Monaco Anime Game International Conferences MAGIC 2015 - Articles - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

30/03/2015 | Rukawa

Monaco Anime Game International Conferences MAGIC 2015


Après le semi-échec du Monaco Anime Game Show (MAGS) en 2013, on pouvait se demander s'il y avait encore un intérêt de refaire une anime convention dans la Principauté de Monaco, sachant que géographiquement, pour s'y rendre, c'est quand même assez loin de tout, sauf de Nice.

Bien sûr, on peut toujours relativiser et trouver d'autres circonstances atténuantes, comme par exemple les dates des 2 et 3 mars 2013 qui furent les même que la Japan Expo Sud à Marseille et le Festival International des Jeux à Cannes.
Le MAGS avait également le même problème que l'édition 2013 du Cartoonist, c'est-à-dire des invités n'intéressant que les vieux cons : Gô Nagai, Yû Suzuki, Yoshitaka Amano. Aussi prestigieux soient-ils, plus personne chez les jeunes générations ne savent qui sont ces types. Ça tombait bien, pour eux il y avait le Joueur du grenier et Bob Lennon ! Ce qui fait un peu mal au cœur d'ailleurs, les files de dédicace pour des youtubers rameutent aujourd'hui plus de foule que pour les invités japonais qui ont de la bouteille. Autre temps, autres mœurs.

Affiche du MAGIC 2015

Qu'à cela ne tienne, ce temps est révolu, exit les youtubers, le MAGS a divorcé du Toulouse Game Show et a amorcé une refonte totale sous le nom de Monaco Anime Game International Conferences, soit MAGIC. Et encore une fois l'affiche est l'alléchante :
Yô'ichi Takahashi, mangaka de Captain Tsubasa, soit Olive et Tom pour l'adaptation française de l'anime.
Yoshitaka Amano, chara-designer de Casshern, Time Bokan, Yatterman, Gatchaman, Vampire Hunter D et des 6 premiers Final Fantasy.
Et d'autres personnes qui nous concernent moins comme Yûji Naka (créateur de Sonic, Phantasy Star, Chuchu Rocket!), Shinji Hashimoto (troll sur Final Fantasy VII), Alain Damasio (La Horde du Contrevent), Frédéric Raynal (Alone in the Dark, Little Big Adventure), Éric Chahi (Another World, Heart of Darkness), Philippe Buchet (Sillage), Viktor Kalvachev (Blue Estate) et surtout Perceval de Kaamelot qu'on connaît aussi sous son vrai nom : Franck Pitiot.

Cependant, la date du 21 mars 2014 ne pouvait ravir tout le monde, notamment les parisiens vu que l'évènement s'est déroulé en même temps que le Salon du Livre à Porte de Versailles. Même si nous savons tous qu'il est assez rare de voir des parisiens sortir de leur grotte pour une convention en province, cela reste plutôt dommage pour les sudistes qui auraient voulu se déplacer au Salon du Livre.

Anime Convention, le MAGIC n'en n'est vraiment pas une.
Le mot clef ici était plutôt Conferences –n'oubliez pas de prononcer à l'anglaise avec le S soit conferenciz–.
C'était la première grosse surprise. C'était pourtant annoncé dans le titre, mais quand on déballe un jeu vidéo on le lance direct : personne ne lit la notice.
On comprend ainsi mieux pourquoi l'entrée était gratuite pour le visiteur. Gratuit ne signifiant pas porte ouverte à toutes les fenêtres, il fallait au préalable envoyer un mail. Il faut l'avouer, payer pour juste assister à des conférences ou faire des dédicaces, c'est un peu prendre les gens bons pour des pigeons. Mais on sait qu'ils sont prêts à le faire vu le prix des entrées premium lors de la Japan Expo, de Paris Manga et autres Geekopolis.

 
A gauche la table ronde entre Raynal, Chahi et Damasio, à droite, Yô'ichi Takahashi qui a fait un dessin en public.

Mais n'avoir que des conférences, c'est à la fois une force et une faiblesse. D'un point de vue personnel, je suis de ceux qui vont en convention pour assister aux conférences d'artistes que j'affectionne. Donc moi, ça me botte, mais je comprends que les gens préfèrent faire aller voir ailleurs qu'être assis toute la journée à écouter d'autres parler.
Ces conférences restaient principalement axées grand public : un fan hardcore de Captain Tsubasa n'y apprendra rien de plus et au sujet de Yûji Naka, à part quelques anecdotes, on avait autant d'informations sur sa page Wikipedia. Si des gros fans n'en sortiront pas plus cultivés, c'est toujours plus agréable de l'entendre de la part de des créateurs eux-même et pas tout le monde n'a un niveau de connaissance exceptionnel.
Les deux conférences les plus intéressantes étaient sans doute celles qui furent les moins formatées, soit les deux tables rondes :
* "La French touch dans les jeux vidéo, passé, présent et avenir" avec comme intervenants Alain Damasio, Frédéric Raynal, Éric Chahi et Thierry Platon.
* "Regards croisés sur l'illustration en France, au Japon et aux USA" avec comme intervenants Yoshitaka Amano, Philippe Buchet, Viktor Kalvachev, Olivier Fallaix.
Il faudrait cependant, à l'avenir, éviter de proposer une scéance de dédicace d'un auteur juste après sa conférence, les fans préférant souvent sécuriser leur place en dédicace et rater la conférence ...

Outre les conférences, il y avait la projection en avant-première du teaser d'une coproduction franco-japonaise d'une œuvre de Osamu Tezuka : Astroboy Reboot.

Il s'agit donc d'un remake de Tetsuwan Atom, avec cette fois des français à la réalisation et coproduit entre autre par Shibuya Production, qui n'est autre que l'entreprise organisatrice du MAGIC. Justement.
Le teaser a été réalisé par Florian Thouret, coréalisateur de Petz Club et directeur artistique sur Le magasin des suicides, un film réalisé par Patrice Leconte.
Si le chara-design ne plaira pas à tout le monde, on veut cependant croire le producteur Fabien Baboz, producteur exécutif sur Le magasin des suicides, quand celui-ci annonce qu'il souhaite respecter l'esprit de l'œuvre originale et la philosophie de Tezuka. Cette future série sera réalisée en France par le studio CARIBARA et l'animation sera faite à la main en 2D. Il y aura tout de même quelques plans en 3D, comme la ville et le mecha-design.

Les producteurs d'Astroby Reboot : Cédric Biscay (Shibuya Productions) et Fabien Baboz (CARIBARA)

Les producteurs côté français : Cédric Biscay (Shibuya Productions) et Fabien Baboz (CARIBARA).

Cependant, ce samedi, il n'y avait pas vraiment autre chose à faire... Au choix, c'était assister à une conférence ou bien faire la queue pour les dédicaces.
Il faut admettre qu'on s'ennuyait terriblement si on ne faisait ni l'un ni l'autre. Heureusement que l'endroit était bien plus conviviale qu'un hangar d'aéroport que nous offre les Japan Expo,  certains visiteurs ont pu profiter tout de même des plaisirs d'un lieu très classe : s'affaler dans de confortables fauteuils ou sur des poufs et ainsi discuter entre amis. C'est tellement Monaco.

Si les horaires des conférences étaient indiquées dans le programme distribué à l'entrée, en ce qui concerne les dédicaces, la mise en place du planning était un peu chaotique : ceux n'ayant pas consulté le site n'étaient pas au courant des horaires de dédicaces. Il y a eu un gros problème de communication à ce niveau-là.
Seule la page web des dédicaces a été mise à jour sans qu'il n'y ait eu un message annonçant le planning sur leur site web. Donc aucun avertissement nulle part pour ceux qui ne visitent que la page d'accueil.
La communication s'est d'ailleurs principalement faite sur la page Facebook du MAGIC et le site officiel a surtout servi de vitrine, ce qui est fort dommage pour les non-accros du réseau social de Zuckerberg et qui préfèrent ce bon vieux fil RSS.
Et durant le salon, était écrit sur un tableau les dédicaces en cours et non les suivantes, ce qui faisait râler certains visiteurs impatients venus sans connaître les horaires exactes. Bonne chose que le Grimaldi Forum soit à taille humaine, les fans se relayant l'information entre eux.

Quelque chose à souligner : il n'y avait aucune boutique, les marchands sont hors du temple.
C'était amusant de constater que certains visiteurs se plaignaient aussi pour cette raison, c'est-à-dire qu'ils ne pouvaient rien acheter. Quand d'habitude, on entend très souvent râler que la Japan Expo est un supermarché géant et qu'on paie l'entrée pour dépenser de la tune... Heureusement que le MAGIC est gratuit, alors !

Il y avait également une salle réservée pour que les 5 finalistes du concours de jeu vidéo débattent et vendent leur projet à un jury composé d'Éric Chahi, Alain Damasio et Oskar Guilbert. En effet le MAGIC organisait un concours avec 100 000 € à la clef, pour financer un jeu vidéo.
Cependant sur le site internet et sur les lieux, il y avait très peu d'informations sur les finalistes de ces concours, si ce n'est le nom des projets. Ce n'aurait pas été une mauvaise idée de mettre des pancartes dans les allées, avec le descriptif des projets, voire de montrer des démos. Cela aurait pu occuper les visiteurs et leur donner envie de découvrir ces projets, surtout quand ils seront dans le commerce. Parce qu'il faut avouer que la salle était quasi-vide la plupart du temps et que l'annonce du gagnant se faisait juste avant la fermeture.
Il faudra peut-être mettre ce concours beaucoup plus en avant l'année prochaine, car financer un jeu vidéo c'est quand même quelque chose d'exceptionnel pouvant stimuler beaucoup d'esprits créatifs.

L'heureux gagnant est donc un jeu nommé Léon !, livre interactif pour enfants à partir de 6 ans sur tablettes où on peut progresser dans l'histoire en interchangeant les mots des différents dialogues. Il faut donc intervertir judicieusement les mots de façon à passer à la scène suivante.
A l'origine, il s'agissait d'un projet étudiant nommé Michel développé sur iPad qui avait d'ailleurs reçu le Prix étudiant du Jeu Vidéo 2011. Ce concours est pour les créateurs de Léon ! un vrai tremplin pour aller de l'avant, ils peuvent à présent financer leur projet. Avec cet argent, ils pourront ainsi développer également une version Android et Windows Phone. Ils comptent aussi animer les illustrations, et proposer une version internationale.

Il y avait aussi un concours de cosplay, voici la gagnante déguisée en Buck Wanderbeck de Wildstar.

Que retenir de cette première édition de ce Monaco Anime Game International Conferences... Honnêtement, pas grand-chose si on n'aime pas assister aux conférences et si on s'en fout des dédicaces. Le MAGIC propose un modèle intéressant pour quelqu'un comme moi, mais je ne sais pas si le grand public, adepte des free hugs, consommateur de figurines contrefaites et autres répliques de sabres serait content d'aller au MAGIC. Bien sûr, comme il n'y avait rien d'autre à faire que d'aller aux conférences, c'est la bonne occasion pour eux d'y aller.
Le nombre de cosplayers étant assez réduit, le photographe amateur ne videra pas sa batterie pour une fois, même si le jardin extérieur permet de faire de belles photos, surtout que le Grimaldi Forum a également une vue sur la mer.
Le facteur social ici est aussi minime, c'est trop confidentiel pour faire des IRL de toute la région comme peut rassembler un Mang'Azur ou une Japan Expo Sud.
Mais l'ambition du salon n'est pas d'avoir 10 000 visiteurs.
Et faire partie des 1500 visiteurs, pour d'aussi remarquables invités, cela nous rend un peu privilégiés. Et le fait de ne pas ressembler à une anime con peut être un avantage pour amener des personnalités qui habituellement snoberaient ce genre manifestation trop plébienne.
Et que ce soit totalement différent d'une anime convention traditionnelle, on ne peut pas appeler cela un problème, de ce côté-ci, le MAGIC peut jouer cette carte à fond et parier dessus, car c'est tellement Monaco.

Remerciements :
genshi-tony
Drig
Draznar
Cédric Biscay
Dominique Langevin
Laurence Gauthier
Zorail
OuRs256
Ségolène V.

Certaines photos ont été honteusement récupérées sur la galerie Facebook de l'event, ils ne m'en voudront pas, il y a un watermark.


Commentaires

2015-08-16 12:57:37 | Poyjo

J'étais venu au MAGIC sans avoir vraiment compris qu'il n'y aurait que des conférences. La communication n'a vraiment pas du tout été clair du début jusqu'à la fin. Mais au final ce n'était pas un problème, on assistait au conférences et entre temps on discutait avec les personnes qu'on rencontrait. On voyait les rares cosplayers avec plaisir et l'ambiance plutôt tranquille, loin d'être rebutant plaisait.

Le problème c'est que de nombreuses personnes que j'ai rencontré là-bas n'ont pas été satisfaits par l'absence de magasins. Si c'était un poil triste ça ne me dérangeait pas d'assister à des conférences toute la journée mais les conférences n'avaient pas non plus grand chose d'intéressant.

Comme tu l'as dit on n'apprenait pas grand chose durant ces conférences. Même Wikipédia fournissait de plus amples informations. Il y avait peu de discussions et au final l'invité se contentait de lire ou de réciter ce qu'il avait prévu de dire. C'est dommage que la seule chose qui ait été réellement prévue pour ce MAGIC ne soit pas réussie.

L'année 2016 signera le retour des boutiques pour le MAGIC, en espérant que ce ne soit une excuse pour dégrader davantage le niveau des conférences et on espère que de bons invités seront annoncés d'ici là.

2015-03-30 11:44:28 | Gemini

C'est le rêve, cette convention ! Mais tellement loin de chez moi...

Ajouter un commentaire

Dans Saint Seiya, quel est le nom du chevalier d'Andromède, celui avec une armure rose, les cheveux verts et est le petit frère d'Ikki ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT