Shouji Saeki & Hiroyuki Yamaga (Connichi 2015) - Interviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

11/11/2016 | Rukawa

Shouji Saeki & Hiroyuki Yamaga (Connichi 2015)


Hiroyuki Yamaga avait annoncé en 2012 que l'avenir du studio Gainax était incarné par Shouji Saeki. Cela tombe bien, ce dernier est venu accompagner le président de la Gainax à la Connichi 2015. Si vous ne connaissez pas grand chose sur le réalisateur de Mahoromatic Tadaima! Okaeri!, voici un article à son sujet.
La première partie de l'interview concerne Shouji Saeki, et la seconde parlera plutôt du nouveau projet Gainax, Akubi wo suru ni wa wake ga aru, un anime de plongée.

Shouji Saeki et Hiroyuki Yamaga

Il est possible de voir certains de vos premiers travaux peu accessibles au public comme Hakobiya Maki-chan, mais certains comme Mika-chan pizza ya san de arubaito no maki sont introuvables et peu documentés, pouvez-vous nous en parler plus en détail ?
Shouji Saeki : *rires*
Je pense que personne ne l'a vu celui-là. C'est une de mes premières œuvres, réalisée en 1992, il me semble. Je travaillais avec le club de mon université, où nous étions une trentaine.

Et c'était la même équipe que pour Maki-chan ?
SS : Maki-chan c'était deux ans plus tard. Le projet était trois à quatre fois plus ambitieux, nous étions une centaine à travailler dessus.

Par la suite vous avez fait vos débuts en tant qu'intervalliste sur Evangelion. Pourquoi avoir choisi Gainax ?
SS : Et bien simplement, c'est le premier studio à qui j'ai téléphoné et qui m'a répondu. *rires*
Hiroyuki Yamaga : *rires*
SS : Juste avant j'avais essayé Xebec également pour tout vous dire.

Houkago no Pleiades et un projet qui vous tiens à cœur, pouvez-vous nous en parler plus en détail de votre investissement personnel dans ce projet et des différentes étapes de sa production ? Plus particulièrement de la web série et de son passage en série TV ?
SS : Le projet Pleiades a été diffusé sur YouTube en 2011, alors que la série télé n'a été diffusée qu'en 2015.
En mai 2010 nous avons été approchés pour conduire un projet pour Subaru, celui ne faisait que trois à quatre minutes. Il s'agissait d'un film publicitaire fait pour être diffusé sur internet. La société voulant faire la promotion de sa marque et de son produit en racontant une histoire; le projet est devenu un film d'une vingtaine de minutes, que nous avons divisé en quatre parties. En développant le projet, bien que celui a pris de l'ampleur jusqu'à faire 20 minutes, ils restaient encore plein d'éléments de notre histoire qui n'étaient pas racontés. Je voulais donc continuer ce projet que ce soit en série TV ou par un autre biais. Et c'est pour cela que la série a été produite en 2015. En réalité j'ai continué à travailler dessus dès 2013.

L'épisode 1 de Houkago no Pleiades en VOSTA sur le compte youtube officiel

Sur votre compte Pixiv on trouve beaucoup d'illustration comme Dougram, Votoms ou encore de Gundam. Cependant, en regardant vos travaux, vous faites beaucoup de séries à tendance moe Pourquoi cette contradiction ?
*Hiroyuki Yamaga éclate de rire*
SS : Eh bien, il est vrai que je suis vraiment passionné par la science-fiction, mais des projets de SF sérieuse sont très ambitieux. J'ai eu la chance de pouvoir travailler sur Evangelion en tant que staff. Mais être à la tête d'un projet semblable est une entreprise complexe, qu'il faut savoir aborder sur comment bien la réussir. Les comédies romantiques sont des sujets à la mode au japon, et beaucoup plus simples à réaliser. Les séries de robots ou de SF sont plus difficile à réaliser.

Vous êtes en ce moment sur Akubi wo suru ni wa wake ga aru, mais par la suite avez-vous le projet ou le désir de travailler sur une série de robot ?
SS : Il est vrai que j'apprécie beaucoup les séries de robots mais que je travaille plus souvent sur des séries dépeignant des scènes de vie de tous les jours. Je pense régulièrement à m'attaquer à un projet de SF. Je n'apprécie pas seulement que les séries de robots mais plus généralement la science-fiction et c'est pour cela que comme dans Pleiades, je rajoute des éléments de SF. Je ne sais pas si je le ferais sur Akubi mais j'y réfléchis. Il est certain que j'aimerai m'attaquer à un gros projet de SF un jour, mais pas pour le moment.

Depuis un certain temps vous ne faites plus que des e-conte et de la direction d'épisode. Vous ne dessinez plus vraiment de genga. Vous n'avez plus vraiment envie d'être animateur ?
SS : Même quand je raconte une histoire, en tant que réalisateur je continue à dessiner des e-conte. Animer, je laisse cela d'autres qui peuvent se montrer plus approprié, pour certaines scènes, de par leurs styles. Je dessine cependant encore des genga, cela dépend des situations, même s'il est vrai que je ne les crédite plus et que mon nom n'apparait pas dans les animateurs clés.

Concernant la direction d'épisode et les e-conte, pouvez-vous développer ce travail plus en détail ? Lequel est le plus important ?
SS : L'e-conte est très important et tout le monde comprend son rôle, mais parfois il y a des choses que l'on décide avec le settei, il est nécessaire pour faire comprendre à quelle vitesse parle tel personnage, ou comment va être retranscrit tel aspect pour telles scènes, il y a plein de choses que l'on ne peut pas noter dans un e-conte. Et c'est là que le directeur d'épisode va apporter c'est-à-dire sa touche au personnage, beaucoup d'éléments qu'on voit dans le produit fini vont dépendre fortement de qui a fait le directeur d'épisode. Si on donne un e-conte à cinq directeurs d'épisode différents, on va avoir des résultats qui n'ont rien à voir, bien que l'e-conte soit le même. Et vu la versatilité du poste il est difficile de pointer du doigt la différence, mais elle est omniprésente.

Dessin de Mahoro par Shouji SaekiJe pense qu'être pervers, ce n'est pas bien !

Gainax a deux nouveaux projets en cours, Aoki uru et Akubi wo suru ni wa wake ga aru, avez-vous d'autres projets ?
HY : Oui, nous en avons plein, la création d'un anime est un processus très long. Le plus long étant bien sur Aoki uru, cela fait près de 20 ans maintenant. Pour Akubi cela fait de nombreuses années également. De ce fait on a constamment plusieurs projets qui avancent simultanément. Lesquels seront les prochains à voir le jour de manière effective, aujourd'hui je ne peux pas encore vous le dire.

Du coup, vu que cela n'a pas trop avancé sur Aoki Uru, pouvez-vous nous parler un peu plus de Akubi ?
HY : C'est une série de SF se passant sur Terre dans 80 ans dans le futur. L'eau a monté de 30 mètres sur la surface du globe, et la quasi majorité des villes ont été englouties.
L'héroïne s'appelle Alice et fait du free diving. Dans le coin où elle vit tout n'a pas été englouti, la majeure partie est encore en surface. Dans ce futur, le free diving est un célèbre sport connu mondialement dont tout le monde fait grand cas.
Le character-design est de Yoshiyuki Sadamoto et le réalisateur se trouve ici à mes côtés.
En fait cela fait donc 10 ans que ce projet existe. En 2006 il y a eu une avancée assez significative sur le projet, et nous sommes allés en Egypte faire une expérience de free diving car j'ai appris qu'il y avait des championnats de plongée là-bas. Le plus intéressant ne fut pas seulement d'apprendre à retenir son souffle, mais d'apprendre à focaliser sa concentration pendant qu'on retient son souffle.
Après cela, j'ai fait des recherches de temps en temps. Comme cette année il y a une nouvelle avancée nous allons donc nous y remettre à nouveau. A priori ce sera prêt pour dans deux ans, printemps 2017.

Entre temps, Yamaga a annoncé à la Connichi 2016 que la série n'avait pas encore de réalisateur officiel. Ce n'est donc peut-être plus Shouji Saeki qui occupera le poste de réalisateur.

Et donc que fera le studio Gainax pendant 2 ans ?
HY : Akubi étant une série TV, il va falloir un grand studio pour la réaliser. Mais Aoki uru étant un film pour le grand écran, un grand studio n'est pas nécessaire. La façon de faire les deux est complètement différente et donc le studio et le lieu ne seront pas les mêmes.
Comme je viens de le dire, nous comptons sur une diffusion dans deux ans, et donc on ne peut pas vivre simplement sur cela. Nous avons beaucoup d'autres travaux en cours, plein de petits travaux comme des publicités ainsi que de plus gros projets qu'on essaie de mettre en place. Fukushima a aussi de nombreuses commandes. Saeki aussi y travaille également à la réalisation.

Le studio de Fukushima sera-t-il impliqué sur Akubi ?
HY : Je pense utiliser les deux studios, mais il n'est pas encore prêt pour ce genre de travail. Je peux utiliser le studio de Fukushima, ou un autre studio au Japon ou en Corée ou à Taiwan. Les anime japonais ne se limitent pas à une production basée uniquement à Tôkyô. Ils peuvent être fait dans différents endroits.

Le studio à Fukushima sera également un musée. Que comptez-vous montrer dans ce musée, des cellulos ?
HY : Oui des cellulos, mais pas seulement. De manière générale, nous expliqueront aussi comment on procède pour faire la réalisation d'un anime. Il y aura des collaborations avec différents noms du manga et de l'anime ; plusieurs projets sont en cours, mais le thème général de ceux-ci seront de représenter le processus créatif d'un anime.

Vous avez collaboré avec les Emirats Arabes Unis sur un manga, Gold Ring. De manière plus générale pour vos collaborations avec l'international, comme celles-ci se déroulent-elle, avez-vous des barrières de langage ou de culture ?
HY : La manière de travailler ne change pas vraiment, d'un endroit un autre je trouve, et la barrière de la langue n'est pas une, dans la mesure où la communication se fait tout en japonais. *rires*

Pour revenir, sur un projet plus ancien mais qui a marqué son époque, Honeamise no Tsubasa, dans le film, il y a une scène de viol, qui dénote un peu du reste du film. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette scène, sa signification ?
HY : Pour les films et les scènes, j'ai pour principe de ne pas expliquer les sens qu'elles doivent avoir. *rires*
Peut-être qu'il n'y en a pas *rires*

 

Traduction : Fabrice Renault


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Quel est le nom du héros de Hellsing ? Indice : c'est Dracula à l'envers



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Please RT