Archives Juin 2013 - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓
Dernières reviews Derniers articles

14/09/2016 - WORKING!!

28/02/2017 - Takeshi Honda (MCM London 2016)

02/08/2016 - Ad Astra - Scipio to Hannibal

01/12/2016 - Shingo Araki (1939-2011) Pupilles et Âme

13/09/2015 - Hajime no Ippo

27/11/2016 - Hiroyuki Yamaga & Yoshiyuki Sadamoto (Connichi 2016)

23/08/2015 - DEADMAN WONDERLAND

11/11/2016 - Shouji Saeki & Hiroyuki Yamaga (Connichi 2015)

30/04/2015 - Majokko shimai no Yoyo to Nene

16/10/2016 - Norihiro Hayashida, producteur Tôei Animation (Connichi 2016)

News

24/06/2013 @ 17:27 | Événement | Rukawa

Shôji Kawamori & Thomas Romain à la Japan Expo pour un panel Satelight

Thomas Romain vu par Shin ItagakiThomas Romain, vu par Shin Itagaki, avec Shôji Kawamori éclatant de rire

Si l'invité star de la Japan Expo cette année est Tetsuo Hara, le mangaka de Hokuto no Ken et de Hana no Keiji, nous allons vous faire un petit coup de projecteur sur deux invités plus abordables pour ceux qui n'ont pas pris un billet premium: Thomas Romain et Shôji Kawamori, le duo derrière la série Basquash!

Principalement connu pour avoir été le créateur de la prestigieuse saga Macross et de ses fameux Valkyries transformables, Shôji Kawamori est néanmoins l'un des mecha-designer les plus doués. Transgenerationnel, il est présent depuis 30 ans en ayant participé à des projets allant de Ulysse 31 à Eureka seveN, en passant par Gigantic Formula, Tôshô Daimos, Futur GXP Cyber Formula et Patlabor. Mais ce qui est admirable chez lui est sa aussi volonté de créer, il est lié à de nombreux projets originaux, comme Escaflowne, Arjuna, ou encore Sousei no Aquarion et Chikyuu Bouei Kazoku.

En voulant se renouveller constamment, Shôji Kawamori s'est tout naturellement intéressé à Basquash!, le projet de Thomas Romain. Depuis, ce dernier continue de collaborer avec le studio Satelight en tant que concepteur de décors, notamment sur Ikoku Meiro no Croisée, Aquarion Evol, Mouretsu Pirates, ou encore AKB0048. Si vous voulez en savoir plus sur la genèse de Basquash!, je vous renvoie vers notre interview de Thomas Romain.

Sans transition, voici le planning des conférences & des dédicaces (sujet à modification) :

Vendredi : 14h-15h30, Q&R Shôji Kawamori & Thomas Romain.
Samedi : 10h à 10h45, Conférence sur le studio Satelight.
Dimanche : 11h15 à 12h, Conférence sur Les 2 reineS, avec Thomas Romain & Savin Yeatman-Effeil.

De plus, pas moins de 5 scéances de dédicaces sont prévus, donc si vous ratez le créateur de Macross et d'Escaflowne, c'est que vous n'êtes vraiment pas doués.

Vendredi : 11h à 12h & 16h15 à 17h15.
Samedi : 13h45 à 14h45.
Dimanche : 12h à 13h & 16h15 à 17h15.

Et pour les fans de Macross Frontier, n'oubliez pas le concert de May'n le dimanche à partir de 15h pour le Live House.

[Commentaires (0)]

20/06/2013 @ 17:36 | Anime | Ryuurei

Quelques images de Mogura no Adventure, et un peu d'histoire

Cela ne fait que quelques jours que nous vous en parlions, mais voici quelques images de Mogura no Adventure (L'aventure d'une taupe), le premier film d'animation japonaise, diffusé à la télévision le 15 octobre 1958.

Mogura no Adventure

Mogura no Adventure

Mogura no Adventure

La fusée indique Kuro-chan gô

Mogura no Adventure

Mogura no Adventure

It's ALIEN!

Masahiro Haraguchi, chercheur en histoire de l'animation, indique que ce précieux film renouvelle l'histoire de l'animation. Il est surprenant de voir à quel point les images et leurs couleurs sont nettes, nous prouvant ainsi que le film est en bon état. À savoir également, Sonomi Nakajima était la comédienne dictant les textes et interprétant la chanson du film.

 

Revenons maintenant sur quelques-uns des plus vieux films d'animation.

Katsudô Shashin (Images qui bougent) aurait été créé aux alentours de 1907 et dont le nom du créateur est inconnu. En réalité, 1907 n'est pas l'année exacte, mais les chercheurs aiment à penser qu'il est plus vieux d'une dizaine d'années que le film Imokawa mukuzô genkanban no maki (L'histoire du concierge Imokawa Mukuzô) créé en 1917 par Ôten Shimokawa. Katsudô Shahsin serait ainsi le premier film d'animation japonaise, d'une durée de 3 secondes à peine, pour une cinquantaine d'images. Il fut retrouvé en 2005 à Kyôto.

Concernant Imokawa mukuzô genkanban no maki, il fut réalisé par Ôten Shimokawa en 1917. Celui-ci aurait été inspiré par le film Fantasmagorie du français Emile Cohl, créé en 1908 mais diffusé au Japon en avril 1914 sous le nom de Dekobô no Shin-gachô. À l'inverse de Katsudô Shashin, Imokawa mukuzô fut créé dans un but commercial et fut diffusé dans plusieurs cinémas. Cependant, malgré la véracité de son existence, il n'existe plus aucune bande ou image pouvant nous permettre de comprendre son histoire et les techniques utilisées.

D'une durée de deux minutes, Namakura gatana fut réalisé par Junichi Kôchi en 1917, l'un des pionniers de l'animation avec Seitarô Kitayama. Par ailleurs, ce dernier réalise Urashima Tarô en 1918. Ces deux films furent retrouvés en 2007 dans une boutique d'antiquités située à Ôsaka. Ils ont été restaurés et rediffusés

Il est possible de visionner une partie de Namakura gatana à partir de la 40ème seconde de la vidéo suivante.


Namakura gatana

Urashima Tarô

Il en existe bien d'autres mais nous nous y attarderons autour d'un article plus complet.

Sources

http://www.animenewsnetwork.com/news/2013-06-19/oldest-tv-anime-color-screenshots-posted
http://www.asahi.com/culture/update/0616/OSK201306160118.html
http://kumanichi.com/news/kyodo/main/201306/20130617016.shtml
http://www.animenewsnetwork.com/news/2008-03-27/two-90-year-old-anime-films-discovered
http://www.reuters.com/article/2008/03/27/us-japan-anime-pioneers-idUST23069120080327
http://www.momat.go.jp/FC/NFC_Calendar/2010-7-8/kaisetsu_10.html
http://j.people.com.cn/2005/08/01/jp20050801_52250.html

[Commentaires (0)]

18/06/2013 @ 17:09 | Anime | Ryuurei

To aru hikûshi he no koiuta, un dernier chant d'amour pour un certain pilote

Après l'excellent film d'animation To aru hikûshi he no tsuioku, sorti en octobre 2011, voici l'annonce non moins attendue de sa suite en série télévisée : To aru hikûshi he no koiuta.

To aru hikushi he no koiuta

 

Si celle-ci devient une série TV, c'est à cause de son format original comportant 5 romans écrits par Koroku Inumura entre 2009 et 2011 et édités aux éditions GaGaGa Bunkô. La diffusion de la série est prévue pour cet automne, et une petite partie du staff à d'ores et déjà été dévoilée.

L'histoire raconte l'opposition entre un garçon et une fille volant vers un but commun. En effet, le jeune homme est un prince ayant tout perdu durant une révolution. Quant à la jeune femme, elle fait partie de ce mouvement révolutionnaire. L'histoire se déroulerait 10 ans avant l'histoire du film.

Concernant l'équipe de production, la réalisation est prise en charge par Toshimasa Suzuki (Rinne no Lagrange, Dance in the vampire bund). Le découpage scénaristique revient à Shinichi Inotsume (Cross Fight B-daman, Sket Dance) pendant que Hiroki Harada (Romeo x Juliet) adapte les personnages de Haruyuki Morisawa.

Si le film avait été produit par le studio Madhouse, nous n'avons encore rien d'officiel pour la série TV.

De plus amples informations d'ici aux prochaines semaines (mois ?).


Equipe de production

Réalisation : Toshimasa Suzuki
Découpage : Shinichi Inotsume
Chara-design originaux : Haruyuki Morisawa
Chara-design : Hiroki Harada
Scénario : Reiko Yoshida
Conseiller historique : Takaaki Suzuki
Production de l'animation : TMS Entertainment

Sources

http://www.animenewsnetwork.com/
http://marunao2.blog120.fc2.com/

[Commentaires (0)]

16/06/2013 @ 13:12 | Japon | Ryuurei

Après 55 ans, Mogura no Adventure va être rediffusé !

Pour les quelques amateurs d'histoire de l'animation japonaise, il s'avèrerait qu'une taupe armée d'une pelle et d'une pioche aurait décidé de fouiner du coté des entrepôts du studio Ikusa de la chaîne NTV à Kawasaki. Elle y aurait découvert le tout premier film expérimental d'animation diffusé à la télévision : Mogura no Adventure. Celui-ci a été diffusé le 15 octobre 1958. Une grande découverte qui coïncide étrangement avec les 50 ans des séries d'animation télévisées.

Mogura no Adventure (L'aventure d'une taupe) nous raconte l'histoire d'une taupe qui rêve d'un voyage dans l'espace.

D'une durée de 8 minutes et 53 secondes, le film est également en couleur, et sera rediffusé le 21 juillet prochain dans le cadre d'un grand programme appelé TV Anime 50-nen no kinjitô (Les plus grands vestiges de l'animation en 50 années de diffusion télévisée) sur la chaîne BS Animax.

 

TV Anime 50-nen no kinjitô

 

Par ailleurs, 8 émissions sont prévus et commenceront à partir du 7 juillet. Le programme de seulement quatre d'entre elles ont été dévoilés.

Première semaine : Tout commence de zéro. Plus particulièrement du Studio Zero, établit par les mangaka populaires du Tokiwasô, tels que Shotarô Ishinomori (Kamen Rider, Cyborg 009), Fujiko A. Fujio (Doraemon), entre autres. Et bien entendu, Osamu Tezuka et son studio, Mushi Production, avec la naissance d'Astroboy (Tetsuwan Atom) en série TV, la toute première série d'animation. Les épisodes 1 d'Astroboy, de Kaibutsu-kun et de Ninja Hattori-kun y seront diffusés.

Deuxième semaine : L'histoire se répète, la renaissance des héros - Gegege no Kitarô - (Kitarô le repoussant). Cette série a connu 5 remakes. L'émission comparera chacune d'entre elles tout en parlant de l'époque à laquelle elles ont été diffusées, afin de conserver l'universalité qui leurs a permis de perdurer jusqu'à nos jours.

Troisième semaine : L'histoire a été forgé par un gentleman cambrioleur : Lupin III (Edgar de la Cambriole). Au programme, diffusion du pilote de Lupin III, et explication autour de la création de ce dernier. Diffusion de Mogura no Adventure.

Quatrième semaine : Evolution et prospérité de l'industrie des géants : Généalogie des gros robots. Développement des machines, croissance rapide des sciences et des technologies, influence de l'importation de la culture de science-fiction et influence sur l'industrie et la culture. De Mazinger Z à Gundam, inspectons un genre qui est l'une des spécialitées du Japon.

Autres thèmes prévus : Légende autour de l'audimat, particularité commune des longues séries, le miracle du 25 janvier 1938, le magical girl, etc...

En espérant une diffusion à travers les coins obscures du net.

Sources

http://www.animenewsnetwork.com/news/2013-06-15/oldest-surviving-japanese-tv-anime-film-discovered
http://www.yomiuri.co.jp/entertainment/news/20130614-OYT1T01592.htm
http://prtimes.jp/main/html/rd/p/000000058.000003633.html

[Commentaires (0)]

14/06/2013 @ 13:03 | Manga | Ryuurei

IMHO, OPUS c'est de la bonne !

Voici quelques mots sur le premier tome d'OPUS, un manga dessiné par Satoshi Kon entre 1995 et 1996. Celui-ci est sorti en France le 6 juin dernier aux éditions IMHO.

 

OPUS



Tout d'abord, il faut savoir qu'avant d'entamer sa carrière de réalisateur, Satoshi Kon était un mangaka nous dévoilant déjà ce désir de mettre ses personnages en mouvement. Nous avons rarement cette impression de rester en arrêt sur image, les énénement s'enchainant très vite. De plus, il était également un grand fan des romans de science-fiction de Yasutaka Tsutsui, maître de la métafiction, dont l'œuvre nous rappellent Ô combien l'hyper-fiction et la psychothérapie peuvent avoir autant d'effet qu'un des meilleurs psychotropes. Bref, Paprika, à lire, à voir et à fumer, merci.

Alors imaginons deux secondes qu'un manga de Satoshi Kon (jetez Kaikisen par la fenêtre) puisse s'aventurer dans un genre de délire métafictionnel. Et bien ce rêve peut devenir réalité en courant chez votre libraire préféré, et en achetant le premier tome d'OPUS !

 

OPUS

Chikara in Wonderland


Dans cette histoire, vous y découvrirez les esprits sinueux et torturés de Chikara Nagai, un mangaka ayant bien du mal à contrôler ses personnages. Surtout lorsque l'un d'eux décide de voler la planche qui le ferait mourir. En cherchant à le poursuivre, Chikara traverse une autre planche le menant dans RESONANCE, son propre manga. Qui plus est, en plein cœur de l'action. Il lui faudra briser bien des normes graphiques pour tenter de garder son histoire intact.

Progressant d'une planche à l'autre, les discussions entre Chikara et Satoko, son héroïne, dérivent vers le métier de mangaka. Plusieurs thèmes sont abordés tels qu'être un créateur, la perte de contrôle de l'histoire et de la vie des personnages dû à la maison d'édition, ou encore les défauts de conception et de mise en page. Mais qui aura raison du destin de l'autre ? Sur son site internet, Satoshi Kon nous dévoilait que la pièce dans laquelle travaillent les deux mangaka s'avère être celle dans laquelle il vivait à l'époque de la création d'OPUS.

Cependant, Satoshi Kon exprimait aussi une certaine déception, il juge son manga raté car inachevé. En effet, la publication s'est brusquement arrêtée au chapitre 19. Après sa mort, il aurait été retrouvé un manuscrit non terminé appelé « Dernier chapitre inédit »... mais passons. Malgré ce détail, ce sont tout de même 19 chapitres de défonce scénaristico-graphique qui n'attendent qu'à tenir entre vos mains.

 

OPUS

 

Source : konstone.s-kon.net

[Commentaires (0)]

13/06/2013 @ 12:55 | Manga | Ryuurei

Ekrano, quand les baleines menacent l'humanité

Le 21 mai dernier, nous pouvions lire le premier chapitre de Ekrano dans les pages du mensuel Comic @Bunch. Il s'agit du nouveau manga de Mohiro Kitoh, auteur de Naru Taru et Bokurano.

 

Ekrano

 

Alors que l'auteur possède déjà 3 séries en cours de publication (Noririn, Nanika Machigattemase et Owari to Hajimari no Miles), il se lance dans une nouvelle aventure de science-fiction. Ekrano dépeint des enfants enrôlés dans une guerre navale contre des ennemis mystérieux. Pour cela ils se servent d'armes de type Ekrano (espéranto pour écran) pouvant voler et flotter.

Ekrano

Un Ekrano vu de près

 

Ces ennemis sont en fait une nouvelle espèce de baleine (des Kujirani) qui sont apparues il y a très longtemps. La cause n'est pas dû au changement de l'environnement, mais plutôt dû à la récupération de nouvelles ressources près de la ceinture d'astéroïdes. Cependant, comme les machines de récupération pouvaient fonctionner sans l'aide de l'homme, personne ne s'était rendu compte de la présence d'une forme de vie. Apportées sur Terre, cette forme de vie change totalement l'environnement, à tel point que le monde est submergé par les eaux. À savoir que ces baleines sont apparamment plus proche du végétal que de l'animal.

 

Ekrano

Les p'tites baleines-plante bizarre

 

C'est en compagnie de deux jeunes filles (et probablement plus de personnages par la suite) Sorod et Tsururu, que nous suivons peut-être les derniers instants de notre Terre.

 

Ekrano

 

Entre les Titans de Shingeki no kyojin, les Gaunas de Knight of Sidonia et maintenant les Kujirani, l'humanité est sacrément dans l'pétrin...

[Commentaires (0)]

12/06/2013 @ 17:31 | Anime | Ryuurei

Brains Base a enfin repris le contrôle de Blood Lad !

Site officiel - Twiitter

Blood Lad est un manga de Yuuki Kodama, publié dans le magazine Young Ace depuis 2009 et édité en France aux éditions Kurokawa. Son adaptation en série d'animation fut annoncée en juin 2011, un peu tôt pour une série finalement diffusée 2 ans plus tard. Staz a très probablement incité toute l'équipe à jouer aux jeux vidéo qu'à s'atteler à la production de la série... Du coup, ce n'est qu'en septembre 2012 que nous apprenons que la production est pris en charge par le studio Brains Base (Durarara!!, Dororon Enma-kun Meeramera!, Mawaru Penguindrum).

 

Blood Lad

 

Staz a tout d’un jeune garçon étranger fanatique du Japon et de sa culture populaire, un otaku en quelque sorte. En effet, sa piaule est blindé de jeux vidéo, de mangas et de figurines, et il ne remerciera jamais assez les japonais d’avoir créés tout cela. Cependant, Staz n’est pas non plus un étranger ordinaire, il est le descendant d’une longue lignée de nobles vampires et est le boss d’un des nombreux districts de l’enfer.
Mais voila qu’un jour une humaine débarque, qui plus est, une japonaise appelée Fuyumi Nayagi ! Staz ne tient plus en place, voici qu’il enfile sa panoplie : T-shirt sushi, un shimewana à la Orochimaru pour se donner un coté ninja, etc. il pense alors à lui poser des tonnes de question sur son pays et sa culture, et la voici qu’elle apparaît devant ses yeux, avec ses gros seins, le rêve devient réalité et c'est le coup de foudre ! Malheureusement, peu de temps lui est accordé que son devoir de boss l’appelle : il se doit de vaincre un ennemi qui souhaite prendre possession de son territoire. Une fois l’affaire réglée, il rentre chez lui et réalise que la demoiselle est morte entre temps par une des plantes de l’ennemi, seuls ses restes et son fantôme subsistent. Staz se met en tête de lui retrouver un corps et pour cela, il doit se rendre dans le monde des humains !

Trailer #1


Ce premier trailer nous indique l'engagement de May'n pour le générique d'introduction. Sachant qu'elle sera présente à la Japan Expo, il est bien probable qu'elle nous le fasse entendre en avance. Ce ne serait pas étonnant vu que le manga est publié par chez nous aux éditions Kurokawa.

Concernant l'équipe de production, la réalisation est pris en charge par Miya Shigeyuki qui s'était occupée de l'arc Kokoro de la série Aoi Bungaku. Si cette dernière était loin d'être la meilleure partie, bien qu'il s'agissait d'une adaptation d'un roman de Natsume Sôseki, elle avait le mérite d'avoir quelques plans intéressants, et c'est ce que nous espérons retrouver dans Blood Lad. Les personnages sont adaptés par Kenji Fujisaki (Ozma, Cross Fight B-Daman franchise) qui officie également au poste de directeur en chef de l'animation.

Trailer #2

L'auteur Kodama Yuki sera présent en Europe, plus précisément à Bonn en Allemagne à l'occasion de la convention Animagic du 26 au 28 juillet, qui accueillera également un concert de JAM Project.

Equipe de production au sein du studio Brains Base


Création originale : Yuki Kodama
Réalisation
: Shigeyuki Miya
Découpage : Takeshi Konuta
Musique : Yuuki Hayashi
Character Design : Kenji Fujisaki
Directeur Artistique : Masaki Mayuzumi (Studio Jack) / Toshiyuki Sakae (Art Team Convoy)
Directeur en chef de l'animation : Kenji Fujisaki
Directeur du son : Satoki Iida
Directeur de la photographie : Shinichiro Tate
Art Setting : Masaki Mayuzumi (Studio Jack) / Toshiyuki Sakae (Art Team Convoy)
Réalisateur assistant : Tomoya Tanaka
Couleur : Sakiko Ito
Edition : Yasutaka Ikeda
Prop Design : Yoshinari Saito
Thèmes Musicaux : May'n (OP : Vivid) / Yuuka Nanri (ED : Bloody Holic)
Production de l'animation : Brains Base

Blood Lad © Yuuki Kodama / KADOKAWA SHOTEN Co., Ltd.

[Commentaires (0)]

10/06/2013 @ 17:46 | Manga | Ryuurei

Le super-héros Action Kamen a enfin son manga !

Action Kamen est un super-héros d'un programme télévisés de science-fiction dans le manga et le dessin animé Crayon Shin-chan de feu Yoshito Usui. Il est pour ainsi dire le personnage préféré de ce dernier car il est le sauveur de la Terre et défenseur de la Justice. Alors évidemment, Action Kamen a déjà eu droit à un film d'animation le mettant en scène comme Action Kamen vs. Haigure Maou, ou encore Action Kamen vs. Action Kamen, mais ce sont avant tout des films de l'univers de Shin-chan.

 

Action Kamen

 

Depuis le 25 mai dernier, Gekkan Action, un nouveau magazine de prépublication édité chez Futabasha voit le jour, gekkan indiquant sa mensualité. Ce dernier propose pas moins de 800 pages pour 25 nouveaux mangas, et c'est celui de Action Kamen qui s'affiche en tête de liste, avec un premier chapitre comportant environ 80 pages, rien que ça. Il est dessiné par Datto Nishiwaki, auteur de la version manga de Fate/stay Night.

Ainsi on découvre enfin l'univers d'Action Kamen avec son organisation, ses méchants monstres pas beau, son Action Beam ! et ses catchphrases mythiques.

 

Action Kamen

 

Dans ce monde, l'humanité et des formes de vie d'une autre dimension coexistent dans la haine. Transporté par son passé abominable, un homme se lève pour un ultime combat. Son nom est Action Kamen !

Malgré ses airs de super-héros protégeant la veuve et l'orphelin, Action Kamen divague parfois et se met à rire ou à faire une connerie indigne de sa grandeur. Nous faisons également la rencontre d'un enfant appelé Yashio, curieux dans l'âme, poursuivant le rêve de faire régner la justice comme son idole Futaba Kamen. Au détour d'une rue, il rencontre Action Kamen.

 

Action Kamen

 

Afin de promouvoir le nouveau magazine, l'éditeur proposait plusieurs vidéos en prises de vue réel, démontrant la stupidité sans faille d'Action Kamen.

 

 

Concernant Crayon Shin-chan, il s'agit d'un célèbre manga de Yoshito Usui d'une cinquantaine de tomes créé en 1990. Il met en scène les aventures rocambolesques de la famille Shinnosuke et surtout de Nohara Shinnosuke (appelé Shin-chan donc), 5 ans, faisant tout pour foutre la honte sur sa famille en faisant les pires conneries. La série d'animation ne compte pas moins de 700 épisodes et une vingtaine de films.

Pour finir, il faut savoir que le nom d'Action Kamen existait avant la création de Shin-chan. Le premier manga de Yoshito Usui intitulé Daraku-ya store monogatari mettait déjà en scène notre héros sous une forme quelque peu différente.

 

Action Kamen

 

Source : Comic Natalie

[Commentaires (0)]

07/06/2013 @ 15:15 | Anime | Rukawa

WataMote (Watashi ga motenai no wa dou kangaete mo omaera ga warui!) en anime

Watashi ga motenai no wa dou kangaete mo omaera ga warui! - Site officiel

Je vous entends déjà dire "Encore un titre à rallonge pour un light novel merdique".
C'est presque çà, sauf que ce n'est pas un ranobe, mais un manga et ce n'est pas si mauvais. En tout cas, vu le sujet, c'est le futur hype de l'été.

WataMote, l'anime

Je vous rassure, pas la peine de retenir le titre à rallonge, retenez simplement son diminutif WataMote et la traduction du titre, littérallement "Je considère que c'est votre faute si je n'arrive pas à être populaire". A partir de là, vous comprenez que le manga de Nico Tanigawa met en scène un loser. Ou plutôt une pour être précis.

Pendant ses années collège, Tomoko Kuroki était une fille introvertie, voire totallement creepy : elle joue par exemple à des erogame, de plus la nature ne l'a pas dotée d'un physique très agréable. Elle ne comprend rien à la sociabilisation, n'est pas non plus très intelligente, comprenant tout de travers.
Mais çà c'était avant ! Arrive les années lycée, où la chenille aimerait se transformer en papillon. Mais sa seule expérience de la vie vient des dating sims, ce qui n'est pas forcement une référence ... Mais avant d'être quelqu'un de populaire, Tomoko devra d'abord paraître 'normale' aux yeux de ses camarades de classe... pour cela, elle réquisitionne son pauvre petit frère Tomoki, star de son club de foot ...

Pour les japonisant, vous pouvez d'ailleurs lire le manga originel sur le site de Gangan Comics Online à côté de la suite du génial Mahoujin Guru Guru, manga toujours dessiné par Hiroyuki Etou, le maître qui a tout appris à Hiromu Arakawa, la mangaka de Fullmetal Alchemist.

Trailer

Le nom du studio Silver Link sera peut-être inconnu à vos oreilles, mais si je dis Baka to test to Shoukanjuu, cela devrait faire TILT dans votre tête. Le studio a été fondé en 2007, par des anciens du studio Frontline, s'occupant d'abord de faire la sous-traitance, avant de réaliser leur premier anime Tayutama.
Leur réalisateur principal est Shin Ônuma, ancien du triumvira du studio Shaft avec Akiyuki Shinbô et Tatsuya Oishi. Avant de rejoindre Silver Link, Shin Ônuma est en effet surtout connu pour avoir été un de ceux qui ont forgé le style si particulier de Shaft, où il passa à la réalisation sur ef - a tale of melodies après avoir participé à divers projets réalisés par Shinbô, comme Tsukiyomi Moonphase ou Pani Poni Dash!. Depuis, il réalise quasiment tous les anime du studio Silver Link dont justement WataMote.
Si c'est la première fois que Hideki Furukawa adapte le chara-design d'un anime, il est par contre habitué à travailler avec Ônuma, ayant notamment collaboré ensemble à ef - a tale of memories, C3 et Tasogare Otome×Amnesia.

Staff

Oeuvre originale : Nico Tanigawa
Réalisateur : Shin Ônuma (ef - a tale of melories, Baka to Test, Natsu no arashi...)
Scénario : Takao Yoshioka (Happy Lesson, Elfen Lied, SkyGirl, HighSchool DxD...)
Character Designer : Hideki Furukawa (sakkan: ef - a tale of memories, Hidamari Sketch, Acchi Kocchi)
Directeur Artistique : Maki Morio (Crayon Shin-chan Film 17, Lupin III: $1 Money Wars ...)
Directeur de la photographie : Kazuya Iwai (Ai yori aoshi, Toaru Kagaku no Railgun, Bakuman...)
Production de l'animation : SILVER LINK

Pour l'anecdote, sachez que le diminitif officiel de WataMote a été choisi par les internautes, via le site de GanGan. Il y a souvent des sondages, tiens par exemple en ce moment, vous pouvez voter pour votre personnage préféré de Mahoujin Guru Guru.

 

[Commentaires (0)]

06/06/2013 @ 19:47 | Anime | Ryuurei

Uchôten Kazoku, l'ecstasy selon P.A. Works

Uchôten Kazoku - Site officiel - Twitter

Le roman Uchôten Kazoku (Ecstasy Family) va être adapté en série d’animation par Masayuki Yoshihara au sein du studio P.A. Works.

Uchôten Kazoku, roman de Masayuki Yoshihara

Uchôten Kazoku est à l'origine un roman de Tomihiko Morimi, l'auteur de Tatami Galaxy adapté en série d'animation par Masaaki Yuasa. Même si le style d'animation est bien différent de ce dernier, nous serons tout de même face à une histoire déjantée qu'il serait bien bête de manquer.

La famille Shimogamo vit dans le temple du même nom, au fin fond de la forêt de Tadasu depuis l'ère Heian. Cette forêt sacrée est d'ailleurs connue pour les nombreux sanctuaires shintô protégeant Kyôto des esprits malins. Cependant de nos jours, Sôichirô le père, décède et c'est au tour des quatres frères et de leur mère de préserver la fierté de la famille. Autre particularité importante à signaler : ce sont tous des tanuki.

Yasaburô est pour ainsi dire le personnage principal parmi les 4, il s'avère drôle quant à ses principes, mais tout le monde s'en retrouve embarrassé et peut se transformer en fille...

Yasaburô garçon Yasuburô version fille


L'ainé, Yaichirô, est du genre sérieux mais se révèle très faible lorsqu'il s'agit d'agir.

Yaichirô


Yajirô est une grenouille vivant dans une flaque.

Yajirô


Et enfin Yashirô est un débutant dans l'art de la transformation.

Yashirô


Quant à la mère, elle est apparemment fan de la troupe de théâtre Takarazuka.

Maman

 

Et bien entendu les rivaux de toujours, la famille Ebisugawa avec les deux idiots de frères : Kinkaku et Ginkaku, puis Kaisei, dont on ne sait pas pourquoi on ne la voit pas, elle voudrait se fiancer à Yasaburô. Il y a également Benten, une jeune fille qui serait liée au professeur Akadama, un tengu à la retraite.

Benten

 

Trailer


Quand à l'équipe de production, nous retrouvons Masayuki Yoshihara à la réalisation. Il a été directeur d'épisode sur les séries Ghost in the Shell - Stand Alone Complex et Higashi no Eden. Uchôten Kazoku est sa première réalisation pour une série TV, mais il a précédemment réalisé le court Bannô Yasai Ninninman du projet Anime Mirai, celui avec des légumes qui parlent. Bref, il ne sera pas dépaysé.
Le chara-designer Kôsuke Kawazura s'occupera d'adapter les illustrations de Kôji Kumeta, il était le directeur de l'animation du court dont je parlais juste avant. Il est cependant un habitué du studio P.A. Work, ayant été directeur de l'animation sur true tears, Angel Beats!, Hanasaku Iroha, Another et Tari Tari.

Staff

Oeuvre original : Tomihiko Morimi
Réalisation : Masayuki Yoshihara (GitS SAC, Crayon Shin-chan, Higashi no Eden, Medabots...)
Scénario : Shôtarô Suga (Higashi no Eden, Eureka seveN, GitS SAC, Serei no Moribito ...)
Character Design : Kousuke Kawazura (gengaka sur Seirei no Moribito, Darker than Black, Skip Beat!)
Directeur artistique : Harumi Okamoto (Hanasaku Iroha, AnoHana) Yusuke Takeda (Higashi no Eden, GitS SAC)
Musique : Yoshiaki Fujisawa (Love Live! School idol project)
Production de l'animation : P.A. Work

Adaptation anime de Uchôten Kazoku

Un dernier mot concernant les 'lieux de tournage', pour ceux qui voudraient faire une pèlerinage. Tadasu no mori, que l'on peut traduire par la forêt de la vérité, est un site près de de Kyôto, qui est protégé par l'UNESCO, elle a réussit l'exploit d'avoir survécu des divers incendies et surtout, certains boisements de cette forêt seraient de véritables reliques de forêts préhistoriques.
Le sanctuaire Shimogamo quant à lui aurait été construit au VIème siècle est un des plus vieux temples japonais. Le lieu est réputé pour les célébrations du Aoi-matsuri, une fête qui a lieu officiellement le 15 mai, mais dont les célébrations démarrent dès le début du mois.

Temple de Shimogamo


Uchôten Kazoku © Tomihiko Morimo, Gentosha/Uchoten Kazoku Production Committee

[Commentaires (0)]

05/06/2013 @ 20:01 | Tokusatsu | Rukawa

2013, l'année de GARO

Site officiel - Twitter

L'annonce de la présence à la Japan Expo 2013 d'un des acteurs de la série originelle de GARO me sert d'alibi pour vous parler un peu de cette franchise tokusatsu créé par Keita Amemiya. C'est donc Ray Fujita, qui sera présent en juillet prochain en France, il avait interprété Rei Suzumura, un autre Chevalier des Enfers qui s'allie à Kouga, le Chevalier Doré des Enfers, sous le nom de Zero, le Chevalier aux Crocs d'Argent (et oui, en français, çà le fait moins).
En plus, pas de problème de communication si vous voulez parler de tokusatsu avec lui, Michel Rei David Fujita, de son nom complet, a été au lycée français de Tôkyô, et son père est français.

L'histoire de la série, diffusé en 2005, est vraiment très simple :
Kouga Saejima porte le titre de Chevalier des Enfers, un élu chargé de sauver l'humanité contre des entités maléfiques appelés 'Horror', qui naissent des sentiments négatifs des hommes. Sa vie change quand il décide d'épargner la vie de Kaoru Mitsuki, une fille salie par le sang d'un horror ...
Un premier film voit ensuite le jour en 2010 GARO ~Red Requiem~, puis une seconde série, GARO ~Makai Senki~ (Chronique des Enfers) diffusé en 2011, continuant la mission sacrée de Kouga.

Arrive février 2013 avec le second film GARO ~Sokoku no Maryuu~ (Dragon démoniaque des Pleures bleues), qui envoit Kouga dans la Terre Promise retrouver les Crocs des Lamentations.

En avril dernier, a démarré la troisième série de GARO, nommée GARO ~Yami terasu mono~ (Celui qui s'illumine dans les tenebres). Ici nous suivons Ryuga Dougai, un nouveau Chevalier des Enfers, dont l'armure devrait être dorée mais ... qui ne l'est pas pour une raison inconnue.

Et enfin, pour juillet est annonce le troisieme film de la franchise, GARO ~Tougen no Fue~ (la Flûte de Tougen). Il s'agit cette fois d'un spin-off centré sur des personnages récurrents de la franchise, les deux prêtresses des Enfers, Jabi et Rekka. Ce film se passe chronologiquement en même temps que Sokoku no Maryuu.

affiche de GARO ~Tougen no Fue~

GARO PROJECT © Tohokushinsha Production

[Commentaires (0)]

03/06/2013 @ 23:06 | Anime | Rukawa

Trailer de Gintama Kanketsu-hen: Yorozuya yo eien nare, le second film de Gintama

Gintama Kanketsu-hen: Yorozuya yo eien nare - Site officiel - Twitter - Facebook

C'est la mode à la Shueisha. Après Eiichiro Oda sur One Piece Strong World, Masashi Kishimoto sur Naruto Road to Ninja, Akira Toriyama sur Dragon Ball Battle of God, voici le tour de Hideaki Sorachi de scenariser le film de son oeuvre phare, Gintama.

Gintama Kanketsu-hen: Yorozuya yo eien nare

Pour le sous titre du second film de Gintama, notez que Kanketsu-hen signifie Chapitre final, certainement encore de la provoque gratuite de la part de Sorachi.

À cause d'un "certain pouvoir", Gintoki se retrouve transporté dans un Edo du futur complètement en ruine et où il n'existe pas.
Dans ce paysage délabré, seuls subsistent quelques pauvres, les patriotes qui profitent de la situation pour tenter d'écraser le gouvernement, les racailles qui profitent du laxisme de la loi ...
Alors qu'il vagabonde, Gintoki rencontre deux jeunes personnes.
Un jeune homme à lunettes aux allures de voyou avec son épée en bois portant les inscriptions "Tôyako", et une jeune femme vêtu d'une tenu chinoise accompagnée de son chien géant. Serait-ce Shinpachi et Kagura ?
Gintoki va se retrouver confronté à une réalité bien plus dingue qu'elle n'y paraît !

Même si l'ère s'en retrouve changé, certaines choses de ce monde ne changeront jamais.
Gintama nous refait le coup d'un futur alternatif !

Parmi les autres choses qui ne changent pas, le staff du film repart avec la même équipe que la série, à savoir à la réalisation se trouve Shinji Takamatsu, qui était en charge des 105 premiers épisodes de la série et tandis que Yôichi Fujita, qui pris sa suite, fera la supervision du film.
Le directeur de l'animation est toujours Shinji Takeuchi. Si vous voulez étudier son trait, sachez qu'il a dessiné à lui seul toutes les poses clefs des épisodes 45, 138 et 146 de Gintama.

Staff

Oeuvre original : Hideaki Sorachi
Réalisation : Shinji Takamatsu (Gintama 001-105)
Supervision : Yôichi Fujita (Gintama 105-201)
Scenario : Hideaki Sorachi & Akatsuki Yamatoya (Heroman, Soul Eater ...)
Character Designer & Direction de l'animation : Shinji Takeuchi (Shin Mazinger)
Production de l'animation : Sunrise

Le film sortira le 6 juillet 2013.

Gintama © Hideaki Sorachi / Shueisha • TV-Tokyo • Dentsu • Sunrise

[Commentaires (1)]



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT