Les éditeurs de manga en France en 2003 - Articles - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

20/02/2003 | Rygel

Les éditeurs de manga en France en 2003


Le seul moyen en France de se procurer en toute légalité des mangas en français et reliés est de les acheter dans le commerce. Mais pour cela, encore faut-il que ces derniers soient disponibles. C'est le travail des éditeurs, pour notre plus grand plaisir.

Ce sont eux qui achètent les droits, qui font la traduction et l'adaptation en français, et qui relient les tomes que l'on achète. Évidemment c'est plus compliqué que ça, mais pour faire simple, disons que tout ceci est sous leur responsabilité.

D'ailleurs, en parlant de droits, HOJO Tsukasa et HARA Tetsuo quittent la Shuêisha pour s'établir à leur propre compte et créer la maison d'édition Coamix, dont ils seront auteurs et éditeurs.
Conséquences pour le marché français : les droits arrivant à échéance vont être peu à peu bloqués, et certains titres ainsi retirés de la vente. D'ici 2004, les droits des deux auteurs seront à nouveau disponibles, et seront alors cédés à un seul éditeur.
En France, les éditeurs concernés sont Tonkam et J'ai Lu. La première charrette concerne Rash 1 et 2 et Cat's Eyes (vol.6 à 10), dont les droits prennent fin dès le mois de juin 2002. Autrement dit, plus que quelques jours pour compléter votre collection : les titres sont en promotion à la boutique Bastille jusqu'à la fin du mois de mai. Prochaines échéances : juin 2003 pour une partie des Family Compo, les premiers Cat's Eyes et la série Sous un rayon de soleil.
Chez J'ai Lu, pas d'inquiétude pour l'instant : des renégociations sont à l'étude avec Coamix, les titres en stock restent donc disponibles à la vente.

Il y a quelques années, les éditeurs étaient assez peu nombreux et il n'y avait en France que les grands succès japonais, avec pas mal de retard par rapport aux sorties dans le pays du soleil levant. Désormais, la donne est toute autre : les éditeurs se multiplient et il n'est pas rare maintenant de pouvoir se procurer en France des mangas qui sont sortis au Japon juste deux ou trois mois auparavant (Evangelion par exemple). Ceci est un réel progrès et on ne peut que s'en féliciter. Sachez par contre qu'il y aura toujours au moins un décalage de quelques mois entre la sortie au format relié au Japon et en France, pour des histoires de droit, de concurrence, et d'adaptation...

Toutefois, on se demande parfois si l'éditeur français se préoccupe de ses acheteurs potentiels, surtout quand on les compare entre eux. L'offre est conséquente et quand on dispose d'un petit budget, il faut souvent faire un choix avant d'investir dans une nouvelle série. Plusieurs critères rentrent en ligne de compte, et vous verrez dans la suite que le choix de l'éditeur en est un.

Je précise avant toute chose que je n'ai aucun lien avec aucun éditeur et que mes critiques sont écrites avec la plus grande objectivité dont je puisse faire preuve. Aucun propos ne sera modifié, à moins que l'on ne me montre la preuve matérielle et tangible que ce que je raconte est faux.

Bien sûr, il existe un droit de réponse, et si jamais un lecteur ou un membre des éditions citées ci-dessous (on peut toujours rêver) venait à lire cet article et souhaitait réagir, je publierai sa réponse ici-même.

 

Aaaaah Glénat... l'éditeur de Dragon Ball, et grand spécialiste des rééditions.
Jugez plutôt :
Dragon Ball : 4 éditions (au moins) 1 édition mensuelle dont la réédition est actuellement disponible. Il s'agit d'un très grand succès, à en voir les tomes en rupture de stock. 1 édition en 42 volumes (chaque volume comprend deux tomes de l'édition mensuelle) avec un papier et une couverture de meilleure qualité. Et pour finir une dernière édition avec encore plus de tomes dans un volume (le double, par rapport à l'édition précédente).
Akira : 1 édition couleur et une réédition noir et blanc.
Gunnm : 1 édition format classique (11 tomes) et une réédition grand format, mais qui contient aussi quelques bonus. Il est toutefois important de signaler que Glénat est le premier éditeur français Ese lancer dans le manga en Europe, avec Akira, le 14 mars 1990, d'abord paru sous la forme d'un fascicule de 64 pages couleurs pour le prix de 16 francs.

Dans l'ensemble le contenu est de qualité (le papier aussi, l'un des plus blanc et qui procure un bon contraste), et les mangas sont en quantité. On regrette toutefois quelques éléments vraiment fâcheux.

Le sens de lecture a été adapté au français. on lit donc de gauche à droite. Grrrr... L'objectif est clairement annoncé : Glénat considère son public comme un néophyte et espère ainsi augmenter son nombre de ventes en jouant sur les deux tableaux : les fans et les autres.
Ainsi tous ceux qui sont habitués au sens japonais seront déçus, et surtout on ne respecte pas le sens ORIGINAL. Conclusions : les droitiers deviennent gauchers et vice versa, certaines cases ont la bulle de texte avant la scène qui l'accompagne. Et pour couronner le tout, les doubles pages ne sont pas inversées (les "faux gauchers" redeviennent droitiers le temps d'une double page) dernier exemple en date : Gunnm Last Order, mais c'est aussi flagrant dans One Piece avec la cicatrice sous l'?il gauche de Luffy qui alterne entre les deux côtés.

Avec la sortie de Black Cat, on atteint le summum de l'incompétence ! Le personnage principal a le tatouage XIII au dessus du coeur... qui se retrouve A DROITE dans l'édition française. Cette localisation n'est d'ailleurs pas anodine, et on se demande comment Glénat va rattraper le coup quand on en saura plus au sujet de ce tatouage. Mais s'il ne s'agissait que de ça... Sur environ 50% des cases où l'on voit ce tatouage, ce dernier n'a pas été retouché et on lit "IIIX".
Bien joué Glénat. Non seulement vous vous rajoutez vous-même une somme de travail colossale, mais en plus vous le faites mal...

Fort heureusement, les éditions japonaises peuvent imposer le sens original à Glénat, qui se retrouve obligé de l'éditer en sens jap. OUF ! Mais la réjouissance est de courte durée car à ma connaissance, seul un ou deux titres sont concernés.

Les onomatopées prennent beaucoup trop de place dans les cases, en particulier dans Kenshin, reproche que l'on peut lire dans beaucoup de sites traitant de Kenshin, le vagabond, mais aussi One Piece et j'en passe...

La couverture... Glénat a jugé bon de rééditer (encore...) tous ses mangas avec une autre couverture. Certes les nouvelles sont mieux car amovibles, plastifiées, et plus travaillées, mais sur une étagère ça fait vraiment tache d'avoir un ou deux tomes dont la tranche n'a pas le même format. Changer le design lors d'une réédition, OK ; mais en plein milieu d'une série en cours de parution, c'est un peu limite, sachant qu'on n'a même plus le choix de sa couverture (ancienne maquette ou nouvelle).
Une solution semble venir : la possibilité d'acheter les couvertures à l'unité aurait été proposé. Y a pas de petits profits chez Glénat...

Le rythme de sortie : Dans l'ensemble c'est assez lent, et il y a souvent des retards (Blame, Kenshin...). Glénat se concentre en effet sur ses séries à succès et du coup les autres sorties se font attendre. Par contre, en ce qui concerne les mangas tout juste sortis au Japon, la sortie française est très proche (Evangelion par exemple) Sinon il faut compter au mieux 2 mois et demi entre deux tomes de Kenshin et ça peut aller jusqu'à plus de 6 mois pour d'autres séries (Macross 7 trash, Gunnm grand format, Ranma 1/2).

Notons aussi que Glénat a tenté de surfer sur la vague "pokemon" en publiant Pokemon et Pikachu Adventure (dans le même format mensuel que Dragon Ball il me semble) mais sans succès car trop tard, la "mode" étant passée.

Au final, un éditeur qui se repose sur ses acquis. Les mangas sont en quantité mais ne contentent pas les lecteurs : dates de sorties à rallonge, surtout pour les "vieilles" séries de l'éditeur comme One Piece ou Ranma 1/2, le sens de lecture sera TOUJOURS français, et en fin de compte chaque volume ne comporte que l'histoire.
Bref, heureusement que Glenat n'est pas seul sur le marché...
On appréciera toutefois l'initiative de proposer plusieurs formats pour un même manga, même si cela contribue à ralentir les autres sorties.


TonkamTonkam, encore un vieil éditeur.

Si vous cherchez du Clamp (Celui que j'aime, Néji, RG Veda, X...), c'est chez Tonkam entre autre qu'il faudra aller.

La majorité des mangas ont peu de volumes, et leur édition française est bientôt terminée (Video girl Ai (deluxe), Stratège, Spirale, Phénix, Ayashi no ceres : tous ceux là se sont finis récemment et Kimengumi et Maison Ikkoku - Juliette je t'aime - sont bientôt finis) ce qui laisse présager pas mal de nouveautés dans un futur plus ou moins proche.
Parmi les nouveautés attendues, on remarquera Hikaru No Go en cours d'édition et la réédition de Tokyo Babylone (du très bon Clamp)

Par rapport à l'édition en elle même, le sens de lecture est conservé, le papier est de qualité, le prix convenable. Le seul regret que l'on peut avoir est que chaque tome ne comprend QUE l'histoire (sauf dans Hikaru no Go où il y a un lexique à la fin). L'édition est basique, mais on apprécie sa qualité.
Enfin, le rythme de sortie est dans la norme on va dire : environ deux mois, deux mois et demi d'attente en moyenne entre deux tomes consécutifs.

Dans un soucis d'objectivité, je vous livre le commentaire de Fenril, qui est d'accord avec moi sur tout le reste, sauf concernant quelques point à propos de Tonkam :

"Comme dirait Rygel, encore un vieil éditeur. Mais vieux ne signifie pas forcément en retard sur son temps. En effet, Tonkam est, à mon sens, le meilleur éditeur sur la scène française. A cela plusieurs raisons :

Tout d'abord, on peut citer tout simplement les manga que Tonkam édite. Et là, jugez plutôt du palmarès : RG Veda, X, Angel Sanctuary, Ayashi no Ceres, Please save my heart, Maison Ikkoku, Spirale, Kimengumi, Tokyo Babylone, Hikaru no Go et surtout les génialissimes Video Girl Ai et I"s. Si tout cela ne vous impressionne pas, je préfère aller me pendre tout de suite. C'est le plus beau panel de séries de France, que des succès immenses au Japon et Tonkam a un gros monopole sur les meilleures oeuvres de Clamp ce qui lui assure des ventes en veux-tu en voilà.

Niveau traduction, c'est la classe. Pas de fautes, pas de coquilles dans les volumes. C'est impeccable."
[note de Rygel : il semble par contre que la traduction d'Angel Sanctuary soit plus qu'approximative...]

L'édition est excellente même si la qualité du papier laisse parfois à désirer, mais l'encrage est bien nuancé, les textes lisibles, les onomatopées généralement ne sont pas traduis mais lorsqu'ils le sont, ils ne gâchent pas l'image comme les horreurs que l'on peut constater dans Kenshin chez Glénat. A préciser également que les couvertures sont les répliques des japonaises et s'enlèvent pour ne pas les abîmer à la lecture. On a bien le manga en main, et le cadrage est de haut niveau. Notons que bien évidemment, le sens original de lecture est respectée et que l'on ne nous prend pas pour des idiots en numérotant les cases.

Les prix sont tout à fait accessibles, généralement autour de 4.90 euros sauf pour certaines rééditions.

Ce qui me permet d'embrayer sur le gros point fort de Tonkam, sa remise en question. En effet, Tonkam est le seul éditeur à réellement corriger ses erreurs en rééditant notamment des couvertures qui étaient décentrées et en proposant des rééditions de grande qualité avec en prime de nouvelles traductions. Il suffit de se saisir d'un volume de Video Girl Ai Deluxe et de comparer avec l'édition antérieure, c'est le jour et la nuit. Alors quand on sait que Tonkam va rééditer RG Veda et Tokyo Babylone et que celles de X continuent, on ne peut qu'applaudir l'initiative.

Alors certes, Tonkam ne met pas de courrier ni de fiches explicatives mais personnellement, quand j'achète un manga, ce n'est pas pour connaître l'avis au combien important de trois lecteurs qui posent des questions stupides et présentent leurs sites web, c'est pour lire un manga donc, je conclurais par cette phrase :

Tonkam, simply the best ^^

 


Pika Edition a déjà quelques années, et disons le franchement, ils font du bon boulot.

L'origine de Pika : Manga One, une filière de Player One (mag de jeux videos) qui publiait déjà des mangas dans le magazine ; puis ils ont lancé "Manga Player " avant d'arrêter de publier le magazine pour se concentrer ensuite sur l'unique publication de mangas.

Leur catalogue commence à être bien fourni, avec beaucoup de Clamp (complémentaire de Tonkam)
Parmi leurs publications, citons notamment GTO, Love Hina, 3x3 Eyes, Ah! My Goddess, Angelic Layer, Card Captor Sakura...

Déjà le sens de lecture est l'original, chaque tome comporte pas mois de quatre couvertures : deux en couleur sur la couverture détachable plastifiée, et deux autres non colorées qui sont en fait deux images tirées du manga, agrandies pour le plaisir des yeux.

Le contenu est le même que les éditions japonaises, la traduction en plus. On remarquera par contre que le style général du lettrage est invariant d'une série à l'autre, ce qui est un poil dommage. Par contre les onomatopée sont très bien retranscrites, certaines sont même conservées telles quelles (essentiellement dans GTO)

Les mangas sont bien souvent le reflet de la culture japonaise (GTO, Love Hina...) Pour nous faire encore mieux apprécier chaque manga de ses éditions, Pika nous offre en première page un lexique des termes propres au Japon que l'on rencontrera dans le tome en question : géographie, histoire, culture artistique, explication des jeux de mot. Tout y est !

Enfin, nous tenons ici notre champion de la vitesse. Comparé à ses concurrents, le rythme de sortie chez Pika est plutôt rapide, avec un délai d'environ un mois et demi entre deux tomes de GTO (!!) par exemple. Cette série étant bientôt terminée, il y a fort à parier que cela se ressentira dans les autres...

Notons aussi que Pika se lance en ce moment dans un pari assez risqué en France : la publication d'un mensuel regroupant un chapitre de plusieurs mangas ; comme au Japon quoi. J'imagine qu'ensuite il y aura des versions reliées de ces mangas. Cet essai a déjà été tenté par le passé. Le magazine s'appelait Kameha, édité par Glénat et on avait droit à du Akira, AppleSeed. Toujours est-il que cette édition a été arrêtée. Espérons pour Pika que son mensuel Shônen Collection ne subira pas le même sort...


Kana est un éditeur plutôt récent, appartenant à Dargaud, et résolument tourné vers ses lecteurs. Son catalogue n'est certes pas très fourni, mais je ne peux que les féliciter pour leurs choix : Saint Seiya, Agharta, Detective Conan (série la plus avancée), HxH, Inu Yasha, Monster, Naruto, Eiji, Shaman King, Slam Dunk, Yu-Gi-Oh...
Vous remarquerez qu'il s'agit essentiellement de Shonen (mangas pour gars) mais plus ça va, plus le panel de kana s'élargit avec du shojo (manga pour fille) et du seinen (pour adultes/jeunes adultes) notamment.

Apparemment chez Kana, l'édition c'est plus que faire des livres, c'est une philosophie.
Couvertures plastifiées et détachables, sens de lecture japonais, qualité de la traduction et remises en question, avec quelques indications sous les cases de temps à autre. Tonkam, Pika, et Kana font ici jeu égal. La différence se situe alors dans les premières et dernières pages. En effet, chaque tome édité par Kana comporte un résumé et une présentation des personnages principaux en début d'ouvrage, et quelques pages de bonus à la fin de l'histoire.
Niveau information, des commentaires et des rappels "historiques" concernant le manga et l'auteur (dans Hunter X Hunter, Inu Yasha par exemple) Une explication de termes japonais (HXH 6, inu yasha, Naruto...) et une version papier de quelques pages de leur site internet : From Japan, qui nous explique comment on vit, là-bas, au pays du soleil Levant...


J'ai dit aussi plus haut que Kana était tourné vers ses lecteurs. C'est une première dans le monde du manga en France, chaque tome nous invite à réagir via courrier sur les mangas que nous lisons, et certains courriers (j'espère les plus pertinents) sont publiés dans ces pages, avec réponse de l'éditeur. Analyses, questions, pub pour son site, fanart... Toutes ces pages bonus mises bout à bout offrent un contenu des plus intéressant.
Par contre, c'est dommage de retrouver dans deux mangas différents les mêmes "bonus".

Afin de mieux cibler et d'aiguiller ses lecteurs, Kana a créé, selon la catégorie et l'âge recommandé (tout est relatif) des labels. Du plus jeune au plus vieux on a donc kana (Hunter x Hunter, Naruto...) Dark Kana (Eiji) et Big Kana (Monster, Agharta) la différenciation Shôjô (manga pour fille) et shônen (manga pour gars) est faite mais n'est pas très claire.
Personnellement, je ne trouve pas ces labels très utiles (je dirais même le contraire) mais si ça peut aider le néophyte, je salue l'initiative.

Un regret : la pub... de kana, par kana, pour kana. Et toujours la même chose. Un peu d'humilité ne leur ferait pas de mal à mon avis. C'est tout à fait normal de faire sa pub (surtout dans ses propres pages) mais trop c'est trop. Pourquoi ne pas faire comme les autres éditeurs et ne mettre que brièvement les titres proposés et l'url du site web discrètement dans le logo ou en bas de page ? Ici on se fait "agresser" par la pub.
En plus ça laisserait plus de place pour les bonus qui gagneraient en profondeur, ou alors pour publier plus de courrier des lecteurs. Et puis, faire une présentation des mangas, c'est bien, mais dans ce cas la critique n'est pas objective.
Je vous encourage d'ailleurs à venir chercher l'info là où elle est, c'est à dire sur les sites web tels que le nôtre et les sites amateurs en général, section review/critique la plupart du temps. Ne vous fiez pas aux présentations des éditeurs/diffuseurs/etc. elles sont faites pour vendre et non informer (enfin si, un peu quand même)

Mais malgré ce léger bémol, C'est Kana qui nous propose, en toute objectivité, une des meilleures éditions, tous critères confondus.


Avec Génération Comics, on attaque ce que je j'appellerais la "belle édition".
La couverture en dit déjà long. Elle est plastifiée, mais d'une toute autre qualité que les autres. C'est pas facile à décrire, mais vous comprendrez ce que je veux dire en feuilletant 20th Century Boys que l'on trouve sans trop de difficulté, à la FNAC par exemple. Ce style de couverture est agréable au toucher, à mi-chemin entre le papier cartonné et plastifié.

Chaque manga débute par une page d'introduction, commentaire-analyse du manga que l'on tient entre nos mains ou résumé de l'histoire, présentation des personnages.
Point fort de l'introduction, elle est remarquablement bien écrite et, une fois n'est pas coutume, le lecteur peut sans problème se fier à cette dernière pour choisir ses achats. Allez lire par exemple l'intro du tome 1 de Kamikaze et vous comprendrez ce que je veux dire.
On aura toujours droit aussi à un bref aperçu de l'auteur en début de manga, ainsi qu'un rapide "teaser" du prochain numéro à la fin. Ici, pas de lexique, mais certains mots sont expliqués directement sur la page, entre les cases.

Mais pourquoi "belle édition" ?
J'ai déjà parlé de la couverture, mais le papier est du même acabit. Il est aussi blanc que les autres éditions (voire plus blanc), mais plus épais que Kana par exemple. Mais là où Génération Comics tape fort, c'est dans le format, plus grand que ces homologues. Pas forcément en hauteur, mais en tout cas, les pages sont plus larges que les éditions Glénat, Tonkam, Pika, J'ai lu... Plus larges de 2 cm. Vous allez me dire, 2 cm, c'est rien, et pourtant ça fait toute la différence, car le format du dessin, lui, est le même. Résultat, le bord des cases n'est plus collé aux extrémités des pages, et en particulier au niveau de la reliure, ce qui fait qu'on peut lire le manga sans "forcer" sur la reliure pour voir tout le dessin, et ça, c'est la preuve d'une édition graphiquement de qualité.

Revers de la médaille : le prix. 8,99 € pour un manga "petit format" (20th century boys) et 9,90 € pour du plus grand format (KamiKaze)

Au niveau du catalogue, c'est plutôt bien fourni et avec beaucoup de mangas et d'auteurs peu connus, et des histoires courtes (3-4 volumes). Citons 20th Century Boys, Gasaraki, Gundam Wing, Kamikaze, Nadesico, Red eyes, Silent Mobius, Zero One...
Par contre, panini est un vrai boulimique ! Déjà plus de 30 titres commencés, et ça s'arrête pas là. C'est beaucoup trop à mon avis. Résultat, le rythme de sortie est incroyablement lent... Sans compter qu'il n'est pas du tout sûr que toutes les séries entamées soient éditées jusqu'à leur terme...


Avec J'ai Lu, on atteint l'exacte antithèse de génération Comics.

Tout comme Glénat et Tonkam, il n'y a que l'histoire dans chaque tome, mais bon c'est quand même ça l'essentiel.

Le sens de lecture est conservé.

PAR CONTRE, pour moi il y a clairement un foutage de gueule du consommateur au niveau du papier.
Du papier recyclé ! Ou en tout cas ça y ressemble furieusement. De toute façon, il faut pas avoir fait des études d'art plastique pour comparer la qualité du papier entre les éditeurs. C'est grisâtre... Beurk !
Passe encore pour les livres de poche, car il existe une plus belle édition et on ne lit que du texte. Mais là faut pas exagérer...
Et je ne parle même pas de la traduction...

Pourquoi J'ai Lu s'est-il lancé dans le manga ?

By Fenril : "J'ai Lu, pourquoi existes-tu ? Pourquoi t'accapares-tu de belles séries et les détruis-tu ? La question peut être posée mais ne trouveras jamais de réponses vu le refus totale de J'ai Lu de se remettre en question vis à vis du consommateur. Le cadrage est mauvais, la traduction honteuse, l'économie d'encre à son apogée. Pour le même prix, Kana fait dix fois mieux. Mais comme les séries, à la base, sont excellentes, on est obligés d'acheter. Salopard de J'ai Lu va crever en enfer !"

 


LES AUTRES

Les éditeurs que je viens de développer sont ceux qui ont le catalogue le plus fourni, mais il en existe encore d'autres, soit récents, soit dont le manga n'est pas leur principale activité. Il ne faut surtout pas les oublier, car sachez que plus il y aura d'éditeurs en France, et plus le rayon Manga s'agrandira dans les magasins (spécialisés ou non) pour notre plus grand plaisir.

Akuma : éditeur de Strain, que l'on peut facilement trouver. Il s'agit d'un grand format, mais c'est tout ce que je sais.

Atomic Club : éditeur de Pincesse Vampire Miyu (fini) et de la nouvelle saison (en cours) - aucune info à son sujet.

Casterman se met aussi au manga. Le public visé est plutôt adulte avec comme seuls mangas L'Habitant de l'infini et Quartier Lointain. Bonne qualité globale mais le sens de lecture français et le titre est traduit (...) et puis le rythme de sortie est plutôt lent (deux tomes de l'Habitant de l'infini par an, voire moins)
Enfin il parait que les bulles sont parfois inversées dans l'Habitant de l'Infini (on doit lire de droite à gauche dans la case alors qu'on tourne les pages de gauche à droite) mais, pour avoir lu les deux premiers tomes, ça ne m'a pas du tout dérangé. Je l'avais même pas remarquer, c'est pour dire...

Akata (Delcourt) est prometteur. L'éditeur est récent dans le monde du manga mais le catalogue déjà bien fourni, avec entre autre Fruits Basket, le réveil du Dieu Chien, Larme ultime (Saikano en VO)... Niveau qualité, c'est largement comparable à Tonkam.

Dynamic Visions, à l'origine, est un éditeur d'anime (leurs DVD sont pas les meilleurs) et il commence à se mettre plus sérieusement au manga papier. Cobra est terminé, mais Berserk vient de commencer et on attend Trigun et Lodoss :D
Par contre, c'est du Glénat-like. (comprenez couv' à deux balles, sens de lecture français, et surtout délais interminables...)

Les éditions du seuil ont édité un manga : Au temps de Botchan, que je ne connais pas, donc je me tais.

Semic, l'éditeur de comics (BD américaines) se met aussi au manga, avec... Batman.
Il s'agit bien d'un manga, qui revisite Batman en le transposant dans Tokyo. Edition grand format, couverture de qualité.

Enfin, notons un autre éditeur tout nouveau et qui ne peut que gagner à se faire connaître : Vegetal Manga (Soleil) (Cyber Idol Mink, Da ! Da ! Da ! , Red Earth...) ça vous dit rien ? ça tombe bien, moi non plus.
Soleil se lancera d'ailleurs très bientôt lui aussi sur le marché de la prépublication, devenant donc un concurrent direct de Pika. Affaire à suivre...


CONCLUSION

Le nombre d'éditeur s'accroît. C'est un fait. Parmi eux, il y en a trois qui se détachent, et pas forcément les plus vieux : Kana et Pika pour la qualité des traductions et leur lexique, et Génération Comics pour la qualité graphique de l'édition. Pour comparer, on peut dire que Tonkam et Glénat font de la VHS alors que les trois autres font du DVD. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : Tonkam et Glénat n'ont strictement rien à voir !

Et ils ont tout à fait raison ! C'est dans ce sens qu'il faut aller si on veut qu'un jour les mangas soient "reconnus" par nos contemporains. Glénat n'a toujours pas compris qu'il obtient le contraire de ce qu'il veut en inversant le sens de lecture, pensant que ça ne rebutera pas ses potentiels lecteurs. J'ai d'ailleurs pu faire l'expérience la semaine dernière. Pour écrire ce comparatif, j'ai ramené chez moi une vingtaine de mangas d'éditions diverses, et je les ai fait lire par le copain de ma s?ur (pour plus d'infos, goto #mylife) Eh bien il ne lui a pas fallu longtemps pour s'habituer au sens de lecture japonais : un quart d'heure tout au plus, de son propre aveu. Pire encore, quand il s'est mis à One Piece (Glénat), il a commencé par la fin. Franchement l'argument de la difficulté de lecture ne tient pas la route, et on se demande si Glénat s'occupe de ses lecteurs...
Au contraire, il faut conserver dans les mangas fr la lecture japonaise imprégnée à l'intérieur, et l'expliquer, ce que font très bien Pika et Kana.

Par contre, je trouve personnellement honteux, pour des professionnels, de proposer à la vente un manga avec une ou plusieurs coquilles. Souvent c'est rien du tout, juste une faute de frappe, mais ça fait quand même bondir de son fauteuil ! Je ne connais pas leur politique en matière de correction de la langue, mais au moins, j'espère que lors des rééditions ils corrigeront les fautes. J'espère ne plus voir ce genre de choses lors de mes futures lectures...
(Vous remarquerez au passage la différence de blancheur du papier)


Inu Yasha, tome 2 (kana)

Kamikaze, tome 3 (génération comics)

Enfin, il est un créneau complètement inexploité par les éditeurs papier : les artbooks. Seul Glénat a traduit quelques artbook (DBZ et Sailor Moon)
Certes ce ne sont pas les ouvrages les plus vendus car onéreux, mais je suis personnellement convaincu que le nombre de ventes de artbook augmenterait s'ils étaient plus traduits. C'est sûrement un travail colossal de traduire et d'adapter un artbook en français, mais le jeu en vaut la chandelle. Le nombre de fans de mangas et animes augmente, mais rares sont ceux qui peuvent comprendre le japonais, et le prix des artbooks originaux devient alors prohibitif quand son seul et unique intérêt réside dans les images (sans compter la frustration de détenir entre ses mains une mine d'informations que l'on ne peut pas comprendre...)

Quoi qu'il en soit, malgré les critiques négatives que j'ai pu formulées dans cet article, je tient à féliciter tous ces éditeurs, sans qui le manga n'aurait pas sa place en occident. Les éditeurs commencent à se faire nombreux, et une lutte âpre a déjà commencer à s'engager entre eux. Espérons qu'il n'y aura pas de victime... (car un éditeur qui dépose le bilan signifie une série inachevée)

Pour conclure, si un éditeur français voulait acquérir les droits de Hellsing, j'aimerais bien que ce soit Kana ou Génération Comics (enfin tout sauf Glénat, Dynamic et J'ai lu)

/Rygel.
Je remercie également Fenril et Rukawa pour leurs commentaires avisés, ainsi que tout le staff manganimation.

TABLEAU RECAPITULATIF

éditeur
création
catalogue
quelques titres...
sens de lecture
prix(approximatif)
Akuma  
1
Strain
10 €
Atomic Club septembre 1999
2
Pincesse Vampire Miyu
???
8,40 € 
Casterman  
2
L'habitant de l'infini, quartier lointain
9 €
Delcourt/
Akata
 
>10
Fruits basket, Le réveil du Dieu Chien, Larme ultime...
5 € 
Dynamic vision  
5-10
Cobra, Berserk...
 6 €
Ed. du Seuil  
1
Au temps de Botchan
15 €  
Génération Comics  
>30
20th Century Boys, kamikaze, enfer et paradis, peach girls, nyny, kirara, eden...
9-10 €
Glénat mars 1990
>30
Dragon Ball, Gumn, Rurouni Kenshin, Ranma 1/2...
7-8 €
J'ai Lu  
5-10
Fly, Hokuto no Ken, City Hunter, Captain Tsubasa...
5-6 €
Kana fin 1996
15-20
Saint Seiya, Hunter X Hunter, Metantei Conan, Slam Dunk, Monster...
6-7 €
Pika février 2000
>25
GTO, Love Hina, Card Captor Sakura...
7-8 €
Semic novembre 2001
1
Batman
14 €  
Tonkam 1994
>40
Video Girl Ai, I"s, Ayashi no Ceres, Angel Scanctuary, X
4-5 €
Vegetal/Soleil fin 2002
3-8
Cyber Idol Mink, Da ! Da ! Da ! , Red Earth...
6,60 €  


Note : le nombre de manga n'est ici qu'à titre indicatif. Il comprend les éditions en cours et terminées.


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Comment se nomme l'attaque fétiche de Gokû dans Dragon Ball ? Cela ressemble au Hadôken de Street Fighter II. C'est aussi le nom des 5 premiers rois de Hawaii.



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT