Edito #011 : C'était la dernière séance et le rideau sur l'écran est tombé - News - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

01/09/2015 @ 19:26 | Site | Rukawa

Edito #011 : C'était la dernière séance et le rideau sur l'écran est tombé


Il y a une chose que j'ai du mal à comprendre, c'est la réticence des cinémas à diffuser en salle un phénomène de société comme Dragon Ball Z.

Je parle là de la diffusion au compte gout du dernier film d'animation de Dragon Ball Z, Fukkatsu no F, F pour Freezer seulement au Grand Rex à Paris, alors qu'on aurait pu très rapidement proposer une version française doublée de la série et la sortie de façon nationale.

La génération Y a grandi avec le Club Dorothée, et même si aujourd'hui beaucoup d'anciens jeunes qui ont 25 et 40 ans et ne mate plus d'animation japonaise, peuvent toujours avoir un effet nostalgique. Et profiter de cet instant pour amener leurs enfants.

Au Japon, c'était quelque chose de tout à fait normal d'amener son gosse pour voir du Dragon Ball Z comme ici on irait voir du Disney. Un ami en allant voir Kami to Kami avait constaté ce phénomène.

Pourquoi nous Français serions-nous différent des japonais et n'avons pas le droit d'être nostalgiques et de ne montrer à nos têtes blondes que des dessins animés où tout le monde il est beau et il est joli avec que des Princesses et des Princes Charmants ? Parce que Dragon Ball Z c'est trop violent ? Ou parce que l'animation japonaise n'est pas vendeur ? Nos gamins seraient-ils simplement plus idiots que nous à âge égal ?

Cela me laisse perplexe, car contrairement à ma génération qui n'a pas connu Casimir, Dragon Ball Z est toujours multi-rediffusé à la TV, c'est une série un peu dur à oublier. C'est d'ailleurs quasiment la seule série d'animation japonaise à être toujours rediffusée sur le satellite ou l'ADSL, là où d'autres anime cultissimes comme Sailor Moon, Saint Seiya / Chevaliers du Zodiaque et City Hunter / Nicky Larson pour les voir à la TV, il faut être abonné à l'historique chaîne Mangas du bouquet AB.

Quand on sait que les anglophones auront le Blu-Ray en octobre, ce qui veut dire vague de diffusion [illégale] à l'échelle mondiale, il aurait été temps de se bouger le cul ...

Ou bien, c'est juste une question de commerciaux ou aucun effort de distribution  de la part de la Tôei Animation.

Eurozoom nous propose le film de Boruto, les aventures du rejeton de Naruto. Le film aura droit à une sortie nationale en salle, oui ici en France, un mois après le Japon. Le sera en effet projeté en AVP le 11 septembre à l'UGC des Halles, et dans presque toute la France le 16 septembre.

Réalisation : Hiroyuki Yamashita
Structure narrative: Masashi Kishimoto
Character Design : Tetsuya Nishio, Hirofumi Suzuki
Storyboard : Hiroyuki Yamashita, Norio Matsumoto, Yoshiasu Kogawa, Yûzô Satô, Masaaki Endô, Naoki Kobayashi, Shingo Tamaki
Responsables d'équipes : Hiroyuki Yamashita, Norio Matsumoto, Toshiaki Kidokoro, Yoshiasu Kogawa, Naoki Kobayashi
Direction de l'animation : Norio Matsumoto, Hirofumi Masuda, Yoshiharu Shimizu, Yûko Matsui, Keiko Asai, Hiroaki Imaki, Ichiro Uno, Naoki Kobayashi, Tetsuya Nishio
Production de l'animation : Studio Pierrot

Et demain, le mercredi 2 septembre sortira également Miss Hokusai de Keiichi Hara, que certains chanceux ont pu apprécier à Annecy.

Oeuvre originale : Hinako Sugiura
Réalisation : Kei'ichi Hara
Structure narrative : Miho Maruo
Character Designer & Direction de l'animation : Yoshimi Itazu
Production de l'animation : Production IG

Bien sûr il ne sera hélas pas diffusé partout, mais la plupart des grandes villes françaises aura droit à sa projection. Pour savoir s'il est projeté près de chez vous, vous pouvez vérifier sur l'affiche ci-dessous.

Comme quoi, certains peuvent être efficaces quand il faut...

