France, chez Cornelius peut-être.
Cornelius rééditera d'ailleurs Opération Mort l'année prochaine.

Si vous avez l'opportunité d'aller au Japon, je vous recommande de visiter la ville de Sakai-Minato, dans la préfecture de Shimane, où il y a une rue décorée avec des statues de ses personnages, ainsi qu'un musée à propos sa vie et ses oeuvres. Dans la ville de Chôfu se trouve de Kitarô Chaya, la Maison de thé de Kitarô, où on peut y acheter des goodies.
Quelques photos de l'ami Tsuka.

Pour finir, quelques hommages d'auteurs japonais.

Takashi Shiina (Ghost Sweeper Mikami, Zettai Karen Children)

Gaku Miyao (Mamono Hunter Yôko)

Mari Yamazaki (Thermae Romae)

Jun'ichi Hayama (Directeur de l'animation Hokuto no Ken, JôJô's Bizarre Adventure)

Rei Hiroe (Black Lagoon)

Sushio (Charadesigner Kill la Kill)

Hitoshi Nanba (réalisateur de Sukedan deka OVA, Grappler Baki)

Yoshihiro Nagamori (Directeur de l'animation Love Live, Shigatsu wa kimi no uso, Metal Beyblade 4D)

Akemi Takada (Chara Designer Creamy Mami, Patlabor, Kimagure Orange Road)

Shôko Nakagawa (chanteuse de l'opening de Gurren-Lagann)

Hommage de Shokotan


Tags :  shigeru mizuki,  akemi takada,  yoshihiro nagamori,  hitoshi nanba,  sushio,  rei hiroe,  junichi hayama,  mari yamazaki,  gaku miyao,  takashi shiina


TRY Again! Anime Tamago 2016 : Les nouveaux talents de l'animation [03/11/2015 @ 21:34]

Go to NEXT! Doujin d'animateurs au C89 Fuyu Comiket 89 [26/12/2015 @ 19:24]

Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Dans Saint Seiya, quel est le nom du chevalier d'Andromède, celui avec une armure rose, les cheveux verts et est le petit frère d'Ikki ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT