Japan Expo 2004 - Articles - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews
Network
     

↓

24/07/2004 | Rukawa

Japan Expo 2004


PREAMBULE

Avant toute chose, je tiens à signaler qu'il est impossible pour une personne seule de tout voir d'une convention aussi grande que celle-ci. Aussi je n'ai été présent que le samedi et le dimanche. Enfin, j'ai préféré privilégier le cosplay aux conférences, même si certaines avaient l'air fort inétessantes.

PREMIER CONTACT

Ce qui aura frappé tout le monde cette année, c'est le monde énorme présent à cette Japan Expo. Il est évident que la résolution du problème ne se fera pas en choisissant une salle plus grande, mais en multipliant les grosses conventions en province.

Cette année il y a un peu plus de 40 000 visiteurs, et le samedi (pour ceux n'ayant pas de billet) il fallait attendre près de 4h dans la file d'attente avant de rentrer...

Le samedi les deux queues (une pour la vente des billets sur place, et l'autre pour ceux qui avaient déjà leur billet) faisaient le tour de la grande arche. Le dimanche, la queue était un peu mieux organisée, mais la file sans billet avançait toujours aussi lentement. On sentait dès le départ que l'attente serait le maître-mot du week end.

La deuxième chose qui frappe aussi en entrant, c'est l'énorme stand Manga Distribution à l'entrée, avec des piles tout aussi énormes de DVD, dont les dernières nouveautés de chez Declic Images comme Last Exile ou Hikaru no go (qui a d'ailleurs été diffusé tout le week end sur la télé du stand). Manga Distribution proposait aussi de l'IDP, du Kaze, et du Dybex, le tout à prix cassé.
Le miniscule stand Dybex a d'ailleurs fait un carton avec ses DVD à 15 ou 18 euros (au lieu d'environ 25 dans le commerce).

Dès midi, c'est l'oppression : la salle est bondée de monde, on arrive plus à se déplacer, et surtout impossible de manger sur place si on n'avait rien prévu. Les trop peu nombreux stands de bouffe étaient assaillis et en plus en profitaient pour faire flamber les prix. Impossible non plus de sortir, sous peine de ne plus pouvoir rentrer, même avec un tampon.

LA VENTE

La principale activité était bien sûr la vente. Chaque éditeur avait son stand et certains proposaient même des avant-premières, comme Tonkam par exemple qui a bien vendu ses Hellsing, Hikaru no go et Zetman. Point noir : il était quasiment impossible de choper la moindre information puisque les vendeurs n'étaient pour la plupart au courant de rien concernant l'éditeur. Et là j'ai franchement été déçu. J'ai quand même appris que Glénat sortira Berserk dès septembre avec un rythme rapide au moins jusqu'à rattraper l'édition de Dybex.
C'est apparemment IDP qui aurait les droits de l'anime FullMetal Alchemist et l'éditeur espère aussi éditer le manga.
Kana montrait aussi leurs trois nouvelles licences pour septembre et octobre, mais j'ai zappé leur nom. En tout cas c'était très sympa de discuter avec eux.

Outre les manga et DVD, il y avait évidemment beaucoup de goodies : posters à 1 euro, stores en tissu, figurines, porte-clefs, peluches, CD (malheureusement facile 99% de conrefaçon, avec des vendeurs raccoleurs qui scandaient des "deux CD pour 15 euros", genre on y croit que c'est de l'original...) et le goodie qui a le plus cartonné a été... le Head Band Naruto, en rupture dès le samedi après-midi !

Le dimanche, quasiment tous les posters et stores avaient été vendus. Des centaines de chambres ont dû être défigurées après ce Japan Expo.

Pour terminer ce rapide tour d'horizon sur la vente, signalons l'éditeur Tokebi (manwha, autrement dit "manga" coréen) qui avait un gros stand et beaucoup d'auteurs pour des dédicaces. Mais là encore c'était 2 à 4 heures d'attentes pour avoir son dessin, mais c'est le propre des dédicasses de BD. Le dimanche soir, vu l'heure qui tournait, les auteurs ont opté pour un rapide petit dessin générique (le même pour tout le monde) ce qui a permis d'avoir rapidement une dédicace, du style cinq minutes d'attente.

D'autres dédicaces étaient également prévues, mais c'était beaucoup plus chaud de les obtenir. En particulier pour le célèbre mangaka Masakazu Katsura (Wingman, Video Girl Ai, I"s, Zetman...) où il fallait participer à un tirage au sort...

LES JEUX VIDEO

Cette partie du salon est toujours très active. Cette année, il y avait trois acteurs principaux : SEGA, Nintendo, et Microsoft. On pouvait jouer en avant-première aux futures sorties annoncées lors de l'E3, et évidemment des concours et du jeu libre sur des jeux multi étaient proposés. Mais là encore, pour jouer en libre, c'était attente, attente, et encore attente. Cela concernait essentiellement les jeux de baston avec Soulcalibur 2, Guilty Gear, j'ai cru voir du Naruto, et il y avait aussi du Capcom vs SNK (mais pas de SNK vs Capcom, ni de King of Fighter !!!) ; et les jeux musicaux comme Donkey Konga (en AVP) et le célèbre Dance Dance Revolution.

Les tournois principaux étaient bien entendu Soulcalibur (solo et par équipe) et DDR avec deux catégories : style le samedi et score le dimanche.

LE JAPON ET SES TRADITIONS

Grosse partie de la convention, avec énormément de démonstrations (musique, arts martiaux, costumes, prise du thé...) et d'activités (origami, jeu de go, calligraphie...).

LES ACTIVITES

Après avoir ruiné son portefeuille et fait le tour du salon, il restait les activités, et c'est là qu'il était impossible de tout faire, car beaucoup se chevauchaient. Ainsi, pas moyen de participer aux sélections des quizz video et musique sous peine de rater le cosplay. C'est dommage, je pense que j'aurais réussi à aller en finale, mais bon j'ai pu voir les deux cosplays donc ça compense.

Signalons que pour le cosplay du samedi, la gestion de la file d'attente a été inexistante, malgré une tentative de mon avis complètement ratée d'un membre du staff Japan Expo. Par contre pour le dimanche matin c'était niquel.

> Gallerie cosplay individuel (samedi) et cosplay groupe (dimanche)

Finale du quizz musical : dans une petite salle se trouvait l'élite de l'OST, les champions du générique. Il y avait plusieurs catégories (musique de film, anime non licenciés, trouver le nom du chanteur etc.) et il n'y avait aucune question de rapidité : seulement un décompte suite à des réponses écrites sur ardoise. Le tout s'est déroulé dans une très bonne ambiance, avec un animateur cool et fort sympatique, qui n'a pas hésité à chambrer certains membres du public, visiblement frustrés de ne pas être à la place des finalistes ^^
Votre serviteur s'est distingué lorsque les candidats ne trouvaient pas, avec notamment Argento Soma et GITS Innocence. En tout cas ça donnait bien envie d'être devant le pubic et non au milieu.

Le quizz video a subi le même sort, avec là aussi des catégories loufoques (rotations, négatif...) et des images piégeuses.

Voilà les seules activités auxquelles j'ai pu participer.

Signalons les projections d'anime licenciés, le sushi quizz, du karaoke, des conférences etc...

BILAN

Un Japan Expo dans l'ensemble bien géré par le staff, des bonnes affaires en DVD, de moins bonnes affaires en manga, des éditeurs qui ne viennent que pour se faire du pognon alors que ce serait pour eux une bonne occasion de communiquer avec leurs lecteurs, du monde, de l'attente, et finalement l'impression d'avoir raté 75% de la convention, mais quand on passe du temps dans la file d'attente et deux fois trois heures pour les deux cosplays, évidemment il reste plus beaucoup de temps.


Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Dans quel pays de déroule l'histoire de Versailles no Bara (Lady Oscar en VF) ?



Se connecter

Pôle Emploi

recrutement
Tout le monde en parle

Please RT