 


Tags :  toei animation,  eurozoom,  hiroyuki yamashita,  norio matsumoto,  yoshiasu kogawa,  yuzo sato,  masaaki endo,  naoki kobayashi,  shingo tamaki,  tetsuya nishio,  hirofumi suzuki,  toshiaki kidokoro,  hirofumi masuda,  yoshiharu shimizu,  yuko matsui,  keiko asai,  hiroaki imaki,  ichiro uno,  studio pierrot,  akira toriyama,  hinako sugiura,  keiichi hara,  miho maruo,  masashi kishimoto,  yoshimi itazu,  production ig


TRY Again! Hiroyuki Yamaga, Shouji Saeki et Kazuhiro Soeta à la Connichi 2015 [30/08/2015 @ 16:40]

Go to NEXT! Madhouse anime le One Punch Man [28/09/2015 @ 20:12]

Commentaires

12/09/2015 @ 14:26 | Yomigues

Certes, c'est assez inexplicable...

02/09/2015 @ 08:03 | Gemini

"Pas mal", je ne suis pas sûr que cela rassure les distributeurs. Face à une diffusion sur TF1, tu peux pas test.

02/09/2015 @ 00:25 | Rukawa

Dragon Ball Z est multirediffusé, je connais pas mal de parents qui laissent leurs gosses devant Game One car la chaîne diiffuse DBZ, Naruto, One Piece et Fairy Tail.
Donc même la nouvelle génération mate DBZ.

Pour Miss Hokusai, sur Marseille, c'est diffusé au Prado, c'est un cinéma grand public pas loin de chez les riches, et le Renoir est à côté de la fac d'éco-droit. c'est clairement pas de l'art & essaie.

01/09/2015 @ 23:53 | Gemini

Si je devais trouver un aspect rebutant aux films de Dragon Ball Z, c'est que la nouvelle génération connait sans doute sensiblement moins la licence que ses ainés. Or, autant les remakes en CGI d'Albator et CdZ, ou le dernier Ghibli, peuvent se prendre sans rien connaitre de licences pré-existantes - du moins en théorie, c'est comme ça qu'ils sont vendus - autant un film intitulé "La Résurrection de Freezer" implique qu'il faut savoir qui est ce Freezer, ce qui sera le cas des (jeunes) parents mais pas nécessairement de leurs enfants. Diffuser un long-métrage d'une série qui n'a plus d'actualité forte depuis la fin du Club Dorothée, je comprends que cela rebute les diffuseurs.

 

Ensuite, il convient de parler du public cible d'un tel film, voire carrément des cinémas cibles. Si je prends l'exemple de Saint Etienne, présent dans la liste pour Miss Hokusai. Là-bas, tu as d'un côté des mutliplexes qui ne diffuseront pas une production au succès aussi incertain - pas dit qu'ils aient proposé de l'animation nippone depuis le Voyage de Chihiro - et de l'autre des salles plus axées arts et essais, ou pour un public plus adulte et exigeant, justement comme le Méliès. Et même si ce-dernier reste un de mes cinémas préférés - ils passent de la VO, je me retrouvais régulièrement dans leur programmation, les salles sont propres, et le ticket coute 5€ - je dois bien admettre qu'ils ont une certaine tendance à se la jouer Télérama. J'y ai vu Le Vent se lève (avec ma génitrice), Miss Hokusai est totalement raccord, mais Dragon Ball Z, je pense qu'ils doivent trouver ça vulgaire.

Je me souviens que le seul cinéma qui avait proposé, à l'époque, Dragon Ball Z - Le Film 2, c'était l'Eden, sorte de "poubelle" d'un des deux multiplexes, qui diffusait les films commerciaux mais à faible potentiel ou les succès en fin d'exploitation. La Résurrection de Freezer aurait eu sa place. Mais il a fermé, c'est triste...

 

Là où j'habite aujourd'hui, en Angleterre, c'est exactement la même chose : d'un côté le multiplexe, de l'autre la salle indé-arty, et au milieu un no man's land. L'animation nippone au sens large n'entre dans aucune de ces deux cases, du moins d'après les responsables de leur programmation.

Ajouter un commentaire

Dans Fullmetal Alchemist, Ed et Al pratiquent une science en transmutant des objets à travers l'échange équivalent. Comment s'appelle cette science ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT