Kazuki Akane (Japan Expo Sud 2010) - Interviews - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

21/03/2010 | Rukawa

Kazuki Akane (Japan Expo Sud 2010)


La Japan Expo Sud qui s'est tenue en janvier dernier à Marseille a été l'occasion de rencontrer un jeune réalisateur dont le travail a donné lieu à plusieures séries de qualité ces dernières années, en la personne de Kazuki Akane (Tenkuu no Escaflowne, Noein, Tetsuwan Birdy Decode).

Kazuki Akane est né le 24 mars 1962 à Ôsaka et est diplômé de l'institut de technologie de Chiba. A l'origine assistant-réalisateur pour la Sunrise, il débute en 1985 sur la série Z Gundam et conservera ce poste sur la saga avec Gundam ZZ, Gyakushû no Char et Gundam F91. Il devient réalisateur d'épisode et dessine ses premiers storyboards sur Samurai Troopers en 1988. Ces deux activités deviendront vite son travail de prédilection et on le retrouve ainsi sur des épisodes de Cyber Formula GPX, Hime-chan no ribbon, Crayon Shin-chan ou plus récemment Ergo Proxy ou Macross Frontier

Il devient réalisateur en 1996 avec Tenkuu no Escaflowne sur un concept original de Shôji Kawamori, le créateur de Macross, avant de s'occuper quatre ans plus tard de la version pour grands écrans. Il passe ensuite freelance et collaborera avec Satelight pour ses séries suivantes : Geneshaft (2001), Heat Guy J (2002), et Noein (2004), trois séries dont il est le créateur.

En 2008, il signe Tetsuwan Birdy Decode puis sa suite en 2009 au sein de A-1 Pictures, le studio d'animation d'Aniplex qui appartient à Sony.

Vous avez débuté sur Zêta Gundam, quelle a été votre rôle ?
Il s'agit en fait d'un assistant-réalisateur. Mon rôle était de faire l'intermédiaire pour l'ensemble de la production afin qu'ils respectent le planning et de traduire le message du réalisateur.

Sur une série TV, la personne responsable du storyboard est celle qui définie la mise en scène. Peut-on dire qu'elle assume un rôle équivalent à celui du réalisateur dans une série en prise de vue réelle ?
Oui, on peut dire globalement que çà y ressemble pas mal. La différence c'est que dans un anime on crée les personnages plutôt que faire jouer des gens.

Qu'est-ce qui vous intéresse dans l'animation ?
Je préfère le travail de réalisateur, car c'est celui qui contrôle tout, et qui amène son ressenti dans la production. Cela permet de guider les divers intermédiaires vers ce que je souhaite.
Ensuite, ce qui m'intéresse c'est réaliser des e-conte, les storyboards illustrés. Sur toutes mes séries c'est pour cela que j'aime faire les deux.

On remarque dans vos séries une volonté de présenter une animation très dynamique et poussée. Pourquoi ?
Effectivement, j'aime que ce soit beau et fluide sur mes séries. Je cherche à faire sentir qu'il y a du travail fait avec passion derrière. Comme je choisis moi-même les animateurs avec qui je veux travailler, je me permet de leur laisser pas mal de liberté, je leur demande simplement de faire du mieux qu'ils peuvent. Comme ils savent ce que j'attend d'eux, les animateurs font cela naturellement.
Sur Noein, je me suis d'ailleurs fais engueuler par les producteurs car j'ai dis à mon staff « faites comme vous voulez, je vous fais confiance ». On m'a sermoné en disant qu'ils faut être derrière ses animateurs.

A-1 Pictures est un studio jeune, mais très actif avec déjà plus d'une dizaine de série TV à son actif. Quel est l'esprit, la philosophie de ce studio ?
En vérité, le studio A-1 Picture est une branche de Sony. Ceux qui en sont à la tête ne viennent pas du monde de l'animation. Il est donc parfois difficile de travailler, et où on peut avoir beaucoup de contrainte. De ce point de vu, çà ne leur donne pas une très bonne image n'est-ce pas ? Mais de mon point de vu, en tant qu'interne, ce studio se concentre malheureusement trop sur des produits qui marchent, et se focusent que sur certains marchés qui doivent être rentable comme celui du dernier manga ou light novel à succès. Je préfèrerais qu'ils soient plus ouvert, car ce qui me plaît c'est surtout réaliser un anime à partir de rien.

Justement, le projet Anime no Chikara entre Aniplex et TV Tôkyô, qui vise la création de séries originales. Vous semble-il important vu le contexte que traverse l'animation japonaise ?
Je ne connaissais pas, mais en effet cela pourrait m'intéresser. Produire des anime originaux est en effet quelque chose d'important mais je n'étais pas au courant de l'existence de ce projet.

A quoi ressemblait le projet de Tenkuu no Escaflowne avant le changement de staff, c'est-à-dire quand Yatsuhiro Imagawa l'avant entre ses mains ?
Du temps de Yasuhiro Imagawa, Escaflowne avait surtout un côté shônen manga. Quand je suis arrivé sur la série, je ne voulais pas que ce soit qu'une série de robot, c'est pour çà que j'ai changé pas mal d'éléments, que ce soit dans l'histoire ou le chara-design. Avec un code graphique du shôjo, cela permettait de faire une série mixte. Nous avions des robots et du combat pour le public masculin d'un côté, et de l'autre, des sentiments et un graphique adaptés au public féminin. A un moment, il a même été question d'une version de Hitomi avec des lunettes et deux couettes !

Les scènes de combat de l'épisode 7 de Tetsuwan Birdy Decode : 02 ont fait du bruit dans leurs version TV. De nombreux anime fans ayant crié au scandale, que pensez-vous de toute cette affaire ?
Comme je le disais tout à l'heure, je fais énormément confiance à mes animateurs. Des jeunes animateurs ont un peu trop pris de libertés. J'aurai dû exercer un contrôle un peu plus présent. Ces jeunes animateurs ont voulu en profiter pour montrer ce dont ils étaient capable et cela n'a pas vraiment collé au style fourni par les settei. Mais le temps de s'en rende compte, c'était déjà trop tard pour tout recommencer. Mais cela sera corrigé dans l'édition DVD.
Mais quelque part, on peut leur pardonner, cela pourrait devenir une nouvelle forme de style, car si cela n'a pas collé pour Birdy, dans un autre contexte, çà pourrait être une bonne chose. C'est une anecdote que je n'ai même pas raconté au Japon.

Le personnage de Arita Shion est totalement inédit et un des vecteurs comiques de la série. Qui en a eu l'idée ?
C'est Yutaka Izubuchi, qui en a eu l'idée. Tetsuwan Birdy serait allé dans un côté beaucoup trop sombre, il s'agit de l'élément de lumière de cette adaptation anime. Vous savez, moi aussi quand j'en ai entendu parlé la première fois, je me suis tenu la tête entre les mains.

La tenue de Capella dans la seconde série de Birdy est un seifuku qui ressemble à celui des lycéens de la série de Kannagi, est-ce une référence ?
En effet, c'est bien la même tenue. C'est simplement un trip des animateurs. Les deux séries étant produites par le même studio, il y a eu un poster promotionnel avec les personnages de Birdy et Kannagi côte-à-côte. Un animateur a lancé que des tenues de la série de Kannagi iraient bien aux personnages de Birdy.

A quand Tetsuwan Birdy Decode : 03 ?
Pas pour le moment, je me penche actuellement sur un autre projet.

La possibilité de changer le destin prédéterminé est un thème qui apparait à la fois dans Escaflowne et Noein, est-ce que ce thème vous tiens particulièrement à cœur ?
Oui, ce que je souhaite passer aux jeunes à travers mes séries, c'est de ne pas se laisser glisser par le destin mais de faire ce qu'on veut avec.


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Par quel quatuor est dessiné Card Captor Sakura ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT